AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 april crewe •• « love me, hate me, kill me »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 20:11


APRIL CREWE
25 ans – hunter – chasseuse de vampire & journaliste



    VERITABLE NATURE
      ON SE CACHE TOUS DERRIERE UN MASQUE QUE SONT LES APPARENCES.


♦️ QUELLES SONT VOS HABITUDES ET OCCUPATIONS DIURNES ?
Bon…Commençons par le commencement! Ma plus grande passion dans la vie, à part massacrer des vampires et autres bestioles…Ouais bon, okey, ce n'est pas vraiment une passion. C'est mon métier et je l'aime! C'est vrai quoi…La plupart des gens se lèvent à sept heures du matin pour aller s'assoire devant un bureau et pianoter devant un ordinateur toute la journée. Moi, je me lève quand je veux et je fais presque ce que je veux tant que je remplis correctement mes missions. Et croyez moi, étant des plus pointilleuse, mes missions, je les remplis et pas qu'un peu! Qu'est ce que je disais? Ah, ouais…Donc, ma plus grande passion, ce sont les bouquins! J'adore lire…Je trouve que l'on apprend énormément de choses dans un livre, que ce soit un ouvrage philosophique, une pièce de théâtre, un roman fantastique…D'ailleurs, c'est drôle, mais ce sont mes préférés. Ça m'amuse de voir certains vampires du genre qui brillent au soleil…Ou de voir que certains sont encore assez naïf pour penser qu'ils ont autres choses en tête que la fameuse maxime « sexe, sang & décadence ». Malheureux cliché? Vraiment? Je n'en suis pas si sure mais bon, chacun son avis hein! J'aime aussi les ordinateurs. Vive la technologie! On peut trouver une information en cinq secondes chrono! Evidemment, ce n'est jamais totalement sur et ça m'angoisse un peu, quand tout n'est pas sécurisé…Non je ne suis pas paranoïaque!
Je ne suis pas le genre de fille accro au shopping dans les grands magasins. Ma garde-robe est pourtant bien fournie, mais je ne m'habille qu'à un seul endroit et, en général, je commande à l'avance ou par correspondance. Rester trois heures dans une cabine à essayer dix mille tenues différentes pour au final n'en acheter aucune? Très peu pour moi! Notre monde a évolué, vive le service à domicile, j'en profite!
Je crois que, dans le genre, c'est tout. Je pourrais vous dire que j'adore la téquila, que sortir en boîte m'amuse énormément quand je ne croise pas de sangsues ou de poilus sur mon chemin, et oui, tout cela est vrai. Mais ma vie, les trois quart de ma vie, se résume à mon travail. Chasser, traquer, tuer. Oui, je suis journalise mais franchement…J'ai de plus en plus de mal à être vraiment active de ce côté de ma vie. Je m'en sers surtout comme couverture, bien que j'adore écrire! Jeune, j'aurais voulu faire le roman de ma vie. Et sincèrement j'avais de quoi raconter…Mais, au final, le journalisme est peut-être mieux. Un peu moins sombre, pitoyable, cruel…
Ou pas.

♦️ QUELLES SONT VOS PRINCIPAUX TRAITS DE CARACTERE ?
Drôle ; Déterminée ; Généreuse ; Sombre ; Fidèle ; Gentille ; Cynique ; Exigeante ; Protectrice ; Dure avec moi-même…Que d'adjectifs pour me décrire! En fait, moi-même je ne me connais pas si bien que ça…Cette liste? Bah, des qualificatifs que l'on m'a donné au cours de ma vie. Drôle? Ouais, je donne dans l'humour noir donc ça dépend pour qui. Déterminée? Ça, c'est clair! Déterminée à faire mon job correctement. Généreuse? Pas faux, en coup de pieux ou autres dérivés…Non j'exagère, je suis aussi généreuse mais uniquement avec ceux qui le méritent. Et le mériter, ce n'est pas simple…Sombre? Sur! Qui peut se vanter de me connaître réellement alors que moi-même j'ai du mal? Fidèle…Ouais, en amour comme en amitié. Une tare dites-vous? Je ne trouve pas, je dois être l'une des dernières sur la terre m'enfin…Gentille, bof! J'ai perdu ma gentillesse depuis le temps…J'arrive encore à avoir de la pitié, mais c'est rare. A force de fréquenter les monstres, on devient comme eux et ça, c'est un adjectif qu'ils ne connaissent pas…Mon masque est peut-être gentil, mais moi-même…Pas vraiment. Pas totalement. Plus totalement…
Cynique, oui c'est tout moi ça! La cynique incarnée…Je m'aime cynique. Exigeante, je n'aurais pas mieux dis. Surtout avec moi-même…J'ai tendance à me trouver des défauts, des détails à améliorer à tous prix. Ça se recoupe avec le fait que je sois très dure envers moi. Parfois, ça s'étend aux autres et j'essaie de les changer, d'en faire ce que j'aimerais qu'ils soient. C'est mal, très mal, oh je ne le sais que trop bien! Nobody's perfect comme dirait l'autre… Je pourrais passer des heures à parler de mon caractère, de moi. Pourtant, je ne suis pas une égocentrique doublée d'une égotiste! Non c'est plutôt le contraire en fait…

♦️ CE QUI FAIT DE VOUS QUELQU'UN DE DIFFERENT :
Déjà je pense que nous sommes tous différent…Mais j'avoue, je dois être encore plus différente des autres! Enfin je ne sais pas…Je ne connais pas énormément de filles qui se sont faites kidnapper, ont suivis un stage au FBI et sont devenues des chasseuses de vampires…Enfin si, j'en connais, dans les romans. Et j'en connais une ou deux, mais pas plus! On représente une minorité…Mon corps est tatoué de diverses cicatrices, traces de griffes, morsures, piqûres, brûlures…Je suis passée par tout! Et ça marque, ces salopries…Certains trouvent ça esthétique, d'autres ne peuvent pas s'empêcher de regarder du genre « waaah jamais vu un truc pareil! » mais bon…On a tous nos petits secrets, nos petites tares, non? Si si, croyez moi…
Je ne bois pas de sang, je ne me change pas en animal à la pleine lune, je ne pratique pas la magie…Mais je suis l'Exécutrice, je suis dangereuse. Je n'ai que mes armes pour combattre, mes armes et mon corps. Croyez moi, je sais m'en servir et ça vaut plus à mes yeux que n'importe quel sort ou n'importe quel pouvoir. Je suis humaine, j'en suis fière…On me sous-estime? C'est fâcheux pour l'idiot qui a osé…Ne jamais sous-estimer un adversaire, quel qu'il soit, c'est ma règle d'or. Sous une apparence fragile peut se cacher quelqu'un de vraiment puissant, de vraiment dangereux. Je suis bien placée pour le savoir, non?


Dernière édition par April Crewe le Mar 20 Avr - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 20:16

    UNE LONGUE HISTOIRE
      DU CHEMIN QU'ON PARCOURT, ON NE CONSERVE EN SOUVENIR QUE LES EPREUVES.


    Les contes de fée ont bercé mon enfance. Cette fameuse phrase « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants », j'y croyais. Petite, il me semblait que toute épreuve débouchait sur une fin heureuse qui contenterait tout le monde. Je pensais que les méchants disparaîtraient ou deviendraient gentils. J'étais naïve, très naïve. Sans doute cela m'a-t-il coûté mon innocence…

    Acte 1 ;
    « parce qu'après le beau temps vient la pluie »
    J'attendais sagement à l'arrêt de bus. Luca venait de m'y déposer. Luca, c'est le garçon que papa et maman ont engagé pour s'occuper de moi, me ramener de l'école, m'aider à faire mes devoirs, jusqu'à leur retour du travail. Ce jour-là, il m'a emmenée à l'arrêt du bus scolaire et m'a dis « aujourd'hui tu vas devenir grande, tu vas rentrer toute seule! Je ne peux pas t'accompagner, je dois voir quelqu'un…Tu te souviens où descendre, pas vrai? ». Je le savais. L'arrêt n'était qu'à un pâté de maison de mon immeuble et je l'avais souvent vu sonner. J'ai acquiescé, il a sourit. Il m'a frotté les cheveux et m'a dis « à demain! » puis il a disparu. Je suis montée dans le bus lorsque celui-ci est arrivé, cinq minutes plus tard. Je me suis gentiment assise et j'ai attendu. Pour m'occuper, j'ai regardé le paysage défiler, mon cartable sur mes genoux. Enfin, le chauffeur s'est arrêté à mon arrêt. Je suis descendue du bus et me suis mise à marcher. Je pensais connaître le chemin, mais je me rendis vite compte que, sans Luca, tout semblait sombre, sans issue. Je me mis à avoir peur. J'avais toujours été débrouillarde, mais j'étais certaine de m'être perdue. Je pris à droite au lieu de prendre à gauche, je pris à gauche au lieu d'aller tout droit, et je me retrouvais dans des quartiers inconnus. Je voulais arrêter quelqu'un pour lui demander mon chemin, personne ne m'écoutait. J'ai finis par me recroqueviller dans un coin et à sangloter, jusqu'à ce qu'une superbe dame vienne. Le jour avait décliné depuis longtemps. Et elle était la, devant moi…Si jolie! A sa simple vue, mes yeux s'illuminèrent. Elle me sourit.

    « Et bien ma petite, tu es perdue? »
    « Oui, je en sais pas où j'habite…Enfin, si, mais…Je me suis perdue en y retournant. »

    Elle me tendit la main et me promit de me raccompagner. Après ça…Je ne me souviens plus de rien, hormis d'un réveil dans une chambre toute rose, pleine de poupées, de jouets…Ce n'était pas ma chambre. La mienne était vert pomme, ma couleur favorite. Où étais-je? Je ne voyais que la dame, assise dans l'ombre, se balançant sur une chaîne en fredonnant une comptine dans une langue bizarre. Je ne la connaissais pas, cette langue. Mais je ne parlais qu'anglais, alors…

    xxx

    J'ai vécu quelques jours chez elle, mais je voulais revoir ma famille. Ce n'était pas une méchante femme, bien au contraire. Elle jouait souvent avec moi, elle me souriait, et je devais juste l'appeler « maman ». Seulement, elle n'était pas ma maman…Et ma maman me manquait. Lorsque je lui ai dis, elle s'est énervée et a montré ses dents pointues. Des canines pointues. Elle s'est jetée sur moi et m'a mordue violemment. J'ai beaucoup pleuré. Lorsqu'elle a repris ses esprits, elle s'est excusée, a promis de ne pas recommencer. Je pleurais, je voulais revoir ma mère, mon père. Elle est partie et j'en ai profité.
    Le jour était levée, j'étais enfin toute seule. J'ai ouvert la fenêtre et je suis descendue dans le jardin. Je me trouvais dans une petite maison. Je ne connaissais pas le quartier. Je sortis et m'éloignais de plus en plus jusqu'à tomber sur un vieux monsieur qui promenait son chien. Il me reconnu. Mon visage était placardé dans la moitié de la ville. J'étais protée disparue depuis cinq jours. Mes parents furent plus heureux que jamais de me revoir en vie. Je ne vis plus jamais cette dame et je n'osais parler de la vérité à personne. J'étais blessée au cou, j'ai dis qu'un chien m'avait mordu. Le policier m'a demandé quel genre de chien, je lui ai dis qu'il était très gros. Je lui ai raconté que je ne me souvenais plus de rien. Je n'avais pas envie de parler de cette dame, si belle et si étrange. Si gentille et si méchante, toute à la fois. Comment la décrire, avec mon vocabulaire d'enfant? J'ignorais totalement ce qu'elle était. Ça, je ne l'apprendrais que bien plus tard…

    Acte II;
    « le goût amer de la trahison, la piqûre mortelle de l'antipsychotique. »
    J'ai grandis en tâchant d'oublier. Mais, chaque nuit, je revoyais cette femme, presque comme un fantôme. M'intéressant alors au surnaturel, j'ai dévoré bons nombres de livres sur les fantômes avant de me mettre aux romans fantastiques où l'on parlait de vampires. La description était si…Flagrante, si parfaite! Elle correspondait, j'avais été enlevée par une vampire! Pourquoi? Je n'en avais pas la moindre idée. Elle devait sans doute être folle…Mais tout était la, écris noir sur blanc. De peur de me tromper, je lus énormément d'autres livres jusqu'à être certaine. Le jour où je n'eus plus aucun doute, j'allais trouver mes parents au salon.

    « C'était une vampire. »
    « Pardon? » demanda mon père, en levant les yeux de son journal.
    « Quand j'ai été enlevé, c'était par une vampire. »
    « Tu lis trop! » répondit-il en riant.
    « Je te jure que c'est la vérité! »

    Il se leva et me frotta les cheveux. Pourquoi ne me croyait-il pas? J'écrivais ma douleur dans mon journal. J'avais l'impression d'être incomprise, de détenir un terrible secret dont personne ne voulait entendre ne fusse qu'une bribe. Ma mère trouva mon journal en rangeant ma chambre, un jour. C'est ce qu'elle me fit croire, mais je savais très bien qu'elle fouillait mes affaires. Elle s'inquiétait. Je maigrissais, je me torturais l'esprit. Une simple crise d'adolescence? Elle, elle avait pensé à la drogue. Lorsqu'elle eut lu mon journal, elle me croyait totalement folle et me fis interner au « Mayfair ».

    xxx

    J'étais dans cette cellule, couchée sur mon lit, le regard vitreux fixé au plafond. Un infirmier entra pour m'injecter une nouvelle dose de médicaments. Le creux de mon coude était plein de piqûres, comme si j'étais une vraie droguée. Des antipsychotiques, voilà ce que l'on me donnait. Le psychiatre qui m'avait examinée à mon arrivé avait déclaré mon état très grave. Je n'étais pas folle…Je me le répétais sans arrêt dans ma cellule. Du haut de mes quinze ans, presque seize, je me répétais sans cesse la même chose, comme pour m'en convaincre. « Je ne suis pas folle, elle existe, je le sais. Elle était la, elle m'a mordue! ». Bien qu'il ne reste qu'une légère trace rosée, après tout ce temps, je sentais encore la pression de ses deux poignards mortels sur ma gorge. J'avais compris, au bout d'un mois, une chose essentielle: Pour sortir, je devais mentir. Pour sortir, je devais faire semblant d'aller bien, de n'avoir jamais rien vu de surnaturel, d'être une fille normale. J'arrivais à raisonner lorsque les effets des médicaments se dissipaient un peu. Je changeais petit à petit, comme si je prenais conscience de la stupidités de mes croyances. Je jouais un rôle alors qu'au fond de moi, j'étais persuadée d'avoir raison. Têtue comme une mule, n'est ce pas? Je sais…
    Je finis par les berner et ils me laissèrent sortir au bout de trois mois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 20:18

    Acte III;
    « quand les ombres se révèlent. »
    J'attendais dehors, sous une pluie torrentielle. Je me sentais stupide, c'était sans doute un mauvais canular. Pourtant, je laissais l'eau dégouliner sur mon imper noir et attendais l'agent Sharow du FBI. Il m'avait téléphoné la veille, désireux de fixer un rendez-vous pour me parler de mon internement. Selon lui, ce qu'il avait à me dire pourrait « radicalement changer ma vie ». Au début je en l'avais pas cru, mais j'avais fini par me laisser convaincre, ma curiosité l'emportant sur le reste.
    Je sus, en voyant la berline tourner au coin de la rue, que j'avais eu raison.
    Elle s'arrêta à ma hauteur et une voix m'invita à monter. Je pris place à l'arrière, avec l'agent Sharow. Du moins, il me semblait l'être. Grand, bien bâti, il avait « la gueule de l'emploi » et ne semblait pas être facile à dérider. Il me salua, tandis que la voiture se remettait à rouler.

    « April Crewe, internée pour délires psychotiques sévères. » Il referma le dossier qu'il tenait sur ses genoux. « Vous pensez avoir été enlevée par une vampire? » Je ne répondis pas tout de suite, consciente qu'il était tout à fais capable de me renvoyer d'où je venais sans autre forme de procès. « je… »
    « Ils existent, mademoiselle. Je ne suis pas la pour vous traiter de folle mais bien pour comprendre ce qui vous est arrivé, dresser un portrait robot et, accessoirement, faire de vous l'une des nôtres. » Quoi? A seize ans, au FBI?! Un canular, ce devait être un canular…J'étudiais pour devenir journaliste, je comptais entrer à l'université! « Je ne crois pas que… »
    « De quoi avez-vous peur, exactement? D'être mise face à vos cauchemars ou de ne pas être capable de les affronter? »

    Me cherchait-il? Le moins qu'on puisse dire, c'est que cela fonctionna bien. Je n'aimais pas être sous-estimée. J'avais survécu à l'asile, je pensais pouvoir survivre à tout. Je n'aurais pas été si pompeuse si j'avais su à l'avance à quel genre d'entraînement on me destinait, mais qu'importe…Je signais après avoir eu avec lui une longue discussion de trois heures et demi.

    Acte IV ;
    « prend garde, dans ta guerre, à ne pas devenir toi-même un monstre. »
    Pour mes parents, j'étudiais à Harvard. J'avais reçu une bourse et avais du vivre là-bas. La réalité était toute autre…Au siège du FBI, à Washington D.C, je subissais un entraînement très lourd qui, je le crus, aurait raison de moi et me tuerait sans aucun doute! Ce ne fus pas le cas…J'y survis et, au bout de trois ans passés à m'entraîner, j'étais une vraie machine à tuer. J'entraînais mon physique, mon mental. J'avais l'impression d'être formée comme une espionne, à résister à la douleur, ce genre de choses…Vous pensez que les films exagèrent? Après ce que j'ai vécu, je peux vous certifier qu'ils le font à peine!
    J'ai appris énormément de choses dont, notamment, l'existence du surnaturel, des vampires, des loups-garous, des métamorphes en tous genre, des sorcières et des sorciers…J'ai appris à les reconnaître, à les détruire. A avoir confiance en moi et en mes capacités. Au cours de mes nombreuses missions, j'ai récolté pas mal de cicatrices, de marques de morsures, de traces de griffes. J'ai été malmenée, mais j'ai toujours survécu. On ne peut pas en dire autant de mes agresseurs, bien que ce ne soit jamais passé très loin. Les urgences sont devenus mon lot quasi quotidien…
    J'exagère? Ah! A peine.
    Voilà six ans que l'on me confie des missions, toutes plus tordues les unes que les autres. Après l'expérience théorique poussée, j'ai acquis celle du terrain. Et rien ne vaut l'expérience du terrain. Au fil du temps, on m'a donné un surnom. On m'appelle « l'Exécutrice » et je vous laisse deviner pourquoi. Je suis…Non, ce serait présomptueux. Mais disons que, dans les villes où je suis déjà passée, je suis devenue comme une sorte de Croquemitaine vampire. Beaucoup, néanmoins, me sous-estiment et c'est dommage pour eux. Mettre le feu est devenu l'une de mes spécialités. Je crois que j'ai développé des tendances pyromanes…
    Récemment j'ai reçu un ordre de mission. Je dois me rendre à Newton résoudre une affaire fort étrange où l'on soupçonne des implications surnaturelles. Ayant vu l'une des scènes de crime, je peux jurer qu'il n'y a rien à soupçonner: Ça pue le surnaturel! Et pour d'avantages de précisions, et bien…Laissez moi bosser mes chéris!


    JUSQU'A LA FIN
      NOUS VOULONS SAVOIR QUI TU ES VRAIMENT


♦️ CES PETITS DETAILS QUI SONT IMPORTANTS :
Dites-nous ici tout ce que vous n’avez pas pu aborder avant.

    PSEUDONYME : Comme vous voulez! Cerulean, Melian…Choisissez!
    AGE : 16 ans, j'en aurais 17 en Juillet mais je suis complètement folle, barée, dingue, dérangée Very Happy
    AVATAR : La belle Sarah Michelle Gellar!
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM : Vous allez rire…J'errais, telle une âme en peine sur best rpg et…J'ai eu al révélation quoi!
    CODE DU REGLEMENT : plume de sang
    COMMENTAIRE ?
Je me réjouis de jouer *-*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 20:20

    Je pense avoir fini!
    Désolée si c'est court mais je me connais, si je ne me mets pas un frein j'en finis jamais
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 21:09

Bienvenue sur Les Chroniques de l'Ombre
Merci de ton inscription.

Alors tout d'abord je dois avouer que ta fiche est peut-être un peu courte, mais très explicites, elle contient tous les évènements importants relatés dans la fiche du pv, et on comprend parfaitement comment April est devenue une exécutrice. D'autre part, tu as un style d'écriture fluide, très agréable à lire. Personnellement je n'ai rien à redire, bien au contraire. Très jolie fiche mademoiselle.

J'ai le bonheur de t'annoncer que tu es validé.
Félicitations.

Je t'engage à chercher à nouer des liens avec les joueurs déjà validés afin de pouvoir démarrer le plus rapidement tes rps, que tu pourras d'ailleurs recenser dans la partie concernée. Tu peux également aller voir du côté des intrigues, soit pour y participer, soit pour apporter tes idées, ou t'inspirer pour tes rps. Tu peux également demander un logement pour ton personnage a moins que tu ne sois tenté par la collocation.

Amuse toi bien sur Les Chroniques de l'Ombre.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 21:12

    C'était la fiche un peu courte ou le pâté de 19 pages et je sais que c'est pénible à lire même avec un style fluide TT

    Merci pour tous ces compliments! Arrête, je vais rougir
    Je vais de ce pas faire une fiche de lien! J'espère t'y voir faire un tour même si tu es un solitaire, sait-on jamais Rolling Eyes

    Merci emrci merciiiiiiiii!
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 21:18

    Je connais, c'est pareil. Soit je fais 6 post tous remplis à ras bord pour ma présentation soit je fais deux pages bien remplies mais ça reste court. Après si j'arrive à faire des pavés, j'arrive aussi à lire des pavés^^. Pas de soucis.
    C'est pas de ma faute, j'ai toujours un vif élan d'amour envers chacun de mes membres qui me pousse à les couvrir de compliments surtout lorsqu'ils sont basés sur des faits réels.
    Même un vampire solitaire ne peut rester seul bien longtemps... je passerais ne t'inquiète pas.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mar 20 Avr - 21:47

    Je sens que je vais avoir un élan d'amour pour un admin qui...*se gifle*
    J'vais faire ma fiche de lien ! Razz

    *se retire avant de recommencer avec ses bétises.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mer 21 Avr - 0:33

Welcome in hell young lady.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Mer 21 Avr - 15:09

    Thank old boy Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Sam 24 Avr - 23:26

Bienvenue Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   Dim 25 Avr - 14:22

    Merciiiiii !

    Je plussoie! Pire que des malades même Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: april crewe •• « love me, hate me, kill me »   

Revenir en haut Aller en bas
 

april crewe •• « love me, hate me, kill me »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de l'Ombre ::  :: Archives Fiches-