AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De choses et d'autres... Ft. Lilianne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Lun 8 Mar - 2:00

    La neige continuait à tomber dans les rues de Newton. Une vague de froid frappe la ville depuis quelques jours malgré la fin de l’hiver. Les enfants avaient fait des bonhommes de neige aux coins de rues. Les voitures en était couverte, mais par endroit, on voyait des traces de doigts, visiblement de dures batailles avaient eut lieu aujourd’hui. La nuit était tombé, et le froid devenu plus présent. La neige n’avait pas disparue durant la journée, elle était restée plus présente que jamais. Aujourd’hui une dizaine de centimètres était tombée et il semblait évident que la neige n’allait pas cessé de tomber. Le vampire ne souffrait pas du froid, de par sa nature, mais il le ressentait parfaitement. La neige tombant sur ses épaules lui donnait une sensation d’humidité et de froid mais il ne risquait pas de tomber malade. Les gens autour de lui, se promenant eux aussi à une heure aussi tardive s’était emmitouflé derrière des doudounes, des écharpes et des bonnets en laine. Edward avait sorti son manteau contre le froid même s’il n’en ressentait pas les effets, mais ça faisait plus réel. Personne ne se ballade sous la neige en simple chemise de soie. Personne ne porte plus d’ailleurs de chemise en soie hormis les très riches évidemment.

    Edward observait les passants plutôt nombreux étant donné qu’il neigeait ce qui attire en général les humains, ensuite on était aux environs de 11h du soir et on était un vendredi soir. Le parc de Newton était rempli d’être humains tous au sang si chaud et si riche. Le vampire aurait bien croqué un bout, tant cela lui semblait un véritable délice, malheureusement, il suivait un régime très précis. Du sang de porc pour débuter la nuit, un rail de coke au passage pour corriger les effets moindre du sang animal, et puis encore du sang animal pour la fin de la nuit.

    Lilianne auprès de lui ne semblait pas songer aux mêmes choses que lui. La vampire se promenait d’un pas léger, un simple mortel aurait l’impression que ses pieds ne touchent même pas le sol tant elle était gracieuse. C’était une véritable lady transposée au 21ème siècle. Le vampire et elle se promenait comme des amis, de longues dates, mais de loin on aurait pu les prendre pour un couple d’un autre temps tout droit sortis d’un tableau. Ils marchaient avec plus de grâce qu’aucun mortel, et leur pas étaient incroyablement lent aux yeux des humains. Cela faisait longtemps qu’ils se connaissaient, mais ils n’avaient pas changés physiquement, leur démarche était la même ainsi que leur visage de porcelaine. La seule chose qui avait changé c’était le monde autour d’eux.

    « Alors mademoiselle est devenue Duchesse. Comment ça se passe là-bas ? » le vampire évoquait le château où logeait la royauté.

    En tant que vampire civil, Edward n’avait jamais mis les pieds au château. Il savait que les rois y logeaient, qu’ils en sortaient rarement, certains étaient assez vieux pour n’être plus aussi amusé par les humains que l’était Edward ou Lilianne. Etant donné la vision du mode de vie nocturne, il avait une petite idée de comment ça se passait au château, mais l’entendre de la voix de Lilianne serait plus intéressant que ce qu’il pourrait imaginer. Et puis, ça l’amusait de voir sa chère amie si élégante et raffinée mais pas vraiment du genre gentille petite vampire limitant sa consommation au maximum devenir une haute dirigeante du monde vampirique. Elle était déjà une femme mariée et très raffinée lorsqu’il l’avait connu, mais elle s’amusait avec les mortels comme des petits jouets entre ses mains. Toute beauté élégante qu’elle était, c’était un véritable monstre. Et les rois tentaient justement de montrer un autre visage que celui des monstres générant de véritables massacres.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Lun 8 Mar - 21:11

    La nuit était tombée depuis quelques heures sur Newton et il ne restait que quelques humains innocents, qui marchait dans cette rue où le calme était revenu. Une brise légère se leva, faisant doucement bousculer les cheveux brun de Lilianne. Le calme pesait sur cette ville endormit, même si au fond Lilianne aimait beaucoup cela. Le froid était tel qu'elle avait dût enfiler un manteau en fourrure véritable ainsi qu'une paire de gant qui faisait plutôt riche. Elle prenait vraiment à coeur son statue de Duchesse et veillait aux décisions de son mari tout en restant dans l'ombre. C'était une stratégie.

    Alors que la belle créature errait dans une rue, apparut son vielle ami. Edward était l'une des personnes qui lui prouvait qu'elle n'était pas seule et qu'au fond, Lilianne était cruelle. Son jeu lui était tellement encré que Lilianne oubliait à quel point elle était féroce et cruelle; bien que sa visée lui était en permanence en tête. Ils s'étaient rencontré lors d'une fête privé organisée par de simples humains et Lilianne comprit qu'Edward n'était pas de cette catégorie. Les deux vampires tuèrent toutes les personnes possédant du sang humain, mais il furent pourchassés. Cela avait été un jeu très intéressant et Lilianne découvrit à quel point elle aimait la méchanceté.

    Les cheveux dans le vent, Liliane étouffait sa soif car effectivement le sang d'un humain semblait l'attirer. Elle posa un regard vif sur cette personne et s'aperçut que c'était un enfant, qui rentrait chez soi. Lilianne se retourna et continua à marcher de manière gracieuse, calmant sa soif qui n'était pas intense. Son ami l'interpella lui demandant comment sa se passait au château.

    Lilianne ■ Tout se passe plutôt bien, mais je dois t'avouer que les rois nous gênent énormément. Mon mari n'apprécie pas leur venu. Comment se passe ta vie à toi?

    La venu de la royauté sur son territoire n'avait pas vraiment plu à Lilianne, mais ce n'était pas la seule. Son mari était d'autant plus énervé par cette nouvelle, car il avait de nombreuses idées. Bien évidemment, Lilianne était présente pour lui et l'incitait à montrer ses idées de manière douce. Effectivement, son mari ne devait faire aucune erreur car Lilianne souhaitait garder son pouvoir, sinon elle devrait tout recommencer.

    Regardant la neige qui recommença à tomber sur ce monde, Lilianne repensa à leur soirée plus que mouvementé. Ils avaient été pourchassé et ils n'y avaient qu'eux qui étaient au courant de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Lun 8 Mar - 23:55

    La belle vampire semblait vraiment en pleine forme. Edward la voyait peu, normal, en tant que Duchesse elle avait de nombreuses tâches qui la retenait au château sans parler de la présence des rois qui exigeait de respecter une certaine étiquette. On aurait pu croire que le régime forcé que les vampires devaient suivre depuis les nouvelles lois mises en place aurait offert à la demoiselle plus de difficulté, mais elle semblait au contraire au meilleur de sa forme. Ses joues semblaient légèrement rosées, elle avait bu du sang. Certes, Edward savait que le château se fait livrer des poches de sang et parfois quelques humains offrent volontiers leur sang s’imaginant que les vampires vont leur offrir la vie éternelle ou quelque chose dans ce goût là. De drôle de choses se passent au château, tout le monde en parle, mais Lilianne n’en disait jamais mot à Edward. Elle semblait heureuse de sortir du château, sans doute était-ce mieux sans le poids des responsabilités, loin des rois, de la cour, et des luttes de pouvoirs.

    Edward se souvenait encore de la nuit où ils s’étaient rencontrés. Ce n’était pas la première fois qu’ils se croisaient, mais ce fut une nuit mémorable qui entama leur belle amitié. Une fête comme on en fait rarement. Tous le gratin de la haute société s’était réunit à cette fête très privée, des prostituées et femmes de petites vertues étaient là pour amuser les convives. Mais Edward et Lilianne les tuèrent tous, les uns après les autres, jeunes gens, prostituées, vieux riches et politiciens, tous y passèrent. Edward et Lilianne furent les seuls survivants, du moins, c’est ce qu’ils avaient crus jusqu’à ce qu’ils réalisent qu’un bougeait encore. Ils avaient été naïfs, mais pour leur crédit, ils étaient encore de jeunes vampires à l’époque. Le survivant était un chasseur. Il les a poursuivit sans répi durant une semaine entière jusqu’à ce qu’il parvienne à les piéger. Ils s’en sont sortis vivants, enfin encore entier, mais il s’en était fallu de peu. Ce genre de chose forge non seulement le caractère mais rend une rencontre plus importante que s’il ne s’était rien passé de particulier. L’intimité du combat, de cette fin qu’ils avaient cru proche, un ennemi commun, tout cela avait provoqué une belle amitié.

    Et les années avaient passés. Ils s’étaient perdu de vu lorsque Edward a choisit de voyager. Lilianne lui envoyait par moment une lettre, il en faisait de même, mais au bout d’un moment, il devenait difficile de savoir où était l’autre, et chacun avait ses petites affaires en cours. Lilianne n’avait pas changée, lorsqu’elle a su que Edward était à Newton, elle lui a tout de suite envoyé une petite lettre gentille. Malheureusement, c’était lui qui avait changé. Sur le moment, il a eut peur qu’elle lui rappelle tout ce qu’il était, ce qu’il n’est plus, qu’il n’est plus rien en commun. Mais il s’était trompé. Leur amitié était plus forte qu’il ne s’en souvenait. Il avait vécu seul trop longtemps, il était temps de sortir de l’ombre.

    « Les rois ? Héhé, vous aimeriez avoir plus d’intimité, c’est ça ? » fit-il en souriant. Aussi loin qu’il s’en souvienne, Lilianne était quelqu’un qui aimait bien les parties de jambes en l’air, même si elle n’en laissait rien paraître. Il y a bien des choses que Lilianne aimait mais n’en disait mot à personne. C’était une lady, elle avait beau aimer le sang, les tueries, elle restait toujours de marbre, digne, élégante et raffinée. « Je suppose que leur présence est pesante pour vous deux. Mais toi, tu n’as pas… enfin, je veux dire tu n’as pas de querelle avec l’un d’entre eux ? »

    Cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas vraiment discuter. Ils s’étaient vus quelques temps après son arrivée à Newton, elle voulait le voir et lui aussi. Mais depuis, ils n’avaient pas vraiment eut le temps de discuter. Lilianne savait qu’il n’était plus exactement le même, qu’il ne se nourrissaient plus d’être humain ou presque plus, elle savait qu’il était devenu peintre des âmes, et qu’il se nourrissait de ses clients, elle savait également qu’il était malheureux mais ça, elle l’avait devinée sans qu’il eut besoin de lui expliquer. En revanche, elle ignorait qu’il traquait les meurtriers, qu’il se droguait, et que parfois, il refusait de tuer un client, parce que ce dernier avait encore des choses à faire dans son existence. Elle ignorait qu’il avait des liens avec la Blanche Confrérie ou encore qu’il rêvait sans cesse de sa vie d’humain avec des regrets.

    « Oh tu sais, j’ai commandé des poches de sang qui sont arrivées hier. Sinon, j’ai croisé une humaine qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à Lizbeth… Elle est différente, mais ça m’a fait tout drôle. »

    Lilianne savait pour sa grande histoire d’amour, qu’il n’en avait aimé qu’une seule, qu’elle s’appelait Lizbeth et qu’il l’avait transformé. Elle savait également que Lizbeth n’avait pas aimé sa nouvelle nature, qu’elle s’était retournée contre Edward plein de haine et de colère, qu’elle avait choisit de le quitter en lui hurlant qu’elle aurait pu le tuer tant elle le haïssait, qu’elle n’en pouvait plus de l’enfer dans lequel il l’avait plongé. Elle savait que Lizbeth avait disparue. Edward lui en avait parlé en espérant que grâce aux moyens dont elle disposait elle aurait pu lui dire si quelqu’un avait vu Lizbeth. Il voulait juste s’assurer qu’elle était encore en vie. Lilianne ne lui avait rien dit sur le moment, mais Edward savait qu’elle n’en pensait pas moins.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Dim 14 Mar - 12:05

    Les deux amis marchaient toujours tandis que la neige s'arrêta de s'abattre sur ce monde. Tous les humains étaient désormais rentrés chez eux, ce qui était plus responsable; pour eux. Les rues étaient sombres et il n'y avait plus aucun bruits. C'était pour son silence parfois pesant que Lilianne aimait la nuit. Et puis c'était si mystérieux, que l'envie qu'elle ne s'arrête jamais était en permanence présente.

    L'humour d'Edward n'avait pas changé et au départ, Lilianne ne savait comment le prendre. D'un caractère froid et distant, la "jeune" femme avait pourtant une amitié profonde envers son ami et son humour la ravissait bien que cela était très intime. Le sourire d'Edward apaisa la belle brune, qui fit un petit sourire au coin pour revenir sur sa position de départ.

    Lilianne ■ Tu as toujours autant d'humour, à ce que je vois. .

    Sa question d'après ne fut pas comprise par Lilianne, car elle ne comprit pas son but.

    Lilianne ■ C'est-à-dire?

    Lilianne n'aimait pas vraiment les rois et encore moins les reines, mais elle se devait de faire semblant. Son jeu était bel et bien présent, et cela en permanence même en présence de son mari. Tout n'était qu'un jeu et Lilianne voulait absolument gagner.

    La voix d'Edward devînt grave et lourde car le sujet qu'il aborda était pesant pour lui. Lizbeth avait été le grand amour de sa vie mais surtout l'unique. Il avait éprouvé tellement d'amour envers elle, qu'il fut extrêmement triste et déçu de son départ. Mais elle s'était rebellée à cause de son comportement même si Lilianne l'aimait dans cet être méchant.

    Lilianne ■ Oh! Tu as encore des sentiments?

    Lilianne ne connaissait pas le mot sentiments car elle n'avait jamais aimée personne. Par ailleurs, elle ne s'imaginait même pas avec un homme. Cela lui faisait vomir, et elle ne voulait pas devenir une faible sous la protection de son homme.
    L'annonce qu'il avait des poches de sang ravit Lilianne, qui sourit mais elle avait besoin de plus que sa. Elle avait encore soif.

    Lilianne ■ Monsieur ne chasse plus désormais? Sa te dit de chasser car je pourrais t'avaler.

    La point d'humour de la belle brune n'était qu'une couverture car elle avait véritablement soif. Certes, elle avait bu quelques heures auparavant mais elle avait du s'arrêter suite à l'appel de son mari. Un sourire aux lèvres, la belle brune s'imaginait déjà chasser.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Dim 14 Mar - 14:06

    Edward regarda un instant Lilianne avec ce genre de regard qu’ont les humains, plein de sentiments mélangés, entre l’amusement, la nostalgie et la tendresse. Lilianne était la seule à lui dire qu’il avait de l’humour. On l’avait donné beaucoup d’adjectif, on l’avait qualifié de bien de choses au cours de son existence mais elle était la seule à le trouver amusant. Les autres vampires avaient tendance à fuir Edward, du moins c’est les conclusions qu’il avait finit par faire, mais Lilianne semblait être toujours aussi proche de lui, l’aimer autant qu’auparavant si ce n’est plus car la force des sentiments s’accroît avec les années lorsqu’il s’agit d’amitié entre les vampires. Il lui faisait confiance et l’appréciait. Rare sont les vampires à qui Edward avait accordé sa confiance. C’est dans la nature même du vampire de n’accorder sa confiance à aucun de ses congénères ou presque. Ce sont des êtres profondément égoïste, possessif et méfiant. Généralement, les vampires ne pratiquent pas l’humour.

    « Je me demandais seulement si toi, personnellement, tu avais un problème particulier avec un membre de la royauté… mais laisse tomber, c’est une question idiote. Qui suis-je pour questionner une duchesse ? »

    Le sourire en coin, Edward regarda Lilianne qui marchait à ses côtés. Son regard se porta ensuite sur une silhouette lointaine. Sans doute un humain se dépêchant de rentrer chez lui. La neige avait cessée de tomber à présent, mais la nuit était froide. C’est une chose que le vampire apprécie, et rend l’hiver si précieux. Les humains adorent les nuits d’été autant qu’ils fuient les nuits hivernales. Son régime spécial le poussait à justement éviter la présence des humains autant qu’il pouvait. Surtout dans les rues, un humain isolé est une proie si facile que ça devient tentant pour le vampire, trop tentant pour qu’il puisse résister longtemps. Si un jour vous pensez faire un régime à base de tout sauf du sang humain saisit à la gorge, songez au fait que jamais votre soif ne sera apaisée. Et selon Edward, la soif est la seule ennemie du vampire. Il reporta son attention à Lilianne afin de justement éviter de laisser la soif le dominer.

    « Je l’aime encore. Tu verras, le jour où ça t’arrivera. C’est ça notre plus grande faiblesse si tu veux mon avis. Les humains sont capable d’oublier si facilement les êtres aimés, de panser leurs blessures, mais nous, les vampires, on est condamné à souffrir durant l’éternité. »

    Evidement, l’amour n’était pas uniquement source de souffrance. Si on lui proposait de revenir en arrière et de ne jamais rencontrer Lizbeth, il refuserait sur le champ. Il y a bien des choses qu’il regrette mais certainement pas l’amour qu’il lui porte, même si cela le fait souffrir, c’est aussi un sentiment puissant qui vous donne l’impression de ne jamais être seul où que vous soyez. Lilianne ne savait encore ce que cela pouvait être, mais les vampires peuvent parfois mettre des centaines d’années avant de rencontrer une âme sœur capable de faire battre leur cœur froid. Capturé le cœur d’un vampire est bien plus difficile que celui d’un être humain. Même entre eux, les vampires sont parfois incapable d’amour.

    « Oh si, je n’ai pas totalement abandonné la chasse. Mais j’ai changé de victime. A présent, je ne me nourris plus que de meurtriers. Le reste du temps, ce sont des poches de sang ou du sang animal, même si c’est infect, ça nourrit rapidement. »

    Une chasse ? Ce serait sans doute très excitant comme idée si Lilianne n’était pas capable des pires choses. Honnêtement, il a été aussi mauvais qu’elle avec les humains si ce n’est pire. Mais il avait changé et ne voulait certainement pas retomber dans ses mauvaises habitudes. Bon sang, Lilianne avait le don de le mettre au supplice. Petite tentatrice en diable. Elle parvenait si facilement à lui donner envie de quelque chose qu’il se refusait. Serait-il capable de lui dire non ?

    « Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée de chasser… je n’ai aucune piste de meurtriers et ça ne me dit rien de bouffer de l’innocent. »

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Ven 19 Mar - 19:22

    Lilianne ■ Exactement, qui es-tu pour oser demander cela à une Duchesse, ta Duchesse?

    Faisant un petit sourire vague, Lilianne ne savait vraiment que dire à son ami qui marchait aussi doucement qu'elle; on aurait dit qu'ils restaient sur place. Les roi étaient très encombrant et ils empêchaient toutes les tentatives de son mari, qui perdait espoir. Mais son mari importait guerre à Lilianne, car finalement sa lui facilitait la tâche. Son principal but était d'accéder au trône, pour pouvoir régner sur ce monde faible. Mais avant d'arriver à cela, elle devait d'abord jouer de son talent et être la plus aimante possible... devant les rois.
    Un petit sourire aux coins, Lilianne enchaîna de suite.

    Lilianne ■ Je n'aie aucun lien particulier avec les rois et pour tout te dire, je n'apprécie pas trop leur venue. Mais, nous devons faire avec.

    Regardant secrètement Edward, Lilianne fut étonnée de voir combien il pouvait éprouver envers cette jeune fille.
    L'amour avait toujours été un tabou pour la jeune fille, qui considérait cela comme de la faiblesse. Derrière toutes les aventures qu'elle avait eut, il y avait toujours eu un but précis. Rien que de s'imaginer dans les bras d'un être l'horrifiait; l'amour était une chose qui vous rendait faible et sans défense. Elle savait que jamais cela ne lui arriverait, et elle l'espérait.
    Elle fit un petit rire narquois pour masquer son agacement.

    Lilianne ■ L'amour est une chose horrible, à cause de laquelle on devient faible. Je ne connaitrais jamais l'amour, car je ne le désire pas. Au contraire, je le repousse.

    Ce sentiment était celui qu'elle répugnait le plus car il pouvait lui tomber dessus à tous moment; elle en était consciente. Mais elle le repousserait et s'imaginait cela facile; mais rien ne l'était. Elle ne comprenait pas qu'elle possédait un charme très apprécié par les hommes, un charme qui faisait que tous les hommes aimaient être auprès d'elle. C'était son point fort.
    Elle savait qu'en tant qu'amis Lilianne se devait de le réconforter mais elle ne voulait pas lui mentir. Elle avait dit ce qu'elle pensait vraiment et elle préférait dire la vérité quitte à les blesser.

    Lilianne avait un mauvais pressentiment car son ami n'était plus le même. Elle espérait se tromper mais elle craignait que cela était vrai. Son ami, son seul ami ou du moins sa seule connaissance fiable. Lâchant un grognement, Lilianne répondit d'un ton dur.

    Lilianne ■ Hum... Chassons le l'animal alors, je veux dire des animaux pas des humains. Même si je suis stupéfaite, je sens que tu as soif et moi aussi.

    Elle hallucinait, son ami qui refusait de chasser l'Homme. Lui avait lequel elle avait tant rigolé et chassée. Tout cela la révoltait mais elle s'était préparée et savait que tous le monde finissait pas changer, sauf elle.
    Le sang animal n'était pas aussi agréable que celui d'un être humain, plus particulièrement les jeunes hommes pour Lilianne, mais elle avait soif et ne pouvait se retenir. La prochaine proie serait vite tuée si elle ne faisait quelque chose. De plus, elle avait un besoin de se défouler et de décontracter ses muscles qui ne cessaient de demander à servir.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Mar 23 Mar - 18:01

    L’amour était source de souffrance, inutile de le nier, c’était évident lorsqu’on l’observait. Il faisait comme si ça ne l’affectait pas, comme s’il ne souffrait pas, parce qu’il était facile pour lui de masquer ses émotions. N’était-il pas un vampire, un être capable de déguiser son visage, d’en chasser toute trace d’expression, toute émotion, d’en faire un masque impassible ? Mais son comportement était chargé de toute cette souffrance. Il y avait la drogue, signe évident que quelque chose n’allait pas dans son existence, la drogue avait toujours une raison d’être, venait toujours d’un trouble ou d’un traumatisme, personne ne s’adonnait à la drogue dure juste pour le plaisir. Et puis il y avait son nouveau régime. Peu de vampires sont capable de se nourrir d’animaux, de poches de sang, durant une aussi longue période. Encore moins des vampires s’étant nourris pendant plus d’un siècle de sang humain directement à la source. Ca n’était pas facile, il fallait résister en chaque instant à la tentation. Evidemment qu’il souffrait et il n’essayait même pas de surmonter cette souffrance.

    Il n’y a pas que la souffrance, il y a aussi un sentiment puissant, quelque chose de supérieur à tout autre chose en ce monde. L’amour lorsqu’il vous trouve vous rend invincible, aveugle également, mais terriblement puissant. Aucun autre sentiment n’est capable de vous transformer ainsi, de vous changer pour toujours, et de bouleverser votre existence. Sans l’amour, nous sommes des êtres seuls, èrant sans but dans ce monde décharné, mais avec lui, même sans être aimé en retour, vous n’êtes plus seul, et la solitude ne vous tourmentera plus jamais. Si autant de personnes aspirent à être aimé, ou à ressentir ce sentiment, c’est uniquement parce que sans lui nous ne sommes que des coquilles vides, humains, vampires, loup-garou, on se ressemble tous au final, nous dépendons tous de l’amour qui peut nous rendre esclave ou faire de nous des héros.

      « Ne dis pas cela. Aujourd’hui, tu ne vois que les méfaits de l’amour, mais passer une éternité sur Terre sans connaître l’amour, je pense qu’il n’y a rien de plus triste. Quoi qu’il en soit des tourments qu’il impose, l’amour est un sentiment si puissant et capable de tant de chose, qu’il serait affreux de ne jamais le connaître. » Le vampire savait de quoi il parlait, avant Lizbeth il était un joyeux vampire commettant monstruosité sur monstruosité, s’amusant comme un petit diable, mais sans but, comme s’il ne possédait aucune âme, comme s’il n’était qu’un personnage grotesque de la comedia d’ell arte. Si ce sentiment lui inspirait de bien sombres pensées, il n’en demeurait pas moins heureux de continuer à aimer peu importait la souffrance que cela lui apportait. « De toute façon, le jour où l’amour sera sur ton chemin, tu ne pourras lui échapper. Personne n’a jamais pu lui échapper. »


    Le vampire parlait en tout état de cause. Avant de rencontrer Lizbeth il était la dernière créature sur terre capable d’aimer et d’être aimé. Il avait été aimé, avait été source de fascination, on était mort pour lui, on avait déjà tout donné pour lui, mais lui, n’avait jamais aimé. Il avait fait tant de mal à celles qui avaient eut le malheur de l’aimer. Et il s’étonnait souvent qu’elles puissent ne rien regretter tout en le maudissant, elles continuaient de l’aimer, même après qu’il leur ai brisé le cœur, qui les ai trahit, maintes et maintes fois. Il avait beau se montrer plus horrible à chaque fois, elles n’en étaient pas moins amoureuse. Et lui, était tombé amoureux d’une humaine des plus banales, mais incroyablement forte, elle possédait un caractère si fort, une foi si impressionnante, et elle croyait tant en l’humanité, que sa lumière intérieure en était aveuglante. Lorsqu’il l’avait courtisé, avec ses manières mystérieuses de vampires, elle était tombé sous le charme, l’avait aimé avec tendresse, timidité, et ferveur. Pourquoi l’avait-il donc transformé en vampire ? Certes, elle lui avait dit oui, mais personne ne lui avait jamais dit non, pourquoi aurait-elle été la première ? Il aurait dû deviner qu’elle ne pourrait pas se nourrir d’être humains, qu’elle ne pourrait pas partager son obscurité, sa nuit, ses chasses, son mode de vie. Elle aimait trop l’humanité, elle chérissait trop faire le bien, pour que le don obscur y changea quelque chose. Au contraire, tout ce qu’il a réussit à faire, c’est la rendre malheureuse pour l’éternité.

      « Allons, ne fait pas ta mauvaise tête, ça peut être amusant de chasser un animal, surtout si tu choisis une proie difficile à attraper. Tu sais, ils ont peur de nous, ils fuient en sentant notre odeur de mort, ils sentent bien mieux le danger que ces pauvres humains. »


    Il se dirigea vers la zone forestière du parc, la soif brillait désormais dans ses yeux les injectant de sang. Un vampire est si reconnaissable lorsque la soif le rend esclave. Les yeux injectés de sang, les veines bleues apparaissant à travers sa peau devenue translucide, les crocs apparents, et un puissant désir brûlant à travers ses prunelles, s’en était à se demander comment les humains faisaient pour ne pas comprendre. Ces idiots ne comprenaient jamais rien, ils étaient tellement aveugles ! Et dire qu’il existait des vampires qui se méfiait des humains, sinon, il n’y aurait jamais de telle loi, leur interdisant de chasser en public, de boire en public ou encore de laisser traîner des cadavre.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Ven 9 Avr - 21:16

Désolé pour cet énorme retard, mais je suis tombée malade...

*

    L'amour n'était autre que le reflet du diable, c'était cela que pensait Lilianne. Car moins on fait attention et plus il nous attaque pour nous affaiblir et pour ,enfin, nous tuer. De plus, Lilianne n'avait jamais fait confiance à personne -pas en totalité du moins- et s'imaginer avec un homme qu'elle regarderait comme dans ses séries idiotes, cela la répugnait d'avance. Jamais elle ne s'imaginait faire cela car ce n'était pas elle, c'était juste pour les faibles ce qu'elle n'était point.

    Elle n'arrivait pas à comprendre son ami qui ne cessait de lui rappeler qu'elle le trouverait un jour, lorsqu'elle s'y attendait le moins. Seulement, Lilianne surveillait toujours ses arrières pour ne pas se faire avoir, justement. Elle était plus que certaine qu'elle arriverait à passer entre les gilets de l'amour, de ce sentiment qui ne faisait que des victimes.

    Affreux? Vraiment? Je ne crois pas , bien au contraire. Tu sais, il y a deux sortes de personnes dans ce monde, selon moi. Les personnes comme toi qui découvre l'amour, qui l'apprécie, qui sont déjà touchés par cette contamination. Et il y a des personnes comme moi, qui sont assez malin pour comprendre que l'amour est mauvais, mais les plus intelligents sont ceux qui s'en méfis et qui réussissent à ne jamais être touchée par cela.

    Personne n'avait pu lui échapper...

    Depuis le temps que tu me connais, tu dois bien savoir que je ne suis pas comme tout le monde, non? Eh bien, je te prouverais que je ne serais pas touchée par ce virus.

    Edward venait d'annoncer qu'il ne souhaitait pas manger de l'être humain, chose qui était incroyable. Par ailleurs, lorsqu'il l'annonça Lilianne cru à une blague mais non. Il ne souhaitait pas «bouffer de l'innocent» comme il lui répondit, si familièrement.

    Tu rends tu comptes de ce que tu vas faire faire à un Duchesse ? Je te préviens, je veux un animal dur à attraper car je ne compte pas prendre un simple cerf. Je te le laisserais pour ne pas trop te fatiguer et tant que je suis sur la gentillesse, je te laisserais me rattraper de temps en temps.

    Effectivement, Lilianne avait non seulement une très grande beauté mais surtout une force qui surprenait de nombreuses personnes lorsqu'elle pratiquait la chasse. Par ailleurs, elle ne pratiquait cela qu'avec ses plus proches amis car elle n'aimait pas tellement que d'autres vampires s'aperçoivent de sa forces si peu cohérente avec la fausse Lilianne. Elle donna un coup sur l'épaule du garçon, en s'esclaffant.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Dim 11 Avr - 21:03

C’était sans doute triste d’entendre une bonne amie, une aussi vieille amie, dire que l’amour était un poison, une chose mauvaise qu’elle éviterait par tous les moyens, mais il devait bien avouer que Liliane ne semblait pas malheureuse pour autant. Après tout, elle avait trouvé auprès de son époux une alliance, et un meilleur ami, quelqu’un de fiable, et qui ne la rendait pas malheureuse, ne risquait pas de la faire souffrir. Pourquoi pas ? Lorsqu’il était un enfant, les mariages d’amour était un luxe que peu de personne pouvait s’offrir. Il aurait pu vivre sa vie de mortel sans jamais croiser l’amour, mais il a fallut qu’il croise un vampire. Les choses se sont décidés au final ce soir là. Car outre son désir de dévorer le monde, Edward aurait sans doute épouser une femme riche et puissante par la suite lorsqu’il aurait senti le poids des années l’assaillir. Et il connaissait beaucoup d’humains qui vivaient parfaitement bien sans l’amour et ses douleurs, mais aussi sans sa passion et ses joies. Il ne pouvait la forcer à penser comme lui, tout ce qu’il pouvait faire c’est espérer qu’un jour, quelqu’un parvienne à la faire changer d’avis.

    « Je sais à quel point tu es différente. Tu es sans doute la vampire la plus intelligente que je connaisse, mais celle que j’ai aimé était une humaine très intelligente aussi. Permet-moi seulement de te conseiller de ne pas mettre toute ton énergie à fuir un danger qui n’est pas aussi grand que tu le pense. » fit-il d’un air songeur. Lui avait été bouleverser par l’amour, sans doute plus que s’il n’avait connu d’autres femmes pour lesquelles il aurait pu ressentir de l’amour. Mais durant sa vie de mortelle, il n’avait pas voulu être touché par l’amour, et lorsque celui-ci était parvenu à le trouver, il l’avait prit en traître. « Et la chanson est fausse, toutes les histoires d’amour ne finissent pas mal. Parfois on cesse d’aimer dans la douceur, alors que d’autres comme moi sont habité par l’amour qu’ils cherchaient tant à repousser. »


Cette discussion sur l’amour ressemblait tant à un de ces dialogues de sourds qu’il sentait se profiler entre eux. A présent qu’il avait tant changer, il y aurait bien plus de désaccord entre eux. Pourtant, il était resté le même au fond, toujours aussi orgueilleux, toujours aussi arrogant, ayant en lui le profond désir de dévorer le monde entier, se ravissant qu’on faiblisse devant lui et sa puissance, mais au final, n’étant qu’un enfant s’amusant comme un fou. Cependant il y avait des changements en lui qui déplairait à la duchesse. Elle avait beau l’apprécier toujours autant, elle finirait par se lasser de lui, il en avait la certitude et cela le rendait vaguement triste et légèrement nostalgique. Le genre de sentiment qu’il n’appréciait pas ressentir, mais Liliane était une très vieille amie qu’il appréciait. Pour elle, il pouvait faire quelques efforts. Tenter de redevenir celui qu’il était avant, celui qu’elle a connu, n’était pas évident, loin d’être facile, mais il pouvait y parvenir si elle l’aidait. Il le désirait de tout son cœur. Ne plus ressentir la peine, la douleur, ne plus aimer, serait tellement tendre, tellement apaisant, il se sentirait enfin soulager de toute cette douleur qui l’étouffait peu à peu pour finalement le laisser sans force et vide.

    « Je vois. Eh bien je te propose un faucon, c’est un oiseau très adroit et qui ne se laisse pas facilement capturé. Tu peux aussi chasser l’ours mais outre le goût rare de son sang, c’est un animal pas si difficile à tuer malgré tout ce qu’on peut dire à leur sujet. » Question chasse des animaux, on avait plus de diversité que chez les humains, à vrai dire, c’était différent. Les humains n’avaient pas besoin qu’on leur cour après sauf si vous les effrayer au préalable, et il est si facile de les envoûter pour les tuer ensuite, que parfois le vampire savoure le plaisir de chasser l’animal. « Moui, tu te crois vraiment plus rapide que moi ? »


Cela lui rappelait la soirée où ils s’étaient rencontré. Elle lui avait demandé avec élégante combien il en avait tué, pariant qu’elle en avait eut plus que lui. Il avait été étonné par cette femme si élégante, si raffinée qui parvenait à se nourrir sans avoir une seule goutte de sang sur elle, et qui pourtant était capable de vous défier comme une enfant le ferait. Il avait compris à cet instant que se fier aux apparences avec elle serait une cruelle erreur. Par la suite, il avait réalisé combien son amie pouvait être un ennemi dangereux si l’on s’attaquait à elle. A l’époque, ils étaient de jeunes vampires, tout particulièrement lui, mais le talent à masquer sa personnalité derrière des gestes raffinés et froids, une apparence de beauté mélangée à de la froideur et de la distance, pouvait la rendre vraiment dangereuse pour n’importe quel ennemi, car il était difficile de voir combien elle pouvait être monstrueuse, cruelle lorsqu’elle le voulait. Il avait envie de relever le défi, parce qu’avec elle, il se sentait comme un gamin, à nouveau libre de toute contrainte, comme si aucune responsabilité ne posait sur ses épaules, comme s’ils étaient seuls au monde dans un gigantesque parc d’attraction rien que pour eux.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Jeu 15 Avr - 21:27

    Veux-tu bien arrêter ton discours où je dirais plutôt de me faire la morale sur un sentiment que je n'aurais pas l'honneur de connaître? Cela t'as apporté quoi autre que la tristesse? C'est à cause de ce sentiment que tu es devenu si peu désirable et autant sentimental !

    Lilianne s'emporta sur cet être qui la dégoutait à présent. Se retrouver avec un être tout à fait différent devant elle l'horrifiait car changer si vite était une véritable peste. Elle aboya contre lui, se retrouvant le visage devant le sien voulant le blesser au plus profond de son être. Son principal but était de retrouver l'ancien Edward qui était un être dur, qui ne refusait jamais de chasser l'être humain. Bien qu'il n'avait pas perdu son sens de l'humour, Lilianne sentait qu'il était différent et cela ne lui plaisait point.

    Elle savait parfaitement que son emportement ne faisait qu'empirer la situation mais il y avait qu'un seul moyen pour l'aider à se retrouver, les sentiments. Elle retira son visage du sien, dévisageant la nuit qui était désormais pleinement entamée. Tentant de se calmer elle lança un regard noir à son ami.

    Après toute l'explication de son ami le gentil vampire sur les nombreux animaux qui se trouvait en leur pouvoir d'avoir, Liliane prit avec grand plaisir le défis de son ami. Cela faisait deux jours qu'elle n'avait pas pu exploiter son talent et sa vitesse. Bien évidemment, elle n'avait aucune crainte que son talent s'éteigne car cela était encré en elle.

    Elle tortilla son corps dans tous les sens et en une fraction de seconde, elle se retrouva derrière son ami. Elle prit sa voix basse et murmura.

    Ne me tente pas.

    Le doux vent de la nuit parvînt à caresser les cheveux de la jeune femme. Le jeu n'était autre que l'une des principal motivation. Mais ce qu'elle aimait par dessus tout était gagner, et elle savait rester digne lorsqu'elle perdait. Ce qui, avouons le; était rare.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Sam 17 Avr - 3:12

      « Parfait, vraiment parfait! Dis aussi que je te répugne peut-être? » Le vampire s'emportait facilement, surtout lorsque c'était quelqu'un d'aussi proche qui s'amusait à le provoquer. Enfin, s'amuser n'était peut-être pas le mot, mais Edward n'aimait pas vraiment entendre ce genre de choses que venait de lui dire Lilianne. D'autant qu'il estimait qu'elle n'avait pas totalement tord. « Vas-y, ne te gêne pas, continue! »


    Le vampire n'était pas blessé par ces paroles mais ça n'était pas loin. Comment osait-elle lui parler ainsi? Ca ne le dérangeait pas de la voir se comporter comme une peste avec tout le monde, en fait il adorait la voir mettre les gens en boîte. C'était ça qui la rendait si intéressante à ses yeux. Mais quand elle jouait son numéro de peste juste pour lui, il ne le prenait pas aussi bien, curieusement. Le fait est que Edward était un peu susceptible et un peu était un euphémisme. Son amie le connaissait mieux que personne et était la mieux placé pour enfoncer le couteau dans la plaie. Il avait une furieuse envie de disparaître sur le champs ou de tout détruire.

    Il se demandait d'ailleurs pourquoi il était encore là. Normalement dans une situation pareille, il parfait en courant. Affronter les conflits avec ses proches n'était pas son truc. Surtout lorsqu'on le prenait en traître. Il adorait se batailler avec les gens mais uniquement lorsque c'était lui qui déclenchait la bagarre. Qu'à cela ne tienne, elle voulait voir s'il en avait dans le ventre, et bien il allait lui montrer que s'il avait changé il n'était pas pour autant gentil.

      « Dis-moi tout ce que tu me reproche, dis moi que je suis devenu un de ces vampires que tu méprise, et alors? Tu crois peut-être que tu es la meilleure parce que tu es devenue une duchesse. Laisse-moi rire. S'ils savaient de quoi tu es capable, ils te chasserais comme une vulgaire proie. Je suis peut-être sentimental mais au moins je ne prétends pas faire appliquer des règles que je ne respecte même pas. »


    Il avait craché son venin avec l'arrogance qui lui était habituelle. Pour ces paroles, une duchesse aurait pu exigé qu'il soit banni de son état. Mais le vampire s'en moquait. Il ne laisserait jamais personne l'insulter même si c'était un ami. Qui a dit qu'il avait un bon caractère?

    La discussion sur la chasse le calma quelque peu. Il avait envie de sang à présent, et ne pensait plus qu'au goût succulent des animaux tels que les loups. Le seul soucis c'est que avec tous les lycanthropes dans les parages, il évitait de chasser le loup, on sait jamais un accident est vite arrivé. Il observa la demoiselle apparaître en un clin d'oeil à un autre endroit. Elle était doué, c'est vrai, mais pas autant que lui. Et pour prouver ses pensées, il assoupli son corps puis s'élança à la vitesse de l'éclair et siffla pour lui montrer où il se trouvait c'est à dire confortablement assis sur une haute branche de l'arbre situé pas si loin de l'endroit où il se tenait à peine quelques secondes auparavant.

      « Hum, j'ai plutôt l'impression que tu es rouillée ma vieille. »

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Dim 18 Avr - 19:46

    C'est toi qui a changé Ed, moi je suis toujours restée la même. Voilà ce que l'amour a fait de toi, sa te plaît? Tant mieux, car moi pas tellement voix-tu. Mais je t'apprécie, chose qui est très rare, alors je vais devoir faire l'impasse sur cela. Le pire, c'est que je suis certaine que tu sais que j'ai raison.

    La colère était bien trop forte et la vampire grogna. Elle vérifia que personne n'avait rien entendus puis se retourna vers Edward, qui semblait toujours aussi vexé et énervé envers Lilianne. Elle préféra attendre et se calmer car elle ne voulait en aucun cas se fâcher avec Edward, qui était important pour elle. Il avait le don de la détendre dans les moments les plus dur de sa longue existence.
    Mais Lilianne éprouva un petit remord qui la rongeait au fond d'elle. Elle savait combien il avait dû souffrir avec l'amour. Peut-être avait-elle été un peu fort? La vampire voulait simplement lui faire comprendre qu'il devait redevenir de Edward d'avant. Bien évidemment, ce ne serait pas simple et encore moins définitif car on n'oublie pas l'amour de sa vie, mais elle était prête à l'aider.
    Ce qui impressionnait Lilianne était qu'il venait de dévoiler ce qu'il pensait tout bas. Cela mis un point au coeur à Lilianne, mais ce n'était que la triste vérité. Au fond, si tous le monde savait ce qu'elle tramait alors elle se ferait sûrement tuée. Mais peu l'importait, elle était au courant de se qu'elle risquait et elle était certaine qu'elle gagnerait.

    Ecoute Ed, je suis désolée que tu ai connu l'amour. J'en suis bien triste pour toi car tu ne pourras plus jamais l'oubliée mais il faut que tu redevienne comme avant. A quoi bon y croire encore? Je suis désolée de te blesser, mais à ce que je vois c'est le seul moyen de savoir ce que tu penses de moi. Au moins j'ai des ambitions, des projets dans ma vie. Je veux réussir et même si sa me coûte la vie, peu importe. Je suis une méchante, une peste, une égoïste. Mais oui, tu as tout à fait raison. J'ai tuée toute ma famille et tu sais quoi? Je ne regrette pas. Je n'aie jamais aimée personne et je n'aimerais jamais mais ce n'est pas la peine d'enfoncer le couteau dans ma plaie car je n'aurais jamais la chance d'aimer, je ne peux pas.

    Edward alla sur la branche d'un arbre, narguant Lilianne. Elle avait un peu honte de sa prestation car elle n'était pas en très grande forme. Elle se précipita vers son ami et décréta.

    Tu pardonneras ma faiblesse inhabituelle mais mon mari m'a séquestrée pendant deux semaines dans notre chambre. Je pense m'être améliorée pour ce dont nous avons fait dans notre chambre mais j'ai perdue de ma vitesse. C'est la duchesse qui va te demander ce qui arrive. Veux-tu bien m'aider Oh grand ami et bon vampire?

    Elle descendit de l'arbre pour aller se poser sur un banc se trouvant de l'autre côté du parc.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Dim 18 Avr - 23:53

    Avait-elle raison ? Dans le fond, il savait que oui. Il n’aurait jamais laissé de tes sentiments l’envahir, une telle torture lui infliger tant de souffrance. Le vampire qu’il avait été était magnifique, c’était un véritable démon que rien ne pouvait effrayé, qui ne ressentait pas la peur et pourtant qui était capable de se soucier de ses proches. Ceux à qui il tenait avaient toujours eut sa protection, que ce soit des humains ou des vampires, et sur ce point, Edward n’avait guère changer. Mais sa répugnance à tuer des humains, à rechercher les pires ordures mortelles que la terre ai porté pour se nourrir, à espérer qu’un jour Lizbeth revienne vers lui, à se sentir si faible était horrible. Ca n’était pas lui. Pas Lord Ruthven, le terrible démon qui avait mis en panique tous les humains d’une petite église en sortant de la crypte, la bouche pleine de sang, hurlant comme un damné que dieu n’existait pas, seul Satan écoutait leur prière. Etait-il aujourd’hui capable de faire cela ? Pouvait-il à nouveau faire ces grossières plaisanteries si amusantes à l’époque, à présent qu’il éprouvait des regrets, qu’il laissait ces émotions le mettre au supplice ?

    « Peut-être que l’amour n’a pas été tendre avec moi, peut-être que j’aimerais me libérer de ces chaînes, mais je ne pourrais tenter d’oublier celle que j’aime. Tu ne peux comprendre ce que c’est, de sentir en soi ce sentiment qui prend toute la place. Je crois qu’il est impossible de faire machine arrière. J’étais peut-être un éclatant démon, mais à présent je sais à quel point mon existence était alors vide de sens. » C’était cela qu’il éprouvait par dessus tout, l’impression d’avoir un but dans son existence, la retrouver, la pousser à l’aimer, la forcer à rester. Et pour y parvenir il était prêt à tout. S’il lui fallait se passer de sang, il le ferait, s’il lui fallait massacrer la terre entière, il le ferait. L’amour imposait si facilement sa loi. « Je t’apprécie également Lily, mais tu m’exaspères lorsque tu joue les idiotes butées. Tu es intelligente, et tu peux comprendre ce que je dis même si tu ne l’approuves pas. »

    Le vampire semblait se calmer mais les paroles de la duchesse restaient coincées dans sa gorge et il ne pouvait pas accepter ces paroles. Elle avait raison d’une certaine manière. Pourquoi agissait-il ainsi laissant ses sentiments pour Lizbeth le changer, modifier son comportement, pourquoi se laissait-il torturer ? Il n’était pas le genre à se laisser faire. Au contraire, il était tellement buté et orgueilleux… c’était justement à cause de cela qu’il ne pouvait pas admettre devant elle qu’elle pu avoir raison, même une fraction de secondes. Ca serait admettre sa faiblesse et elle avait déjà vu assez de fissures en lui sans qu’il eut besoin d’en rajouter. Pourtant c’était une de ses plus vieilles amies, et même à elle, il ne pouvait confier ses doutes.

    « Elle ne reviendra pas, du moins pas comme je l’entends. Ca je le sais, mais ça ne m’empêche pas de tout faire pour parvenir à l’impossible. N’est-ce pas cela qui t’a tant plu chez moi lorsqu’on s’est croisé. Tu penses que j’ai changé et dans une certaine mesure tu as raison, mais dans le fond, je suis resté le même. Mes agissements diffères mais j’ai toujours cette soif. Toi, c’est l’ambition et je vois bien que je t’ai blessé par mes paroles. Je m’en excuse et cependant tu dois reconnaître que tu m’y as poussé. »

    Le vampire observa amusé le manège de son amie. Elle était une sacrément bonne comédienne, et s’il n’y avait eut cette pointe d’ironie dans ses paroles, on aurait pu se laisser prendre au jeu. Lilianne n’était peut-être pas la plus rapide, mais elle se nourrissait plus souvent que lui de sang humain, et par conséquent, sa discipline devait être plus évoluée que la sienne, son pouvoir était également plus puissant, il pouvait le sentir. Hélas contre les animaux cela ne servait à rien. Il la rejoint en un éclair sur le banc, sniffant l’air pour ressentir les différents parfums de la nuit. Une chouette hulula au loin.

    « Hum, ce n’est pas bien madame de négliger la chasse. Je vais tout de suite vous prescrire un remède ! Vous devrez relever le défi qui suit : le premier a saigner la chouette à gagné ! » fit le vampire, d’humeur joueuse ce soir.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Ven 23 Avr - 19:42

    Je vois, mais je ne peux pas t'aider car je ne sais pas et ne veux pas savoir ce qu'est l'amour.

    Lilianne ne préféra pas répondre à la dernière phrase que venait de lui décréter Edward, car cela l'avait blessé. Il ne s'était pas rendu compte qu'il venait d'insulter Lilianne, la Duchesse, d'idiote butée alors que d'être méchante était sa vraie personnalité. Vexée, elle ne préféra rien dire et se referma tel un escargot dans sa coquille. Ce n'était pas la première fois qu'on lui disait cela et au fond, peut-être n'était-elle qu'une bonne à rien, une sans coeur. Elle regarda la profondeur de la nuit, hâte que le jour ce lève pour tuer quelques humains.

    Les paroles que prononça le jeune vampire perturba encore plus la vampire qui sentait sa colère monter. Elle respira doucement, essayant pour le mieux de lutter contre son corps qui lui disait de tout détruire. En un instant, elle pourrait détruire tout ce qui se trouvait autours d'eux mais elle serait sûrement tuée par la suite et alors, toute son existence n'aurait était qu'échec.

    Ce qui m'a plu chez toi était cette chose que je sentais que l'on partageait. Cette envie de tout gagner, d'être l'ultime vainqueur de toute cette existence. Car oui, pour moi ce n'est qu'un jeu c'est tout ce qui me reste Edward. Je n'aie plus de famille, je n'ai pas d'amis, je ne connais pas l'amour, je ne connais pas la compassion. Je ne suis qu'un envoyé du diable et rien que cela.

    Sur ces mots, elle se retourna ne voulant pas voir le visage de l'être, qui venait de lui dire ce que tant de personnes qui lui avaient dit. Sur ceux, elle se retourna vers Edward et décréta.

    Je ferais mieux de partir, mon mari m'attends. Le seul qui croit encore en moi, ou du moins en ce qu'il croit que je suis.

    La proposition du jeune vampire était très alléchante et de très bon goût. Edward était plus rapide et plus fort que Lilianne car après les expériences qu'elle avait fait avec son mari, elle avait perdue de son potentiel. Elle regarda d'un oeil son ami puis attendit le départ.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Lun 26 Avr - 13:07

    C’était impossible. Il ne pouvait pardonner à son amie d’avoir si clairement énoncé ce qu’elle pensait tout bas, et pourtant, il était bien placé pour savoir qu’il préférait toujours la vérité à un agréable mais lâche mensonge. Il ne pouvait la regarder sans regretter amèrement de ne plus être le monstre diabolique qu’il était, il ne pouvait tout simplement pas accepter qu’elle le regarde avec ce regard froid de toute émotion, cette dureté qu’elle possédait, une chose qu’il aimerait tant avoir pour le protéger de ses souffrances, comme une sorte de barrière qu’il pourrait dresser entre lui et sa douleur. Elle lui rappelait tout ce qu’il avait perdu, tout ce qui faisait de lui un terrible démon, une créature insaisissable et cruelle. L’observer en devenait douloureux pour le vampire. C’était impossible. Jamais plus ils ne seraient aussi proches qu’ils l’avaient été par le passé. Aussi fort soit-il, Edward ne pourrait jamais se sentir parfaite à l’aise avec son amie. Elle lui rappelait trop ce qu’il était, ce qu’il voulait redevenir, cet ange de la mort, cette créature parfaite à qui rien ne faisait peur, que rien n’aurait pu retenir bien longtemps, détaché de tout. Peut-être qu’il exagérait un peu, la mélancolie vous fait toujours songé que le passé était meilleur et moins douloureux que le présent. Cependant une chose était certaine, Lilianne lui rappelait tout cela par sa simple présence. Et le fait qu’elle insinue par petite touche sans cesse qu’il était lamentable à présent n’arrangeait rien à l’affaire.

      « Je crains hélas que personne ne peut m’aider, personne ne le pourra jamais. » le vampire avait dit cela sans tristesse dans sa voix. Pourquoi être triste ? Il était une créature maudite condamné à la solitude, et le hasard avait voulu qu’il rencontre l’amour, son âme maudite et mauvaise avait été presque broyée par ce sentiment, et aujourd’hui encore, son âme se rebellait encore et encore contre ce sentiment trop mielleux à ses yeux maudis. « Quelle pitié n’est-ce pas ? Qu’un vampire puisse ainsi pleurer sur son sort. Tu as raison ma belle, je me lamente trop. Mais qu’y puis-je, personne d’autre que les vampires ne ressentent la douleur comme nous la ressentons, et parce que nous la trouvons sublime nous somme incapable de lutter contre la nôtre. »


    Sublime c’était le mot. Rien ce monde n’était plus beau que la souffrance vu par des yeux maudis de vampires, de buveur de sang, d’être condamné à l’enfer depuis leur naissance à ce jardin sauvage. Inutile d’essayer de lui échapper. La souffrance qu’apporte l’amour est la plus douloureuse mais également la plus supportable des douleurs, perdre l’être cher peut vous détruire ou vous rendre plus fort, tout dépend du point de vue adopté. Edward n’avait été ni détruit, et ne sentait pas plus fort, c’était peut-être ça le problème. Le jour où son deuil prendrait fin, où il accepterait de l’avoir perdu pour toujours, alors ce jour là, il pourrait enfin redevenir celui qu’il était. Ayant parfaitement conscience qu’il ne serait jamais totalement le même, il savait cependant qu’il pourrait à nouveau marcher sur la voie du diable sans chagrin ni tristesse, sans remords ni regrets. S’il caressait de voir ce jour arriver, il savait qu’il en était encore loin. Trop de souvenirs douloureux étaient encore présent. Parce qu’il n’avait pas voulu savoir ce qu’était devenu celle qu’il avait chérie, il ignorait aujourd’hui si elle était encore de ce monde, si elle avait survécu elle aussi à la douleur, il aurait aimé savoir si elle avait au moins été peiné après son départ, mais peut-être qu’il préférait ne rien savoir. Et pourtant, il restait convaincu que tant qu’il ne saurait si elle était encore en vie, si elle souffrait encore, tant qu’il laisserait toutes ces questions en suspend, refusant d’affronter la réalité, il ne pourrait l’oublier, ni finir son deuil.

    Avait-elle raison ? Avait-il vraiment perdu sa soif qui le dévorait, oh pas celle du vampire courrant après le sang humain, celle-ci ne le quitterait jamais tant qu’il ne serait pas devenu un vulgaire petit tas de cendre, mais celle qui le brûlait de l’intérieur, celle qui le poussait avant à n’obéir qu’à ses caprices, qu’à chercher quelque chose de plus fort, de sublime comme il disait si souvent. Avait-il renoncé à son fol désir de dévorer le monde ? Edward aurait pourtant jurer que non. Mais était-ce vrai ? Sa soif de conquérir ce monde semblait avoir été éteint par la souffrance de son amour, pourtant, il la sentait, présente en lui, ne demandant qu’à jaillir, qu’à briller de mille feu. Il pourrait la laisser sortir, mais à présent, c’était comme un feu dont on est pas sûr de maîtriser les conséquences, la laisser s’échapper lui semblait dangereux, à risque. Pourtant c’était cela qui lui plaisait tant, prendre des risques, chercher par tous les moyens à briser la monotonie de cette existence.

      « Oh Lilianne… j’aimerais tant pouvoir à nouveau chasser avec toi, j’aimerais tant redevenir ce démon insolent qui te plaisait tant, j’aimerais tant parcourir le monde avec toi, le dévorer comme s’il était mien, n’en laisser rien, pas une miette. » il s’approcha d’elle, sentant son désarroi, sa souffrance, sa solitude. Il savait qu’à lui seule elle pouvait dévoiler cette souffrance, ce qu’elle considérait comme une faiblesse qu’elle devait éradiquer de son être. Lui, la trouvait magnifique ainsi. La souffrance semblait toujours si belle à ses yeux de vampire. Prenant ses mains dans les siennes, il s’approcha un peu plus d’elle, si proche qu’il sentait sa puissance, son pouvoir, caressant le sien, picotant sa peau d’albâtre. « Pour toi, je pourrais redevenir ce démon que tu aimais tant. Mais seul… je n’y parviendrais pas. »


    Il sentit le souffle invisible de la vampire contre son visage, il était trop proche d’elle pour continuer de disserter avec elle sans rien ressentir. Jamais elle n’avait dévoilé sa faiblesse devant lui auparavant, jamais il n’avait autant senti son trouble, sa fragilité. Sa déesse si froide, si détachée de tout, si forte, laissait enfin le rideau tomber et la vision qui s’imposait au vampire était absolument sublime. Il avait envie de tuer tous ceux qui la persécutait, envie de lui montrer qu’il pourrait faire n’importe quoi pour elle, envie de lui montrer toutes les merveilles de monde, si sa souffrance était magnifique elle n’en était pas moins terrifiante et bouleversante. Ne lâchant plus la main de la vampire, de son amie, de celle qu’il avait tant chéri comme une princesse des ténèbres intouchable, au-dessus de tout, des hommes, des souffrances, de l’amour, il la voyait à présent comme une personne capable de souffrir, de ressentir, et d’aimer, oui, d’aimer. Elle avait forgé autour d’elle une carapace pour se protéger mais le poids de cette carapace devenait de plus en plus lourd à porter. Il avait envie de l’aider, de la soulager de ce poids, de chasser la tristesse qu’il avait lu dans son regard. Caressant du regard son visage, il n’eut qu’un léger mouvement à faire, d’une lenteur surnaturelle pour atteindre ces lèvres si douce, et y déposer un baiser, à la fois timide et passionné, à la fois tendre, et cruel.

    Que faisait-il ? Comme à son habitude, il cédait à une envie fugace, à un caprice qui le saisissait. Embrasser son amie était la dernière chose à faire. Elle avait raison. Mieux valait qu’elle rejoigne son mari au plus vite plutôt que de continuer à se laisser embrasser de la sorte. Il s’imaginait sans doute que l’embrasser chasserait les ombres qu’il voyait danser devant son visage parfait. C’était ridicule, comme si un baiser pouvait chasser les ombres, pouvait rendre le sourire. Et pourtant, il ne regrettait rien. La regardant avec ce regard brûlant de défi, d’une envie folle de l’enlever pour cette nuit, de l’emmener dans son mausolée, de lui offrir une nuit intense, où ils ne seraient que tous les deux, où ensemble ils panseraient leur plaie, et oublieraient tout jusqu’au lever du jour. Impossible, et pourtant, il en avait le fol désir, et était capable de le réaliser. Il estimait préférable de se taire à présent.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Ven 30 Avr - 12:31

    Lilianne sentait que son ami avait perdu son envie de tuer et de tout gagner. Cet envie, que possédait plus que jamais la vampire, était très dur à retrouver mais en compagnie d'un être qui en possédait pour deux, Edward avait la possibilité de retrouver ce qu'il avait perdu. Elle était prête à sacrifier une partie de sa vie pour son ami, pour qu'il se retrouve et pour qu'elle le retrouve. Cependant, c'était très dur de voir son ami lui qui était si fort aussi bien mentalement que physiquement, céder à des sentiments si peu désireux.

    Edward, regarde moi. elle le força à le regarder dans les yeux. Je serais présente pour t'aider, nous prendrons des vacances loin d'ici s'il le faut. Je veux t'aider. Je suis ton... ton amie.

    Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle sera ses mains pour lui gratifier son amitié. Il se rapprocha d’elle, trop près d’elle. Il murmura quelques paroles puis laissa son envie le guider. Tenant ses mains comme jamais, les deux vampires pouvaient sentir leur souffles s’entremêler et la sentence de se rapprochement fut trop évidente. Des geste vif et soigné, le vampire posa ses lèvres sur celle de la Duchesse, qui ne cessait comment réagir. Devait-elle s’écarter au risque de le blesser ? Ou devait-elle se laisser embrasser sachant qu’elle pouvait ressentir des sentiments pour lui ? C’est alors que la Duchesse accepta se baiser. Elle ne savait si elle l’avait acceptée par amitié ou par amour mais ce baiser fut un véritable déclique pour la jeune femme. A cet instant, des milliers de questions parvinrent à son cerveau. Edward retira ses lèvres des siennes pour plonger son regard intense dans le sien. Elle sentait que ce baiser était interdit et c’est ce qui était encore plus excitant. Mais quelques chose effrayait la belle Duchesse qui affrontait son regard avec réussite. Edward avait sûrement découvert la véritable personnalité de Lilianne et devait s’être rendu compte à qu’elle point elle tenait à aimer.

    Le silence était tel que Lilianne pouvait entendre les ronflements d’un homme d’une cinquantaine d’années qui avait un cancer un poumon mais qui ne le savait sûrement pas. La véritable question dans tout cela était Comment avait-il prit ce baiser . Et ce fut cette question qui brisa le silence, peu supportable par la vampire encore excité par le défis.

    Que signifie ce baiser ?

    Lilianne ,quant à elle, ne savait que trop penser de ce baiser. Elle voulait à tout prix rester Duchesse pour arriver à ses fins mais ce baiser avait été plus qu’une révélation pour elle. C’est alors que lui vînt une idée… Et si elle s’associait avait Edward pour gagner le trône, tout en ayant une relation secrète. Lilianne ne savait pas si ce qu’elle ressentait était de l’amour car elle ne l’avait jamais connu. Tandis qu’Edward, lui, connaissait cela et même très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Mer 5 Mai - 3:27

    Exiger de Lilianne qu’elle quitte son duché chéri serait sans doute exagéré d’autant que Edward n’était pas certain de vouloir vraiment redevenir celui qu’il était. Bien sûr qu’il méprisait ce vampire accro à la cocaïne, au frigo rempli de poche de sang, traquant les animaux dans la forêt, dont le seul plaisir est dans la traque des criminels, les seuls êtres qu’il ose tuer, mais l’être qu’il était avant n’avait aucun but dans la vie, ne ressentait rien, ne savait même pas ce que pouvait être l’amour. Avait-il réellement le désir d’oublier son amour pour Lizbeth, de ne plus jamais songer à elle, d’oublier ce qui avait été les meilleurs moments de son éternité malgré toute la souffrance qu’il avait enduré ? Il ne pouvait exiger une telle chose de son amie. En supposant qu’elle laisserait vraiment tomber son duché, car la connaissant ça serait vraiment un prix énorme à payer, car elle adorait ce boulot, que se passerait-il lorsqu’elle réaliserait qu’il n’en avait même pas le désir profond, la volonté suffisante pour y parvenir ? Ce serait elle qui viendrait à bout de ses souffrances, lui explosant son cœur d’une balle en argent, le décapitant, et exposant ces morceaux à la lumière du jour pour achever son œuvres.

    « Ce ne sera pas aussi simple, et tu le sais. » répondit le vampire. Il ne voulait pas revenir en arrière, lui avouer qu’il avait lâché son barrage mental et libéré le poids de tous ces regrets accumulés. « Partir aussi loin qu’on voudra n’y changera rien. Ce dont j’ai besoin, c’est de me sentir à nouveau vivant. »

    Un problème que connaissaient tous les vampires. Avoir le sentiment d’être vivant, avoir le sentiment que son éternité sert à quelque chose, qu’ils ont une place sur Terre, qu’ils ont un but. Sans cela, ils s’ennuient, tournent en rond, et finissent par soit devenir de véritables psychopathes s’amusant en torturant les humains ou ils choisissent de s’offrir au soleil. L’amour est la manière la plus facile de parvenir à ce sentiment. Mais il existe bien d’autres manières pour un vampire d’y parvenir, seulement c’est plus difficile, et pas toujours évident. Lilianne avait sans doute trouvé le sien dans la politique, c’était sans doute le seul but qu’elle s’était fixé, et Edward ignorait à quel moment elle avait choisit de suivre cette voie.

    Le baiser qu’ils avaient échangés lui avait laissé un goût de mûre sur ses lèvres, et une sensation de douceur. Il aurait voulu prolonger cette étreinte, la garder auprès de lui, et la couvrir de baiser, mais il avait choisit de relâcher son étreinte et elle s’était écarté de lui, même si elle paraissait un peu raide, ça ne l’avait pas laissé indemne. Lilianne n’était pas aussi froide qu’elle le laissait penser même s’il fallait être très proche d’elle pour le savoir. Tout n’est qu’apparence. Lui on aurait dit que c’était un petit enfoiré mais un gentil, pourtant, il n’hésiterait pas à mettre en péril cette belle amitié pour une nuit de plaisir avec la vampire. Il avait été témoin de sa faiblesse, l’avait vu dans toute sa beauté, et ça l’avait fait fondre comme un petit glaçon au soleil. Elle avait repris le contrôle, mais c’était trop tard. Se montrer froide et distante à nouveau, ne servirait à rien contre le lion tenu en cage, une cage qui paraissait de plus en plus fragile.

    « Je sais pas. J’en ai eut envie et je l’ai fait. Pourquoi, ça t’a déplu ? » demanda le vampire avec une certaine arrogance.

    Lilianne vacillait, il la sentait moins sûre d’elle, désorientée. Contrairement à lui, elle n’était pas habitué aux relations amoureuses. Edward n’avait eut qu’un seul grand amour, mais il avait de nombreuses fois connu l’amour, l’ivresse de se sentir aimé, le picotement en bas du ventre lorsque vous regarder l’être cher, et ce sentiment de danger que vous ressentez au moindre changement d’expression de l’autre.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Mer 5 Mai - 14:41

    Lilianne ne savait comment prendre ce baiser, qui l'avait tant perturbé. Elle n'avait pas vu venir les lèvres de son pseudo-ami et lorsqu'elles se touchèrent l'une contre l'autre, Lilianne eût envie de le retenir. Bien qu'elle ne voulait pas se l'avouer, c'était exactement cette sensation qu'elle avait ressentit et rien ne pouvait changer cela. Elle s'était alors reculée et n'avait plus bougée. Puis quelques secondes plus tard, la belle vampire s'était rapprochée de manière à pouvoir discuter avec lui. Ce qui la dérangeait le plus n'était pas de savoir que leur amitié serait brisée car Lilianne allait faire le bon choix, elle en était certaine mais ce qui l'ennuyait le plus était qu'il avait réussit à lui voler la seule chose à laquelle elle tenait par dessus tout. Il avait réussit à la voir sensible, éprouvant des sentiments et cela autre que la haine. Tout était confus et Lilianne tentait tant bien que mal de garder le dessus sur ses sentiments car à l'instant présent, elle avait envie de tuer. De se tuer

    De toute manière je ne partirais pas.

    Bougeant doucement sa tête de gauche à droite, elle tentait de se calmer et de retenir toute cette rage qu'elle éprouvait mais surtout de comprendre voire éloigner ce nouveau sentiment qui lui était nouveau. Le besoin d'avoir des réponses étaient tel que Lilianne aurait voulut lire dans ses pensées pour pouvoir lire ce qu'il ressentait. Alors qu'elle lui demanda ce que signifiait ce baiser, le vampire se figea et prit un air arrogant plus que détestable.

    C'était... sympa. Ou plutôt étrange.

    Elle fit un petit sourire découvrant qu'elle était peut-être en train de connaître le sens du mot amour. Lilianne courut en laissant derrière elle un petit rire. Pendant cette petite promenade qui ne dura que deux secondes, elle remit ses idées en place et comprit qu'elle avait besoin de plus. Elle avait une envie et après quelques dixièmes de secondes, elle comprit qu'elle avait besoin d'Edward. C'est alors qu'elle revînt et dans un élan époustouflant colla ses lèvres sur les siennes. Leur baiser fut langoureux et passionné, comme si deux lions s'embrassait avec la légèreté et la passion d'un bébé jaguar. Lilianne l'embrassa sans plus s'arrêter, avec la classe dont elle avait toujours fait preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Sam 8 Mai - 3:10

    Avait-il vraiment cru que Lilianne puisse partir avec lui ? Franchement, durant deux secondes, oui, mais durant deux secondes uniquement. Croire qu’elle pourrait laisser tomber son duché pour lui, c’était ridicule. Pratiquement aussi ridicule que croire qu’il allait vraiment tout faire pour redevenir le vampire qu’il était. Ils savaient tous les deux qu’ils se mentaient. Le mensonge devient facile comme solution quand vous pouvez effacer toute expression de son visage. Le fait est qu’elle dise franchement ce qu’elle pense dénotait soit une certaine colère, ce qui était vraisemblable étant donné ce qu’il venait de se passer entre eux. Le baiser ne pouvait pas les laisser totalement indemne. Edward ressentait un puissant désir avant toute autre chose le saisir par les tripes mais il se doutait bien que Lilianne n’allait pas ressentir les mêmes choses. Déjà parce qu’elle n’allait pas se laisser dominer par son désir, elle était bien plus maîtresse d’elle-même qu’il ne le serait jamais. Mais elle aurait pu être franche. Il avait tout vu d’elle, y compris sa faiblesse même si ça n’avait duré que quelques minutes.

    « Bien sûr que tu ne seraient pas parti. Tu l’aimes trop ton duché. » répondit-il sans aucune colère ni rancune.

    Pourquoi lui en voudrait-il ? Elle ne lui devait rien. C’était lui qui avait commencé à céder devant sa rage. Par facilité. Il avait toujours fuit les conflits à sa manière. Pourquoi ça changerait aujourd’hui, même avec elle, il avait toujours le besoin de fuir. Et c’est ce qu’il avait fait. Elle était furieuse après lui pour le baiser sans doute, et il pouvait le sentir. Lui, il préférait lui faire l’amour pour oublier cette saugrenue idée qu’il puisse réellement redevenir le vampire qu’il était. La véritable question qui se posait le vampire c’était plutôt allait-il vraiment insister pour continuer ce merveilleux baiser ou allait-il faire comme si rien ne s’était passé ? Le plus sage serait bien évidemment la deuxième option mais difficile de fermer les yeux sur le désir qui hurlait en lui, de ne plus l’écouter, d’oublier le sentiment puissant remontant depuis son bas ventre pour atteindre le moindre de ses muscles et occulter la moindre pensées sensée.

    Etrange ? Ce n’était pas si négatif que ça, non ? Et puis, elle avait dit sympa juste avant. Sympa ça voulait dire qu’elle avait apprécier. Elle aurait pu dire génial mais ça n’aurait pas collé avec elle, Lilianne ne dirait jamais génial. Peut-être dans les années 80, elle aurait dit ce genre de choses. Est-ce qu’il devait en déduire qu’elle avait envie d’aller plus loin ou simplement qu’elle avait apprécié ce baiser mais considérait qu’il valait mieux s’en tenir là. Le vampire hésitait sur l’interprétation, se disant que c’était la meilleure manière pour ne pas lui sauter dessus ou lui répliquer qu’en recommençant ça semblerait moins étrange. Et durant cette petite joute intérieure, elle tourna les talons, se mit à courir comme pour s’éclaircir les pensée et opéra le plus prompt des demi tour. L’instant d’après il avait enfin sa réponse. On n’aurait pu supposer de réponse plus claire. Elle l’embrassa.

    Il lui enlaça la vampire par la taille tendit qu’elle écrasait ses lèvres contre les siennes. Il sentit ses cheveux suivant le mouvement plus lentement qui rebondirent autour de son visage. Caressant du bout de sa langue la lèvre inférieur de la vampire, il lui sembla que le silence se faisait autour d’eux comme si les animaux de la forêt comprenait que deux prédateurs redoutables venaient de s’unir dans une étreinte des plus puissantes et à la fois gracieuse et pleine de légèreté. Le vampire caressa la joue de la vampire transformant ce baiser passionné en quelque chose de plus tendre, de plus doux, et d’unique. Elle était sienne en cet instant, et tout ce qu’il ressentait c’était uniquement du désir pour cette beauté immortelle qui n’était qu’à lui seul.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Jeu 13 Mai - 15:18

L'envie d'aider son ami lui était tel qu'à cet instant, elle aurait souhaiter tuer cette humain qui avait réussit à fragiliser un vampire, à le faire devenir humain. Il s'était laissé porter dans cette vague de sentiments incontrôlable et dans laquelle on ne pouvait s'enfuir. Lorsqu'on tombe dans cela, il est pratiquement impossible d'en sortir et cela même avec toute la volonté qui puisse exister. Le seul moyen de s'isoler de tout cela est de trouver une autre personne qui ne ressemble en rien à l'être que l'on souhaite par dessus tout oublier. Effectivement il n'est pas facile de sortir de tout cela et on ne peut jamais rien oublier mais cela permet de passer au dessus de tout, avec un autre être aimé.

Lilianne ne savait que faire fasse aux sentiments qui se présentaient devant elle, comme si une cage l'attirait sachant très bien qu'elle n'en sortirait pas indemne. Elle devait faire un choix plus que difficile et passer au dessus de toutes les limites qu'elle s'était donnée dès le départ. Quitter son duc lui était bien trop impossible car pendant toute son existence elle avait tout donné pour arriver jusqu'ici et tout abandonné viendrait contre ses principes. Lilianne était duchesse et ne se voyait pas sans l'être. Edward devrait comprendre cela, ainsi qu'elle avait des sentiments nouveaux.

Ne prenant pas la peine de lui répondre, la réponse étant trop évidente, Lilianne tentait de se remettre les idées en places. Elle n'avait jamais dit à personne combien elle avait appréciée un baiser, car elle n'en avait jamais aimée aucun. Aucun, sauf celui là. Courant dans tout les sens pour se retrouver, Lilianne brisa ses chaînes et décida de se laisser aimer, pour cette nuit car au finale, elle ne savait vraiment que faire et agissait sur un coup de tête et sur une envie plus qu'importante.

Un baiser les lièrent tous les deux, tandis qu'Edward resserrait son étreinte. Il était doux, jamais elle n'avait connue un baiser aussi doux que celui-ci. La langue du vampire caressait doucement la lèvre inférieure de la vampire toujours agrippée à son vampire. Edward avait le don d'envoûter la jeune femme et il fit de cet instant, un moment unique dont jamais ils ne pourraient oublier l'existence. Soudain, Lilianne se retira doucement toujours en gardant Edward dans ses bras et celui-ci gardant ses mains autours de sa taille. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres à présents rosée par les sentiments. Elle passa sa main dans les cheveux bruns du vampire, qui l'observait comme une déesse.

J'ai mentis, ce baiser n'était pas sympa. Il était merveilleux.

Effectivement Lilianne lui dévoilait ses sentiments comme elle n'avait jamais fait. Elle finit sa phrase par un baiser où leurs langues s'emmêlèrent, pour ne former qu'un. Ils étaient unis et cela pour le reste du l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   Mar 18 Mai - 2:41

    Durant toutes ces années, il n’avait jamais songé à embrasser ces lèvres délicieuses si fines et si douces, dont la fraîcheur était absolument divine. C’était curieux tout de même qu’il n’y avait jamais vraiment songé. En cherchant bien, il avait ressentit ce besoin, bien avant de connaître Lizbeth, bien avant de connaître les affres de l’amour, à leur première rencontre. Lorsqu’elle avait ce sang humain sur ses lèvres et tous ces cadavres autour d’elle, il l’avait trouvé diablement sexy et avait eut la singulière envie de l’embrasser, de baiser ses lèvres, de la couvrir de baiser, de lécher la moindre éclaboussure de sang humain sur son sang. A cet instant là, il aurait pu en faire une conquête ou une compagne, ça aurait été absolument délicieux si elle était devenue sa compagne, quels amants terribles ils seraient devenus, mais il y a eut ce chasseur et l’idée de l’embrasser la quitter. Il était étonné de ne pas avoir eut à nouveau envie de l’embrasser par la suite. Et les événements qui ont suivit n’ont jamais permis réellement au désir inasouvit de se réveiller. Sans doute avait-il senti qu’elle ne serait pas prête à cela, parce que lorsque ce genre de sentiment s’éveille entre deux amis, la frontière entre l’amitié et l’amour devient alors si fragile et si maigre qu’il pouvait comprendre qu’on n’ai pas envie de s’y aventurer. Lui ne connaissait pas ce genre de peur, il n’avait jamais laissé la peur le dominer quelle qu’elle soit.

    L’enserrant à la taille, embrassant ces lèvres si douces et si délicieuse, il songea à toutes ces années perdues où ils auraient pu consommer ce brûlant désir qui le tenaillait, où ils auraient pu partager tant de nuit avec ce plaisir délicieux qui le envahissait à présent, ils auraient pu profiter de chaque instant de partage, de chaque sensation brûlante que leur offrait leur caresses, au lieu de cela, ils n’avaient passé des années à partager tant de choses sans jamais approfondir réellement leur désir. En avait-elle ressentit avant ce baiser ? Il l’ignorait. Plongeant sa langue entre ces deux lèvres roses pâles, il se sentit si puissant tandis que le désir montait en lui tel une fièvre. Etait-ce réellement un regret ? Les vampires peuvent-ils vraiment regretter d’avoir perdu des années quand on les sait immortels ? Il en ressentait. Il avait le besoin de consommer ce désir cette nuit comme si demain ils pourraient disparaître à tout jamais. Remontant sa main le long de sa colonne vertébrale en caressant du bout des doigts la peau voluptueuse de la divine princesse qu’il tenait tout contre lui. Elle était radieuse, divine, et radieuse. Aucune autre créature ne pouvait à la fois représenter la glace, le froid et la distance par son attitude, son visage fermé, et à la fois avoir un feu aussi brûlant en elle. La vampire soupirait sous ses caresses, tout son corps entier soupirait et gémissait en silence. Elle était plus que délicieuse, elle était à lui en cet instant. Et il voulait que son corps se réchauffe, il était prêt à tuer n’importe quel humain pour réchauffer ce corps délicieux. Seul le sang humain chaud en était capable, sinon une dizaine de lapin suffirait. D’un autre côté, il n’avait guère envie de chasser, tout ce qu’il désirait c’était l’embrasser encore et encore, goutter à ces délicieuses lèvres, ce divin corps, cette peau d’une douceur absolue.

    Relâchant ces lèvres pâles, il éloigna son visage conservant son front contre celui de la duchesse. Il l’enserrait toujours, avec force et douceur, comme seuls les vampires savent le faire, dans une étreinte qui pourrait retenir la force d’un tigre tout en protégeant un œuf sans le briser. La belle vampire était tout chose. Il ne l’avait jamais vu ainsi. C’était comme si un masque qu’elle posait devant son visage était tombé. Repoussant une mèche qui lui tombait devant le visage, il caressa ses joues, puis ses lèvres. Et dire qu’il n’avait jamais goûté à ses lèvres auparavant. Elles avaient un goût de mûre sauvage. Il l’enserra plus fort, comme s’il avait toujours recherché ce contact, comme s’il puisait sa force de cette étreinte. Il ne lui avait jamais dit, mais elle avait toujours été là pour lui, même lorsqu’il ne lui disait rien, il savait qu’elle serait là, et sa simple présence lui suffisait. Il n’avait besoin de rien de plus pour se sentir apaiser même si parfois sa présence l’énervait également. Il avait besoin d’elle. Et seulement cette nuit, il comprenait à quel point il lui était attaché.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De choses et d'autres... Ft. Lilianne   

Revenir en haut Aller en bas
 

De choses et d'autres... Ft. Lilianne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de l'Ombre ::  :: Archives RP-