AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥   Mer 24 Mar - 21:58



Tristan REYNOLDS
1500 ans ; Vampires ; Roi vampire

Découvrez la playlist Papa Roach avec Papa Roach


    VERITABLE NATURE
      ON SE CACHE TOUS DERRIERE UN MASQUE QUE SONT LES APPARENCES.


♦️ QUELLES SONT VOS HABITUDES ET OCCUPATIONS DIURNES ?
Lorsque j’étais encore humain, j’étais un guerrier surentraîné, j’étais connu pour ne perdre aucun de mes combats et tout cela a continué, même lorsque je suis devenu vampire. Même si maintenant, je ne me bats plus, je garde cette rage de combattre, ce désir d’avoir un opposant et de me mesurer à lui. C’est pourquoi j’aime jouer aux jeux de stratégies comme les échecs ou les dames. Mais il faut avouer que j’ai toujours eu une préférence pour les échecs. J’ai toujours eu l’impression de revenir en arrière en jouant à ce jeu et je m’y investi toujours au maximum. J’ai l’impression de devoir de nouveau protéger mon sire, de donner des ordres aux soldats encore inexpérimentés, de découvrir les stratégies de mon ennemi et de les déjouer. J’aime l’adrénaline qui monte dans mon corps mort. C’est, je crois, avec le sexe, l’une des seules choses qui me fait vraiment sentir vivant. Et c’est donc ainsi que je passe le plus clair de mon temps, je me distrais ainsi. En jouant seul ou Charles, ça m’est égal puisque je ne me lasse jamais de ce jeu.
Mais, heureusement pour moi, ce n’est pas le seul passe-temps que j’ai. Je peux très bien passer mes journées à lire un bon vieux livre. Je possède une énorme bibliothèque avec pleins de livres du temps ancien mais aussi quelques livres récents. Je ne vis pas totalement dans le passé non plus et il m’arrive d’accepter la modernité. Mais il faut vous avouer que le monde change tellement vite autour de moi, que j’ai parfois un peu de mal à ne pas paraître vieux jeu mais si vous aviez vécu autant de temps que moi, je pense que vous seriez autant perdu que moi dans la société actuelle. Une société basée sur les apparences qui changent sans cesse, comment savoir si la mode est déjà passée à autre chose en portant telle ou telle chose ? J’ai réglé la chose depuis longtemps en choisissant de ne plus la suivre et de garder mon propre style : un style sombre et surtout, un style qui ne se démode pas si facilement !

Bon maintenant, vous voulez peut-être le résumé d’une vie de roi ? Eh bien, tout d’abord, mettez-vous dans la tête que ce n’est pas si facile que ça, bien au contraire ! Il faut toujours être au top de sa forme et réfléchir le plus vite possible afin de régler de la meilleure façon possible chaque problème posé et on peut dire qu’il y en a un bon paquet de problèmes…
Tout d’abord, je dors très peu, mais ça, c’est de ma faute car je suis censé dormir la journée et de me réveiller dès la tombée de la nuit pourtant, il m’arrive souvent de me lever dans l’après-midi ou en début de soirée pour me balader dans la rue. Et là, je dois faire attention ! Le soleil ne me détruit pas comme dans les légendes mais il m’affaiblit donc je dois bien me couvrir et me diriger le plus possible vers les endroits sombres. Par contre, dès que la nuit tombe, je règne en maître absolu sur toute la ville. J’ai souvent des réunions afin de régler quelques ennuis provoqués par des vampires ou tout simplement pour discuter avec mes sujets vampires. Il m’arrive d’ailleurs très souvent d’aller les visiter puisque je ne les considère pas comme de simples pantins mais plutôt comme des êtres vivants. Il ne faut pas oublier que durant mon vivant, j’étais à peu près au même stade qu’eux et que je ne suis pas devenu roi immédiatement, même si ce fut très peu de temps après la création du royaume.
Ensuite, je peux me balader pour rencontrer une belle humaine ou deux à mettre dans mon lit, de plus, je me servir d’elles pour me nourrir sans tuer puisqu’elles sont souvent consentantes lorsque je leur demande du sang. C’est donc plutôt pratique et je peux ainsi allier l’utile à l’agréable !
Mais il faut avouer qu’en ce moment, il y a une humaine plus particulièrement qui attire mon attention, elle a l’air différente des autres et j’hésite à en faire mon égal… On verra bien comment la situation tournera mais en ce moment, je m’amuse beaucoup avec elle.

♦️ QUELLES SONT VOS PRINCIPAUX TRAITS DE CARACTERE ?
Tristan ne pourra pas décrire son caractère, il ne se connaît pas assez alors c’est à moi, sa narratrice adorée (ahem…) de prendre le relais pour cette fois-ci.
C’est un jeune homme buté et intransigeant qui ne reviendra jamais sur une décision lorsqu’elle sera prise mais, il sera tout de même assez intelligent, pertinent et astucieux pour savoir quelle décision sera la meilleure et, il ne la prendra, donc, pas à la légère. Il est donc aussi très autoritaire et intimidant. Ce qui ne l’empêchera pas d’être patient avec tout le monde, il possède en effet une énorme patience et ne sera pas du genre à s’énerver subitement et à agir sans réfléchir. Il garde beaucoup de traits de caractère qu’il possédait en tant que guerrier, lorsqu’il était humain, auxquels s’ajoutent la discrétion et la loyauté qu’il acquerra également lors de son vivant.
C’est aussi un homme très franc qui ne passera pas par quatre chemins pour dire ce qu’il a à dire et qui le dira, ne supportant pas l’hypocrisie. Mais pourtant, il est très manipulateur et très séducteur.
Donc, dans l’ensemble, on pourrait le qualifier d’être particulièrement complexe, on ne peut pas le définir comme une bonne personne, ni comme une mauvaise.

♦️ CE QUI FAIT DE VOUS QUELQU'UN DE DIFFERENT :
Tout d’abord, le fait qu’il soit roi des vampires le rend plutôt hors du commun et, même s’il n’est pas le seul, il a un caractère bien spécial qui fait qu’on ne sait jamais vraiment si c’est une bonne ou une mauvaise personne. On ne peut pas le définir comme on a l’habitude de le faire avec les livres ou les BDs où l’on voit clairement que le héros est un gentil et que son ennemi est un gros vilain méchant. S’il devait à tout prix se retrouver dans ce genre d’endroits, il serait probablement l’ami du héros qu’on soupçonne toujours d’être, en réalité, une mauvaise personne. L’ami du gentil, qui, jusqu’à la fin, demeurera un mystère total pour les lecteurs jusqu’à ce qu’il se décide enfin de révéler son aspect positif ou alors son aspect négatif.
(Je repasse le relais à Tristan)
Qu’est-ce qui me différencie des autres vampires ? J’aime la puissance, les jolies filles, je ne me gène pas pour fricoter avec des humaines mais pourtant, je ne néglige pas les autres. Je fais attention à mes sujets et je les respecte énormément. Ils sont importants pour moi car sans eux, je ne serai pas là où j’en suis en ce moment. Sinon, j’ai, en effet, un pouvoir de vampire, la célérité. Je peux donc agir à la vitesse de la lumière par rapport aux autres ce qui peut me rendre redoutable sachant que je suis un ancien guerrier très expérimenté.
Ce n’est pas tout, comme je l’ai déjà expliqué un peu plus tôt, je garde des occupations plutôt anciennes, quoique pas vraiment démodées de nos jours mais il s’y ajoute l’art du combat et de l’escrime que je continue à pratiquer afin de m’entretenir et de ne pas perdre la main en situation d’extrême urgence.
Dans la société des vampires, je suis plutôt quelqu’un de novateur, j’aimerais moderniser les règles de notre société, les rendre plus souples sans pour autant que tout vire à l’anarchie totale. Ce qui est plutôt ironique, on n’a pas vraiment l’habitude de voir le plus vieux aimer finalement la modernité. Oui, le monde change très vite autour de moi, tellement vite que j’ai parfois du mal à tout suivre mais ce n’est pas pour ça que je déteste la modernité, au contraire ! Voilà donc ce qui me différencie des autres vampires.


    UNE LONGUE HISTOIRE
      DU CHEMIN QU'ON PARCOURT, ON NE CONSERVE EN SOUVENIR QUE LES EPREUVES.

Le 28 octobre 1*** (la date est effacée par une tâche de sang)

A toi qui lis ces mots en cet instant,

Qui aurait cru que j’allais me mettre à écrire un épisode de ma vie sur un simple carnet ? Je n’ai jamais aimé écrire. Surtout à propos de ma vie. Mais pourtant, aujourd’hui, je sens que je me dois de le faire. Pourquoi donc ? Pour ne pas oublier.
Je pourrais dire que j’ai eu deux naissances dans ma vie mais… Je ne pense pas que ce soit vraiment exact. Je crois plutôt que je suis maudis et qu’en réalité, je suis déjà mort. Alors, je vais te raconter le jour de ma mort.
Ma vie n’a pas vraiment eu d’importance, j’ai déjà oublié les circonstances qui ont fait que je me suis engagé dans l’armée mais, le principal, c’est que j’y suis arrivé. J’étais plutôt doué ou alors j’ai reçu un entraînement qui a fait que je suis devenu comme ça mais, je n’ai jamais eu peur de la mort, c’est ce qui a fait ma force. Je suis vite devenu fidèle à mon sire que je jugeais bon envers les autres et très intelligent et j’ai participé à beaucoup de guerre en son nom. J’ai donc passé toute ma jeunesse à m’entraîner puis à partir en guerre. J’ai vu beaucoup de gens mourir de ma propre main et j’ai perdu beaucoup de compagnons. Mais la vie continuait.

C’est parce que la vie est éphémère qu’elle est si précieuse.


C’était dur, il faut l’avouer, c’est très dur de devoir vivre ainsi sans confort, sans pouvoir s’attacher de peur de souffrir, voir tant de douleur, tant de sang, tant de morts. Mais j’ai toujours cru en mon sire et j’ai toujours cru que ce que je faisais était la meilleure chose à faire. Et je le crois encore.
Ma vie devait donc se dérouler ainsi dans l’horreur, le sang, la souffrance jusqu’à ce que je meure dignement sur le champ de bataille ou que je périsse seul dans un coin isolé, sans avoir connu l’amour. Car pour tout vous dire, il y a bien eu quelques femmes dans ma vie mais elles ont vite débarrassé le plancher. Je ne faisais pas assez attention à elles, j’étais obnubilé par le combat, l’honneur, les entraînements et mon sire. C’était les seules choses qui m’intéressaient vraiment dans ma vie de mortel. Tout le reste me paraissait indigne d’intérêt. J’étais crains et respecté, je pensais que c’était ça la vie. Être vu comme une légende vivante, être adulé et adorer mon sire. C’était tout ce qui m’importait.

Heureux ou malheureux, il suffit qu’on me craigne.

Mais je n’étais pas destiné à mourir de vieillesse ou sous le coup d’un adversaire.
Un soir où je rentrais du champ de bataille, je croisais un enfant à l’allure plutôt étrange qui dégageait un certain charme et un grand calme. Il me fixait tandis que je me baladais tranquillement sur mon fidèle destrier et je descendis pour m’approcher de lui. Ses yeux se posèrent calmement sur moi et il m’offrit un magnifique sourire avant de me prendre par la main pour m’emmener quelque part. Moi, ô pauvre humain séduit par cette innocence juvénile, je l’ai suivi, j’avais l’impression de voir un devant moi l’enfant que j’aurais pu avoir si j’avais décidé de me poser avec une femme. Il m’a emmené dans un coin sombre à l’écart et je ne me suis pas méfié un instant, j’étais dans mon village, je savais que personne ne me voudrait du mal car tous les villageois me respectaient, je les protégeais et ils m’aimaient.
Le garçon me parla d’une voix mature et calme pour m’expliquer qu’il m’admirait, qu’il voyait en moi quelqu’un de précieux et qu’il pensait que je ne devrais pas gâcher ma vie à rester ainsi. Apparemment, il voulait me transformer ou faire une chose du genre, ne le croyant pas le moins du monde, je m’accroupis pour arriver à sa hauteur et lui fit un grand sourire en lui passant la main dans les cheveux dans un geste d’affection paternelle tandis que mon cœur se serrait. Un instinct me dit de faire attention à ce petit garçon qui n’était pas si innocent que ça mais je l’ignorais. Le garçon m’enlaça et je me sentis fondre entre ses bras : j’aurais tellement voulu être père, mon cœur se serrait et je fus surpris de constater que le petit garçon m’embrassait le cou. Soudain, une affreuse douleur m’envahit. J’étais bloqué entre les bras de pierre du petit garçon et j’eus l’impression qu’on me déchirait la chaire au niveau du cou. Comme si deux couteaux aiguisés se plantaient dans ma peau et qu’on lui suçait le sang.

Il ne faut jamais se fier aux apparences.


C’était trop tard, je restais séduit par le petit garçon qui me tenait fermement contre lui tandis que je mourrais à petit feu entre ses bras. La légende des vampires me revint en mémoire et je me souvins avoir rit lorsque je l’avais lu, la trouvant parfaitement ridicule. Que j’étais bête. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai pas vu ma vie défiler devant mes yeux, je me suis juste senti en train de tomber dans un gouffre noir sans fin, je n’étais plus dans mon corps. Mon âme se perdait dans mon corps, devenu trop grand. Je ne sentais plus rien, juste la fraicheur de la mort qui m’envahissait peu à peu. J’avais mal, tellement mal.
J’ai déjà été blessé sur le champ de bataille mais cette douleur était différente, plus vive, plus aigüe, plus perfide. Je me vidais lentement de mon sang et j’avais l’impression que ma vie partait en même temps que lui, mon cœur battait de moins en moins vite, de plus en plus douloureusement lorsque je sentis du sang couler dans ma bouche.
On essayait de me sauver ? Cela ne servait à rien. J’avais déjà perdu trop de sang et ce n’était pas en essayant de me faire ingérer ce sang que j’allais revenir à la vie. Pourtant, mon corps accepta avec joie ce présent et je trouvais que ce sang n’avait même pas le goût habituellement métallique du sang. Bien au contraire, il était sucré.

Il y a des choses tellement horribles en ce bas-monde que l’on ne peut même pas poser de mots pour les définir.


La douleur revint. Beaucoup plus puissante, mille fois plus puissante. Alors que j’avais l’habitude de résister à la douleur, je n’arrivais pas à supporter celle-là. J’entendis des cris inhumains, des supplications, une personne suppliait qu’on l’achève. Je me demandais qui hurlait ainsi et je compris enfin que c’était mes propres cris. Je n’avais même plus l’impression de comprendre ce qu’il se passait autour de moi. Tout était noir, je ne ressentais que la douleur. Mes os fondaient, ma chair pourrissait, mon cœur battait de plus en plus lentement en m’arrachant la poitrine, ma cicatrice au cou brûlait. J’avais mal, tellement mal. Je ne savais plus comment je m’appelais, quel était mon âge, qui j’étais et ce qui m’arrivait et, je m’en fichais. Je voulais juste mourir pour que tout cesse. Mon corps était brulant et pourtant, lorsque je le touchais, il était glacial. Je voulais que ça cesse.

Tuez-moi, tuez-moi, tuez-moi, tuez-moi ! Je n’en puis plus. TUEZ-MOI.

Comment pourrais-je retranscrire sur un simple bout de papier la souffrance que je ressentis ? Mes yeux pleuraient, mon cœur ne battait plus, je n’avais plus d’os, je n’étais qu’une flasque de chair putréfié. J’étais mort et pourtant, je vivais. Comment décrire l’horreur que vous vivez en cet instant ? C’est impossible. Personne ne pourrait comprendre l’intensité de la douleur, personne ne pourrait comprendre l’envie de se déchirer soi-même, de se tuer, tandis qu’on brule. Peut-être étais-je en enfer pour avoir commis tant de meurtres, pour avoir tué tant de gens ?

Il y a des questions en ce monde auxquelles on ne trouvera jamais de réponses.


J’avais perdu toute notion du temps mais pourtant, un jour, la douleur disparu complètement. Je cru que j’étais mort mais rapidement, une douleur tordit mon estomac et m’obligea à ouvrir les yeux. J’étais dans un endroit sombre et humide. Il n’y avait pas plus cliché. Me relevant en étouffant un bâillement avec ma main, je failli me blesser avec mes canines qui avaient doublées de volume. Fermant la bouche, je remarquais qu’elles n’étaient pas assez grandes pour dépasser de ma bouche et me trahir. Ma peau était froide et dur et mon estomac gargouilla. J’avais faim. Très faim.
Regardant calmement autour de moi, je cherchais une ouverture pour m’enfuir de cet endroit, il me semblait être dans un endroit souterrain, peut-être un caveau ou tout simplement une cave. Je remarquais la porte et m’y dirigeais avec une rapidité que je n’aurais jamais soupçonnée, j’allais trouver un moyen d’ouvrir la lourde porte en pierre lorsque je perdis patience sous un accès de faim intense qui me mit dans une grande rage. Je frappais un grand coup dans la porte de pierre qui explosa comme si j’avais simplement frappé dans un château de cartes. Surpris mais trop affamé pour me poser des questions, je passais mon chemin pour voir pour la première fois depuis longtemps la pleine lune illuminer de sa beauté diaphane le cimetière où je me trouvais.

Il ne suffit pas d’avoir une apparence humaine pour en être un.

Respirant profondément l’air frais, je humais une odeur alléchante. Sans savoir à quoi m’attendre, je courrais en la direction de cette odeur pour voir une jolie jeune fille se balader seule dans les rues sombres du village. C’était peu prudent de la part d’une jeune femme aussi belle et j’allais l’aborder. Elle fut d’abord surprise puis sembla me reconnaître et m’offrit un merveilleux sourire rempli d’innocente joie, je la pris par la taille mais trop violemment car elle poussa un cri, je la brisais, elle était trop fragile. Toujours vivante mais en sale état, elle m’observait sans oser hurler, elle savait qu’elle allait y passer et que rien ne pourrait y changer. Je bus du sang humain pour la première fois de ma vie, c’était bon, tellement bon que je ne sus m’arrêter et que je la tuais.
Avant de pouvoir m’en prendre à une deuxième victime, ayant pris goût au sang et ressentant toujours cette soif insoutenable, j’entendis la voix calme du garçon m’arrêter.
C’est ainsi que commença mon apprentissage en tant que vampire.

Une Ombre Nocturne.

    JUSQU'A LA FIN
      NOUS VOULONS SAVOIR QUI TU ES VRAIMENT


♦️ CES PETITS DETAILS QUI SONT IMPORTANTS :

    PSEUDONYME : Clito… Euh… Cal ?
    AGE : 16 ans.
    AVATAR : Ben Barnes.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM : Par Laurel ♥️ En fait, lors d’une sortie théâtre nous… *sbaM* ok, ok, on s’en fout… Sad
    CODE DU REGLEMENT : Plume de sang.
    COMMENTAIRE ? Bah... Vive le RP, quoi ! (sinon, c'est un très beau site, beau design, sujet intéressant etc. Very Happy)


Dernière édition par Tristan Reynolds* le Dim 28 Mar - 23:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 30
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥   Mer 24 Mar - 22:54

Génial! Un roi!! enfin, si tu savais comme on s'impatientait de ta venue!! surtout Eden et Laurel je crois.

    Bienvenue sur Les Chroniques de l'Ombre
    Merci de ton inscription.
    Je te souhaites bon courage pour ta fiche.
    Si tu as la moindre question, n'hésite pas à nous contacter par mp.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥   Dim 28 Mar - 18:17

Merci beaucoup, je pense avoir fini ma fiche. Dites-moi si il y a un quelconque soucis ou que je dois rajouter des trucs.

Merci d'avance Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 30
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥   Dim 28 Mar - 23:14

Très belle histoire, passionnante à lire. J'ai eu mal pour Tristan. Quand à la vie actuelle du roi, tu l'as assez bien décrite dans activité nocturne. C'est une très belle fiche.

J'ai le bonheur de t'annoncer que tu es validé.
Félicitations.

Je t'engage à chercher à nouer des liens avec les joueurs déjà validés afin de pouvoir démarrer le plus rapidement tes rps, que tu pourras d'ailleurs recenser dans la partie concernée. Tu peux également aller voir du côté des intrigues, soit pour y participer, soit pour apporter tes idées, ou t'inspirer pour tes rps. Tu peux également demander un logement pour ton personnage a moins que tu ne sois tenté par la collocation.

Amuse toi bien sur Les Chroniques de l'Ombre.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le roi de cœur ou plutôt le bourreau des cœurs ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de l'Ombre ::  :: Archives Fiches-