AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Ombre dans la Nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Une Ombre dans la Nuit   Mer 27 Jan - 20:12

    C’était une nuit des plus calmes, sans un bruit. Pas d’âme qui vive, et l’humidité qui régnait au dehors ternissait de buée les vitres de la roulotte. Sans qu’il ne sache réellement pourquoi, Derek se doutait que cette nuit ne serait pas banale.
    En effet, l’ambiance régnant au dehors annonçait inéluctablement une nuit anormale : l’atmosphère était pesante, les feuillages des arbres se balançaient doucement au gré d’un vent inexistant. Et depuis le coucher du soleil, Derek avait ressenti des picotements le long de l’échine.
    Ce qui se présageait était totalement inconnu aux yeux de l’homme, néanmoins celui-ci avait prévu quelques potions dans de minuscules fioles, afin de ne pas user proprement dit de sa magie, et de la préserver au cas où le danger serait plus important qu’il ne l’avait prévu.

    A présent, son cœur battait la chamade, des gouttes de sueur perlaient le long de son front et descendaient sur tout son visage.

    *Mais quelle est la chose qui me met dans cet état ?* S’étonnait Derek, non habitué à ce genre de frayeurs, d’autant qu’il n’y avait à présumer aucune menace.

    Lorsqu’il s’en sentit capable, l’alchimiste emporta avec lui ses quelques potions de base et sortit de sa roulotte. Au dehors, il régnait un silence de mort, pas un bruit de chouette, aucun bruit du vent balayant les branches. Rien. Et c’était sans compter l’obscurité totale du ciel, obscurcit par de bas nuages plus sombres encore que le lui-même.

    Derek avança, grelotant de froid, se jurant de ne pas avoir emporté une veste plus chaude. Non loin de lui, à pas plus d’une dizaine de pas, scintillait dans l’obscurité une petite perle d'énergie de couleur or, intrigué, Derek s’en approcha et immédiatement la boule se déplaça quelques pas plus loin.

    - Surement un signe.. Murmura l’homme. Je ferai mieux de le suivre..

    C’est donc ce qu’il fit, et cette marche à travers la forêt plus sombre que jamais sembla durer une éternité, Derek trébuchait sur des branches mortes, se griffait aux épines des buissons mais se sentait tout de même obligé de continuer. De toute façon, à présent, faire demi tour lui était devenu impossible, il s’était enfoncé trop profondément pour pouvoir retrouver son chemin.
    Cela faisait maintenant près de deux heures que l’alchimiste marchait et la peur ne faisait qu’augmenter, il était baigné de sa sueur. Encore une fois, il se demanda la cause de cette angoissante, et eut la réponse un instant plus tard. De l’ombre venait de surgir une silhouette.


Dernière édition par Derek Miles le Mar 23 Fév - 22:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Mar 2 Fév - 23:32

    C’est quelqu’un qui m’a dit, qu’un petit magicien jouait aux meurtriers. Edward a toujours aimé les tueurs, les meurtriers. Ce sont des monstres se cachant derrière leur nature humaine. Même si on les prend des simples proies comme les autres, les meurtriers ont un goût particulier. Ils sont différents des autres. C’est peut-être parce qu’ils ressembles aux vampires. Ils ont déjà tuer, et n’éprouve pas de remords, parce qu’ils justifient à leur manière leurs crimes, tout comme les vampires les justifient par la soif. Les meurtriers s’imaginent plus fort que le monde entier lorsqu’ils ne sont pas découverts. Ils savent comment berner les autres, sont habitués à la violence, usent de la force et savent tourner une situation à leur avantage. Mais face au surnaturel, ils sont aussi fragile que n’importe qui. Ce qui ne les empêche pas de mieux résister aux vampires. Proie plus difficile, plus intéressante, pourquoi courir après les minettes et jouer aux meurtriers dignes de slasher des années 80 ? Le vampire aimait tellement les meurtriers qu’il écoutait la fréquence de la police au lieu de la radio, qu’il menait lui-même les enquêtes, et parvenait facilement à les capturer avant la police. Parfois il s’attaquait à d’autres gros poissons. Les chefs de mafia, les gangs, les politiciens, mais ces derniers avaient souvent mauvais goût.

    Ce soit, il menait sa petite enquête. On avait retrouvé un corps la dernière pleine lune. Étant donné la présence de lycanthrope dans le coin, on aurait pu soupçonner un lycan. Ces derniers n’intéressent pas vraiment le vampire. Leur sang est comme empoisonné pour les vampires. Impossible de se nourrir de leur sang. Et vu leur puissance, en faire un ennemi serait dangereux. Ils agissent en meute, et Edward était solitaire. Il n’était pas de taille à combattre un lycan, et sûrement pas toute une meute. Mais quelque chose lui disait que les lycans n’étaient pas coupables. Tant mieux. Il y avait pas de suspect. La police était submergée par des crimes ayant lieux durant la pleine lune, ils soupçonnent un malade ou un gang, mais n’osent pas pousser plus loin. Edward lui avait décidé de mener son enquête. Le dernier crime ne semblait vraiment pas de la main d’un loup. On pouvait encore reconnaître la victime. Edward avait poussé le vice jusqu’à s’introduire dans la morgue, si le coupable était un lycan, il aurait senti leur odeur, il les reconnaissait de loin. Mais non, ça ne sentait que l’humain.

    Niché dans l’ombre, le vampire observait son suspect. Il n’y avait que trois personnes vivants à moins de cinquante mètre où on avait retrouvé le corps. Les deux premières étaient un jeune couple qui habitent une maison à l’orée de la forêt. La troisième était un professeur qui vivait dans une roulotte. Ils n’étaient pas forcément les coupables, mais le vampire savait qu’un meurtrier prend beaucoup de soin à masquer ses premiers crimes, tandis qu’avec l’habitude on se méfie moins. Il avait d’autres pistes, mais quelque chose lui disait que si le corps n’a pas été enterré, ni plus masqué que cela, c’est sans doute qu’il a été tué non loin. Le meurtrier n’a pas fait d’effort pour masquer son crime. Il sait que son crime passera inaperçu, que la police ne cherchera pas plus que cela. Mais le meurtrier n’avait pas songé qu’un vampire aient soudainement envie de se nourrir très précisément de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Mer 3 Fév - 15:43

    La silhouette qui venait de se mouver non loin de lui était d'apparence humaine, aussi il eut tout de suite le soulagement que ce ne soit pas un lycanthrope, il n'avait certainement pas la force physique pour en combattre même un seul. Il avait ces chances avec la magie, mais ce soir il n'était sortit accompagné que de maigres potions d'auto-défense, rien ne permettant de s'opposer à cette espèce.

    Derek n'osait pas avancer plus loin, il avait beau être froid, très ordonné et sur de lui lorsqu'il avait préparé un meurtre mais pris ainsi au dépourvu, il devenait très faible. Peut être cette personne le savait, et peut être même que c'était une des raisons pour lesquelles elle l'avait choisie. Néanmoins, Derek tenta de dissimuler son angoisse et prit le premier la parole, d'un ton qui se voulait assuré :
    - Vous vous êtes perdu ? Vous souhaitez de l'aide ?

    Il y avait bien évidemment très peu de chances pour que ce soit le cas, une personne osant s'aventurer de nuit devait absolument connaître la forêt. Et même encore en serait il ainsi, la personne ne resterait pas à l'écart, le fixant ainsi.

    Il était temps pour Derek de prendre une décision, soi il restait de marbre et patientait jusqu'à une réponse éventuelle, soi il prenait les choses en main et changeait sa peur en instinct de prédateur, et prenait ainsi le risque d'agresser cette personne. Il réfléchit un instant et esquissa un mouvement vers la sacoche contenant ses fioles.


[ Ce n'est guère plus de quinze lignes mais, excuse moi je ne sais pas quoi dire.. Et merci de ta réponse. ]


Dernière édition par Derek Miles le Dim 7 Fév - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Jeu 4 Fév - 2:18

    Poser des questions comme un flic pourrait fonctionner, après tout il sentait la peur chez cet humain. La peur les poussait à avoir un comportement anormal, à croire n’importe quoi, à ne plus faire attention. La peur était une faiblesse que les vampires ne connaissait pas. Mais parfois ça leur sauvait la vie. Enfin, pas contre un prédateur comme un vampire. L’humain avait peur. Normal quand tu vois débarquer un type de nul part juste devant toi, encore plus quand tu habite aussi éloigné de la ville. Mais pour loger ici, il ne vaut pas avoir peur des rodeurs. On y est forcément habitué. Alors il attendait peut-être une visite un peu différente. On était une nuit de pleine lune, on pouvait craindre une attaque de loup-garou si on vivait dans une forêt, mais pour ça encore faut-il connaître leur existence. Hum… intéressant. Le coupable de ces meurtres savait forcément que les lycanthropes existaient. Il profitait de leurs crimes pour masquer les siens. Le vampire n’était pas certain de lui, il avait uniquement des soupçons. Mais pour les vérifier ça serait plus difficile. Il n’avait pas l’allure d’un flic, au pire de sa forme il pouvait ressemble allégrement à un clochard ou à un junkie, au mieux il ressemblait à un dandy. Jouer les flics ne serait pas crédible, mais ça pouvait passer. L’humain avait peur, et il croirait n’importe quoi. Sauf si… évidemment il restait l’autre solution. Celle du détective privé. Ca pouvait passer facilement. Restait à savoir comment rendre l’histoire comestible.

    « Bonsoir, je m’excuse, j’ai sûrement dû vous faire peur à apparaître ainsi comme un diable de sa boîte. » Fit le vampire concoctant sa petite histoire dans sa tête. Il avait toujours eut un don certain pour embobiner les humains. Raconter des histoires et les rendre crédible était facile pour lui. Il n’avait jamais eu de mal à ramener les femmes chez lui, même les plus méfiantes, même les chasseuses. C’était facile pour lui. Bon, c’était un homme, mais il était seul, c’était la pleine lune, et il avait peur. Quelque chose disait à Edward que cet homme avait quelque chose à se reprocher. Il était méfiant mais paraissait sûr de lui. Quelqu’un craignant pour sa vie aurait tout de suite chercher un moyen pour s’enfuir sans passer pour une proie facile. « Je ne suis pas vraiment perdu. A vrai dire, je vous cherchais monsieur Miles. »

    Ca faisait toujours son petit effet. Sortir de nul part, agir avec assurance, parler avec politesse en douceur et puis clou du petit spectacle, faire comme si on connaissait très bien l’autre. Edward n’avait aucun mal à jouer les détectives, après tout, c’était pratiquement son boulot lorsqu’il traquait sa proie. Il s’informait sur eux, menait son enquête. Miles n’était qu’un éventuel suspect. Il n’avait pas beaucoup fouillé, d’abord parce que en tant que prof, c’était facile d’avoir des informations sur lui, d’autre part il ne pensait pas que Miles puisse être coupable. Enfin, c’était ce qu’il pensait avant de tomber sur lui. La peur qu’il ressentait semblait assez étrange. Edward commençait à penser que cet homme pouvait bien être celui qu’il cherchait. Il pouvait aussi se tromper. Tuer un innocent ne l’intéressait pas. Il se sentirait coupable par la suite, ça serait pas génial comme situation.

    « Je suis détective privé monsieur Miles. » Il sentit qu’il était le moment de se présenter. Donner un faux nom était probablement le mieux à faire. Si on cherchait, on ne trouverait aucun détective privé au nom de Edward Ruthven mais un peintre. Et il ne tenait pas à ce qu’un humain vienne fouiller chez lui. On ne sait jamais, n’est-ce pas ? « Je m’appelle Henri Filzroy. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Jeu 4 Fév - 20:55

    Le fait que Derek ait fait ce mouvement envers sa sacoche de fioles n'avait pas effrayé l'homme, peut être celui-ci ne l'avait il même pas remarqué. Tandis que les instants passaient, la peur de l'alchimiste diminuait de plus en plus, devenant presque imperceptible. Ainsi, il s'avança d'un pas pour mieux apercevoir le visiteur. Maintenant qu'il voyait son visage, le soulagement le gagna. Il n'avait en aucun cas la carrure d'un lycanthrope. De plus, de par sa façon de s'accoutrer, il ne semblait pas non plus être de la police, un soulagement de plus sachant qu'il n'aurait pas à se confronter aux forces de l'ordre. Mais qui était-il donc, pour oser s'aventurer de nuit ? Connaissait-il l'existence des gens de son espèce, était il imprudent à ce point ?
    Derek en doutait fortement, mais tandis qu'il réfléchissait toujours, l'homme prit la parole.

    L'allusion que l'homme fit du diable qui sortait de la boite amusa dans un premier temps Derek, le pauvre fou, s'il savait à qui il parlait, il n'aurait sans doute jamais dit cela. Mais ce visiteur ne semblait pas être un idiot, certes son allure ne trahissait un mode de vie aristocrate, mais l'argent ne faisait pas intelligence, il était bien placé pour le dire : lui, le professeur vivant dans sa roulotte.
    Ensuite, ce dernier lui dit le chercher, la curiosité du sorcier s'enflamma d'un coup. Était donc t-il venu pour avoir recours à ses services ? Cela répondrait à de nombreuses questions. Derek s'apprêtait à lui demander quel genre de service l'homme voulait, mais ce dernier prit la parole avant lui, et heureusement pour Derek qui se serait stupidement trahi : l'homme était donc un détective privé. Finalement, il aurait préféré avoir eu à faire à la police, ils étaient beaucoup moins fouineurs et beaucoup moins dangereux.

    Pendant un instant, l'alchimiste se demanda s'il devait le tuer et boucler l'affaire de suite. D'autant qu'à ce qu'il pouvait voir, cet homme ne portait pas d'arme à sa ceinture, pour un sorcier de sa trempe, ce serait un jeu d'enfant. Un sourire éclaira son visage, néanmoins il attendit d'en savoir plus.
    Cet Henri l'intriguait, et le tuer immédiatement ne l'aiderait pas à savoir pourquoi il était venu. Et en cette nuit de pleine lune, faire couler le sang pourrait attirer d'amples ennuis.

    - Bonsoir monsieur Filzroy, enchanté de vous rencontrer. Je suppose ne pas avoir à me présenter. Derek marqua un instant et réfléchit. Si cela ne vous dérange, je souhaiterais vous inviter à venir chez moi discuter de la raison de votre venue, nous y serons plus tranquilles.



Dernière édition par Derek Miles le Dim 7 Fév - 15:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Ven 5 Fév - 2:37

    Sans doute aurait-il dû laisser l’humain parler avant de répliquer aussitôt pour se présenter, car il sentait à présent autre chose que la peur, une odeur si alléchante pour un vampire, masquant toute autre odeur, masquant toute autre expression. L’humain semblait tout d’un coup si sûr de lui, son sourire était étrange, comme si vraiment il avait attendu quelqu’un d’autre. Cet homme se sentait-il menacé ? Etait-ce le coupable qu’il cherchait ? De simples impressions ne pourrait pas l’aider à boucler l’affaire et encore moins à lui apporter son petit déjeuner sur un plateau d’argent. Il n’allait pas dévorer ce jeune professeur juste parce qu’il semblait un peu trop soulager quand même. Lizbeth l’aurait tué si elle savait ce qui se tramait dans sa tête. Sauf que Lizbeth ne pourrait pas le tuer, puisqu’elle était très loin et qu’elle ne reviendrait jamais le voir. Elle lui avait hurler qu’elle ne voulait plus jamais le voir, qu’elle ne reviendrait jamais vers lui, et curieusement il l’avait cru sur parole. Non, il n’allait pas tuer cet homme sur de simples doutes, mais il le tiendrait à l’œil. Pourquoi semblait-il si sûr de lui s’il n’était qu’un simple humain totalement innocent sans rien à se reprocher ?

    Bon, Edward ne pensait pas une seconde que le professeur puisse être autre chose qu’un humain. S’il avait été un lycanthrope ou un métamorphe il l’aurait senti immédiatement. Et puis, il n’aurait pas invité un détective dans sa roulotte alors que la transformation serait bientôt imminente. Sans parler du fait qu’il aurait su la nature du vampire. Evidement, le professeur pouvait être un sorcier. Peu probable, mais les oublier serait une erreur. Edward avait encore une cartouche dans sa réserve. Il pouvait lire allégrement les pensées des humains, mais chez les sorciers c’était difficile voire impossible selon la puissance du sorcier et sa prudence. Généralement les sorciers bloquent naturellement leurs barrières mentales. N’importe quel sorcier débutant peut maîtriser la télépathie avec un peu d’effort. Mais ce type de pouvoir se faire rare cependant, alors les jeunes sorciers ne se méfie pas. Et bloquer ses barrières mentales nécessite de maîtriser un tant soit peu la télépathie. Cela dit, même un imbécile laissant les portes ouvertes ne sera pas pour autant très lisible. En effet, la magie faisant parti des sorciers, elle trouble leurs pensées aux vampires. Il n’avait jamais cherché à savoir si les sorciers possédant le talent de télépathie avaient eux aussi ce type de soucis avec leurs confrères. Mais bon, les sorciers n’ont pas l’habitude de discuter pouvoir avec un vampire.


    « Si vous le désirez, je vous suis. » fit Edward.

    Il était un peu étonné, comme toujours. Cette habitude purement humaine de vouloir inviter les gens chez eux pour discuter tranquillement était très idiote quand on savait qu’un vampire une fois invité peu venir chez vous quand il le désire et vous tuer dans votre sommeil. Les vampires au contraire n’invite jamais personne chez eux, il leur faut beaucoup de confiance pour dévoiler leur refuge. Normal, durant la journée les vampires sont considérablement affaiblis. Pratiquement aussi faibles que les humains. Et sachant le danger du feu pour eux, il serait vraiment idiot de dévoiler son refuge à n’importe qui. Tant mieux pour Edward. Bien qu’il ne compte pas revenir ici une fois qu’il aura achevé cette discussion, il savait que en entrant chez quelqu’un à l’improviste on en apprenait plus sur eux que toutes les recherches internet qu’on puisse faire.

    « Vous n’avez pas peur, en vivant isolé ainsi dans les bois ? » demanda Edward par pur politesse en suivant le professeur de mathématique jusqu’à la roulotte.

    Avant même de franchir la porte il perçu cette odeur si particulière et tenace. Evidement un simple humain se serait dit que c’était l’odeur de la forêt ou des plantes, mais un vampire ayant déjà fréquenté une sorcière savait parfaitement identifier cette étrange odeur. Des potions. Quelqu’un avait fabriqué des potions ici, et même très récemment. Il y avait fort à parier que le gentil professeur menait des activités surnaturelles en parallèle. Etonnant. Il ne semblait pas avoir remarqué la nature du vampire. C’est vrai que tous les sorciers ne sont pas capables de reconnaître un vampire au premier coup d’œil, il n’y a que les nécromants qui le puissent ou ceux qui en ont déjà croisé un. S’il faut croire en la magie pour la pratiquer, il faut croire en l’existence des vampires pour les reconnaître. Même s’il n’avait pas réagit comme les sorciers habitués aux vampires le font, Edward devrait rester sur ses gardes. Les pouvoirs des sorciers sont parfois très puissant. Il avait de la chance déjà que le professeur ne soit pas un nécromant ou un maître vaudou. Sinon, il n’aurait pas eut de grande chances contre lui. Il lui faudrait jouer de prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Sam 6 Fév - 0:36

    La réponse de monsieur Filzroy se fit sans attendre, ce dernier acquiesça la proposition de Derek et c'est avec un large sourire qu'il tourna le dos à l'homme, prenant la direction de sa roulotte. L'alchimiste était toujours aussi intrigué par l'attitude de l'individu, certes était il détective privé, mais il devait y avoir autre chose. Jamais un homme saint d'esprit ne l'aurait suivie dans la nuit. Mais alors qu'il ruminait cette pensée, une autre s'insurgea, et Derek se maudit de ne pas y avoir pensé plus tôt.

    Pourquoi donc un détective privé lui rendrait il visite la nuit, ces hommes ne sont pas dépendants d'horaires en particulier, il pouvait donc, en cas de questions urgentes, lui rendre visite le lendemain matin. Non, ce n'était donc pas la raison de sa venue, de plus qu'il se trouvait être la pleine lune. Un lycanthrope ? Non, Derek avait déjà éliminé cette possibilité, il n'avait en aucun cas la carrure d'un tel être. Un métamorphe ? possible, mais ce n'étaient pas à proprement parler des êtres avides de sang, néanmoins il faut toujours une exception pour confirmer la règle. Mais le plus logique aux yeux du sorcier était que Filzroy, s'il s'appelait réellement ainsi, soit un vampire.
    Derek n'en avait jamais rencontré, il n'avait donc pas l'expérience nécessaire pour en reconnaitre un au premier coup d'œil. Malgré tout, il savait assez de choses sur ces êtres pour savoir qu'ils craignent énormément le feu, le feu déchire leur chair, les consume jusqu'à la dernière cendre. Malencontreusement, le sorcier ne possédait pas le don d'invocation d'un feu élémentaire, mais pouvait tout de même puiser dans une ressource quelconque et augmenter intensité de la flamme, ne resterait plus qu'à détourner un flux de vent et de diriger le feu vers le vampire.

    Soudain, Filzroy lui posa une question étrange, était-ce une menace ? Avait il deviné que Derek était qui il était, jamais auparavant une personne n'avait deviné sa réelle nature, mais sa couverture n'était pas à l'abri d'un éventuel fouineur, notamment un bon fouineur.
    Les choses se compliquaient, d'autant qu'à présent qu'ils avaient atteint la roulotte, Derek s'inquiéta sur le fait que l'homme, ou le vampire si bien tenté qu'il en soit un, pourrait déceler dans l'air une quelconque trace de composition alchimique. Ses créatures avaient un odorat surprenant. Aussi, ne souhait pas perdre le peu d'avance qu'il avait gagné, se tourna rapidement, faisant face à l'homme.

    - A vous de me le dire, Monsieur Filzroy, s'il s'agit bien de votre réelle identité. Répondit Derek, voulant le prendre par surprise.

    Suite à ces mots, Derek plongea sa main droite dans sa sacoche, et retira discrètement le capuchon de celle à la couleur violette. Cette potion créerait sans avoir recours aux pouvoirs du sorcier une lumière éblouissante, lui laissant ainsi le temps de répondre à une quelconque éventualité, sans pour autant épuiser son énergie aurique.



Dernière édition par Derek Miles le Dim 7 Fév - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Dim 7 Fév - 14:48

    Le vampire sentit en quelques secondes la nervosité de son interlocuteur venir. Il se figea devant la porte de sa roulotte, prêt à l’ouvrir. On aurait dit qu’il venait d’être frappé par une illumination. Le vampire n’aimait pas cela. Les sorciers peuvent avoir maintes et maintes pouvoirs, notamment celui de lire l’aura des personnes autour d’eux. S’il avait un tel pouvoir, il saurait alors que Edward n’était pas un détective privé mais un vampire. Et s’il découvrait sa véritable nature, il avait vraiment de quoi s’inquiéter avant de laisser un vampire pénétrer dans son antre. Pire encore, s’il savait qu’un vampire invité pouvait revenir quand il voulait, il tenterait alors d’éliminer le dit vampire par pure mesure de sécurité. Edward savait de connaissance que les sorciers sont bien souvent paranoïaque au dernier degré. S’ils sont en mesure d’éliminer toute menace, ils le font sans hésiter. Et ils ont à leur disposition des pouvoirs capable de vous tuer de l’intérieur tout en laissant votre corps continuer à vieillir. Enfin si vous êtes humains.

    Edward n’avait pas le choix. Il lui fallait savoir si le sorcier savait pour sa nature. Il ouvrit alors ses barrières mentales qui empêchait littéralement les pensées des autres de pénétrer dans sa tête. En cinq seconde il eut sa réponse. Le magicien, oui s’en était bien un, savait qu’il était un vampire. Non, pour être exact, il se disait que ça pouvait être une possibilité car il n’en avait jamais vu. Et sur un simple doute, il était capable de transformer Edward en torche. Décidément, celui-là était vraiment très paranoïaque. Il avait quelque chose dans la poche. Edward avait bien remarqué qu’il tripotait souvent sa poche, mais il avait également remarqué que l’objet était trop petit pour être une arme. Jusqu’à ce qu’il apprenne que c’était un magicien. Edward ne savait pas si Derek était un necromant ou un autre type de sorcier, il ne savait pas s’il possédait le pouvoir d’invoquer un démon ou non, il lisait les pensées au vol, il ne pouvait pas fouiner dans l’esprit, surtout celui d’un sorcier. Mais Edward avait de la chance, les pensées de ce magicien était claire comme de l’eau de roche. Sans doute un effet du vent de panique qui l’avait saisit. En temps ordinaire, Edward n’aurait pas pu lire aussi facilement dans ses pensées.

    « C’est curieux monsieur Miles, d’ordinaire c’est moi qui pose ce genre de question. Vous avez été difficile à trouver, on dirait que vous sortez uniquement la nuit. »

    Edward voulait juste gagner du temps. Mais en semant le trouble chez son interlocuteur, il pourrait peut-être même glaner plus d’information. S’il était clair que le magicien serait prêt à le tuer, Edward ne savait toujours pas si Miles était son homme. Un magicien savait forcément que la pleine Lune était une période propice, les sorts lancés ces nuits là sont plus puissants, mais d’un autre côté les morts retrouvés ne semblaient pas être les victimes d’un rituel. Le mystère demeurait entier. Miles n’avait pas plus de chance qu’avant d’être le meurtrier que cherchait Edward. Le fait qu’il soit un sorcier ne le rendait que plus dangereux pour Edward. Mais ce dernier devait veiller à ne pas trouver sa proie plus alléchante. Etre un magicien ne faisait pas de vous une proie privilégiée. Son mentor ne lui avait-il pas conseillé de ne jamais approcher les sorciers ? Il aurait dû partir, et dès maintenant. Mais au lieu de cela il enfonça le clou.

    « Pourquoi les nuits de pleine lune, monsieur Miles ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Dim 7 Fév - 15:31

    L'atmosphère entre les deux hommes était à présent extraordinairement tendue. C'était à peine si l'on pouvait palper cette tension. Les deux hommes se trouvaient l'un face à l'autre, se fixant. Derek avait toujours la main droite sur la fiole, et observait attentivement celui qu'il considérait à présent comme son adversaire. Plus il y réfléchissait, plus le sorcier s'auto-persuadait de la nature de Filzroy, un vampire..

    D'après ce qu'il en avait entendu, les vampires étaient excessivement sensibles à la lumière du soleil, aussi, il leva les yeux vers les nuages et observa la nuit. Sa roulotte étant dégagée de tout arbre, la lumière de la lune éclairait très largement la clairière mais de sa position, il ne pouvait regardait avec précision la position des étoiles et ainsi en déduite une heure exacte. L'astronomie était un art très difficile à apprendre, mais parfois elle se trouvait très inutile, comme à ce moment même. Néanmoins, Derek jugea qu'il ne devait pas être plus de deux heures du matin : il ne pourrait donc pas jouer avec le temps.

    Soudain, il aperçu un changement dans l'expression de l'homme, on eut dit que la concentration avait supprimée tout autre trace sur son visage. Il fixait Derek sans vraiment le regarder, et l'alchimiste ne comprit pas immédiatement ce que le vampire était en train de faire, lorsqu'il le comprit, il était déjà trop tard mais au moins Derek eut la certitude que cet inquisiteur n'était pas seulement un simple humain, mais bien un vampire. Derek ne voyait pas pourquoi un autre sorcier s'inviterait à lui causer des ennuis.

    La réponse que lui fit le vampire quant à l'allusion que Derek avait fait sur la réelle identité de Filzroy confirma les soupçons de Derek quant au fait que celui-ci avait lu les pensées de l'alchimiste. Ce dernier se maudit, il aurait dû porter un pentacle.
    Désormais, l'alchimiste ne savait plus quoi faire, il hésitait fortement à l'attaquer, malgré que son instinct lui dictait le contraire. Bien contrairement à certains idiots que la sorcellerie rendait fou, Derek restait une personne de réfléchie, qui jamais n'aurait attaqué cette personne sans savoir auparavant son potentiel. Il existait certains vampires, qu'il classait de mineurs desquels il n'aurait pas pris plus d'une minute à se débarrasser. Mais cet homme semblait plus puissant, et la façon dont il avait abordé Derek intriguait ce dernier ? Pourquoi toute cette mise en scène si ce n'était que pour le dévorer ensuite ? Le sorcier doutait de plus en plus, et ce que dit Filzroy ne fit que renforcer ses incertitudes.

    Pourquoi les soirs de pleine lune ? Il savait donc.. Il savait que Derek passait tous les jours précédents une nuit telle que cette nuit à préparer une série d'assassinat qui seraient masqués par ces abrutis de Lycanthropes, donc la rage et la soif de sang cacherait de loin ses propres crimes.

    * Que dois-je faire à présent ?* Se demandait Derek.

    Soudain, il choisit de prendre un chemin direct, d'arrêter ces répliques superflues et de venir à l'essentiel, s'il devait combattre pour sa survie, Derek ne souhaitait pas laisser le stress s'infiltrait totalement en lui.

    - Arrêtons cela, voulez vous ?
    Demanda le sorcier. Nous savons vous et moi qui nous sommes respectivement, aussi tourner plus longtemps autour du pot ne servira à rien.

    Le sorcier marqua une pause, et réfléchit à ce qu'il allait dire. Il ne fallait pas l'agresser, ni laissait montrer la peur qu'il éprouvait face à son ignorance envers la force du vampire. Aussi, il choisit la neutralité.

    - Si vous me le permettez, j'aimerais savoir qu'elle est la raison de votre venue. Ainsi que vos intentions envers moi.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Lun 8 Fév - 15:22

    Le magicien n’était pas un idiot. Edward s’en doutait déjà. C’était quelqu’un d’assuré dans la vie que ce soit dans la mascarade vis à vis des humains ou dans la pratique de la magie, il était toujours sûr de lui. Peut-être un brin arrogant. Au premier coup d’œil on aurait pu penser que c’était un imbécile mais en réalité c’était simplement de l’ignorance. Le magicien n’avait jamais été vraiment confronté à un vampire auparavant. C’est pour cela qu’il avait pris tant de risque, qu’il n’avait pas vraiment fait attention. Si cela avait tourné à l’avantage du vampire, à présent Edward se tenait sur ses gardes. Il est vrai que de toute manière les vampires sont plutôt frileux face à la magie, une chose qu’ils ne peuvent comprendre. Mais Edward savait qu’un magicien ignorant n’en était pas moins dangereux. Au contraire, intelligent et ignorant voulait la plupart du temps dire plus dangereux encore. En plus il était sur son territoire. C’était la pleine lune, il semblait particulièrement aimé ces nuits là. Pour le vampire c’était tout le contraire, qu’on le veuille ou non, qu’on soit vivant ou non, la pleine lune influence le comportement de tous, et les vampires n’y coupaient pas. Il savait que sa résistance à la soif était plus difficile par les nuits de pleine lune. Il était donc deux fois plus méfiant. D’abord, il se méfiait du magicien ensuite il se méfiait de lui-même.

    Il y avait deux choses. L’une allait contre le vampire. Le magicien ne connaissait peut-être rien des vampires mais il s’y connaissait en magie que ce soit celle des vivants ou celle des morts. Un magicien reconnaît facilement la magie même si ce n’est pas celle qu’il pratique. Un peu comme les vampires reconnaît d’emblée la nature d’une personne, s’il est un prédateur ou une proie. Le professeur avait senti l’intrusion dans son esprit. Etrangement, il n’avait pas repoussé le vampire mais s’en était rendu compte que lorsque Edward avait parlé. D’ordinaire, les magiciens réagissaient immédiatement. Mais le professeur ne devait pas avoir eut affaire à la magie des vampires ou bien il n’avait jamais croisé de télépathe. Curieux mais possible. Les vampires vivent en communautés et même s’ils préfèrent la solitude, ils ont des lois, et sont bien obligés de connaître leur congénères vivant dans le même territoire qu’eux. Il est parfois difficile pour eux d’imaginer la vie en communauté des autres créatures surnaturelles. Apparemment les sorciers ne se réunissent pas pour se donner des conseils ou se menacer. Quoi qu’il en soit, le magicien savait maintenant que le vampire devant lui était capable de lire les pensées. Et il en avait déduis que c’était un vampire. Déduction faite par le fait qu’il ne pensait pas qu’un sorcier puisse lui chercher des noises. Sur ce point là le vampire ne pouvait pas s’exprimer, c’est lui qui était dans l’ignorance. Dans une toute autre situation, il aurait essayer de comprendre, aurait couvert le magicien de question. Tout égoïste qu’il est, tout moqueur qu’il est des autres, c’est quand même quelqu’un de curieux.

    La seconde chose importante que le vampire ne devait pas oublier c’est que le magicien ignorait tout de ses intentions. Si pour Edward cela lui semblait si évident qu’il restait étonné que le professeur ne l’ai pas encore remarquer, pour ce dernier il était dans le flou total. Il est vrai que certains vampires aiment jouer avec leur proie. Par exemple, la reine était vraiment dangereuse pour les humains. Elle pouvait se montrer très gentille et douce et tout d’un coup basculer dans une folie destructrice et sanguinaire. Edward ne l’aimait pas et ne voulait surtout pas se retrouver face à elle. On la disait impressionnante. Une chose devait cependant être certaine pour le magicien quoi que ce ne soit pas évident pour ceux qui ne connaisse les vampires qu’à travers les livres, c’est que Edward n’était pas un nouveau né. Sinon le magicien serait déjà mort ou gravement blessé. Un nouveau né vous attaquera à tout les coups si vous êtes seuls, isolés, et qu’il n’y a aucun témoin. Le pire étant qu’ils ne peuvent pas s’arrêter de boire pour sauver leur victime de la mort. Pour revenir à nos moutons, Edward tentait depuis le début de sauver la peau du magicien mais celui-ci l’ignorait. Il restait donc un choix au vampire. Soit il continuait à jouer les gentils vampires au risque de se faire attaquer par le magicien, on ne sait jamais certains pensent que les vampires doivent être éradiquer, il y a toujours des extrémistes ou des racistes parmi les créatures surnaturelles, comme chez les humains au final, soit il laissait subsisté le doute au risque d’en venir à un combat où la soif risquait de l’emporté s’il était blessé.

    C’était un problème que seuls les vampires connaissent. Blessé, ils sont redoutablement dangereux car ils perdent tout contrôle sur la soif. Normal, la guérison nécessite du sang, et ils ne sont pas vraiment habitués à souffrir, ça leur ai donc insupportable et ils sont prêt à tout pour accélérer la guérison. Or Edward ne voulait pas bouffer un humain en perdant le contrôle. Il voulait chasser un putain de criminel qui s’en prenait aux innocents en mettant le tout sur le dos des lycanthropes. En tant que vampire il n’aimait pas spécialement les lycanthropes mais pour son choix de repas, il adorait les salopards, les putains d’enfoirés. Ne lui demandez pas pourquoi mais selon lui ils ont meilleur goût.

    « Comme vous le souhaitez. » fit le vampire d’un ton neutre.

    Durant tout ce temps, à vrai dire depuis que le magicien l’avait percé à jour, le vampire avait prit un air impassible. Il avait un véritable don pour modeler son visage. Il avait rapidement compris qu’en jouant avec les émotions affichés sur son visage il avait déjà un avantage. Mais en masquant toute émotion, en jouant les statues, ce qui était déjà facile pour un vampire, il déstabilisait son ennemi. Il était même si bon à ce jeu là qu’il parvenait même à berner des vampires plus vieux que lui. Parfois les mauvaises expériences ont du bon. Il décida alors de conserver cette impassibilité. Inutile de jouer les humains, il pouvait laisser libre court à son attitude de vampire. C’est-à-dire à demeurer totalement immobile lorsqu’il n’était pas occupé ou lorsqu’il était plongé dans ses pensées.

    « Je ne vous ai pas menti, magicien. Je suis venu pour mener une enquête. Evidement mon nom n’est pas Filzroy, je ne tient pas un cabinet de détective pour des raisons évidentes, mais je mène quand même une enquête sur les meurtres ayant eut lieu durant la pleine lune. »

    Edward avait beau être impassible, ses yeux étudiait soigneusement le visage du professeur. Il savait bien que l’attitude du professeur ne lui donnerait pas les clés de l’egnime mais parfois les gens laissent tomber leur garde durant un instant et cela suffit pour tout savoir. Quelle idée aussi avait-il eut de s’intéressée à une affaire où des lycans étaient impliqués. Il avait été fou de penser qu’un banal humain aurait pu calculer son coup sur les diverses morts et disparitions ayant lieu ces nuits de pleine lune. Ca devait forcément être quelqu’un sachant pour l’existence des lycanthropes. Donc soit un chasseur, soit un magicien. Si ça avait été un vampire il l’aurait immédiatement senti, si ça avait été un métamorphe ou un lycan il l’aurait su rien qu’à l’odeur. Ces machins là ont une odeur insupportable pour les vampires. Voilà pourquoi ils ne les attaquent pas. Mais d’un autre côté, il pensait qu’il aurait affaire à un simple éventuel témoin qui s’était brutalement transformé en suspect numéro un. Edward ne devait pas oublier qu’il ne faisait qu’une supposition, à Newton le nombre de vampire en trop grand nombre attire d’autres créatures surnaturelles. Le vampire devait gardé à l’esprit que le professeur pouvait être innocent, pratiquer la magie tout seul dans son coin et du coup se montrer méfiant parce que tout d’un coup un vampire débarque chez lui. N’importe qui serait paniqué. Le magicien était à la fois trop calme et trop nerveux pour être un simple magicien souhaitant vivre en dehors de la communauté. Il était un mystère pour le vampire et ça le rendait savoureux.

    « Vous devez être au courant je pense. Lorsque vous m’avez vu vous avez eut une peur bleue jusqu’à ce que vous puissez constater que je n’étais pas un loup. J’en déduis que vous savez qu’ils existent, vous craignez même qu’ils viennent jusqu’ici. C’est d’ailleurs étonnant que vous n’ayez pas placé de piège magique. A votre place j’en aurait bourré un peu partout. »

    Vous imaginez pouvoir sécuriser votre refuge des loups-garous ? Si les sorciers vendaient ce genre de choses aux vampires ils pouvaient faire fortune. Même si en apparence tout allait bien entre les lycanthropes et les vampires, ils ne se supportent pas. Il y a eu des histoires de guerre, qui se sont restreinte à un terrain particulier. Ils ne sont pas suffisamment fou pour déclancher une véritable guerre. Si l’un avait un avantage sur l’autre ils le tenteraient sûrement mais ça n’est pas le cas. En tout cas la cour parvenait à éloigner humains et lycanthropes, mais ils avaient les moyens et tout le monde les craignait vraiment. C’était pas de simples vampires.

    « Je sais que certains morts ne sont pas imputables aux lycanthropes. Ma nature fait que je sens immédiatement ce genre de chose. La personne qui a fait ça connaît l’existence du surnaturel. Mais elle se la joue solo si vous voyez ce que je veux dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Mar 9 Fév - 16:01

    En écoutant le flot de paroles du vampire, Derek se sentit le plus idiot du monde. Malgré la prudence qu'il avait lors de la préparation d'un meurtre, malgré la méticulosité qu'il prenait que ce soit dans l'acte même ou lorsqu'il dissimulait son crime, sa fierté lui avait tout simplement ôté de l'esprit que quelqu'un puisse l'atteindre chez lui, dans sa roulotte en plein cœur de la forêt. Il n'avait jamais pensé à protéger la clairière où il logeait, ne serait-ce que d'un sort mineur qui l'avertirait lors de l'approche d'un individu. Non il ne l'avait pas fait, pourtant c'était d'une facilité incroyable : il maitrisait les runes et le nombre d'arbres alentours lui permettraient aisément de les cacher.

    Je m'y attèlerai cette histoire terminée, pensa t-il.

    Ensuite, l'homme lui confirma ses soupçons, premièrement qu'il ne s'appelait pas Filzroy et ensuite que ce n'était pas un détective privé. Il aurait du le pressentir, cette homme était bien trop sûr de lui pour n'être qu'un simple humain. Mais que faisait il alors ? Pourquoi un vampire menait il des recherches sur les meurtres qu'un sorcier pouvait commettre les nuits de pleine lune ?
    C'était un vampire merde ! Une créature avide de sang qui n'hésitait pas à tuer, ces créatures avaient déjà commises des génocides et voilà maintenant que l'un d'entre eux jouait les justiciers ? Quelle folle ironie !

    Bien entendu, comme le disait le vampire, Derek avait connaissance de la multitude de créatures surnaturelles qui peuplaient ce monde, notamment à Newton qui était connue pour abritait les créatures les plus anciennes, et aussi les plus dangereuses. D'ailleurs, si Derek avait choisit de ne pas déménager dans une ville plus grande, où les victimes seraient plus nombreuses et surement plus intéressantes, c'était sans aucun doute parce qu'ici, le sorcier trouvait une facilité plus grande à puiser dans l'énergie aurique de la Terre. Il ne s'expliquait pas pourquoi, malgré les recherches qu'il avait fait, jamais il n'avait trouvé d'explications explicite. Il avait fait de nombreux voyages à travers les États Unis, afin d'améliorer ses compétences magiques, et un peu sortir éteindre ses connaissances qui sont pour la plupart concentrées sur l'alchimie. Néanmoins, durant ce voyages, il avait remarqué que loin de Newton, ses pouvoirs étaient diminués, enfin, ce n'était pas vraiment cela, c'était plutôt qu'il dépensait plus d'énergie de sa propre aura, plutôt que de puiser dans celle de la Terre, ou du Ciel. La seule explication plausible à ses yeux était que qu'étant donné que ses parents lui avaient mis le jour à Newton, il se trouvait en quelque sorte attaché à cette ville, ou alors peut être que ceux-ci se trouvaient encore dans les alentours, et alors il existerait entre eux un lien qui lui permettrait d'augmenter la puissance de son aura, sur ce point il n'en savait pas plus, il était totalement perdu.

    Enfin, revenons à cette altercation avec ce cher vampire. Ce dernier insinuait que Derek avait d'abord eut peur, avant de se rendre compte que Filzroy, enfin le vampire, n'était pas un Lycanthrope. C'était absolument vrai, mais si ce vampire avait pu le remarquer, c'était sans doute parce qu'il était doué d'une très grande puissance. Cela inquiéta le sorcier, qui décida de laisser parler l'homme avant de prendre une décision quant à sa manière d'agir.
    Pour conclure, le vampire finit par une phrase étrange "Mais elle se la joue solo si vous voyez ce que je veux dire."Qu'insinuait t'il par là ? Il était clair que ce dernier était au courant pour les crimes de Derek, Maintenant, avait t'il dit cela pour se lier à Derek et agir en duo ? Le sorcier en doutait fort, un vampire n'avait nullement besoin de s'allier à un sorcier, sauf si cela s'agissait d'un conflit intérieur aux vampires, ce serait la seule raison pour laquelle ils demanderaient de l'aide à une autre race.
    Sinon, et c'était la thèse la plus censée, ce vampire essayait de faire ami ami avec lui afin de mieux l'approcher. Il ne savait pas grand chose de cette espèce, mais une chose était sûre : s'il laissait cet être entrer dans sa roulotte, ce dernier pourrait s'y inviter à n'importe qu'elle moment, l'alchimiste ne devait donc en aucun cas l'y inviter.

    Ne sachant que faire et agissant comme un parfait imbécile humain, Derek prit la voie du mensonge, il choisit de démentir complètement et fit même l'idiot, faisant mine de ne rien comprendre. Aussi, il fit à présent attention à bloquer ses pensées.

    Je suis désolé de ne pas pouvoir vous aider monsieur ... M'avez vous dit votre réelle identité ? Non, je ne vois vraiment pas de quoi vous voulez parler, mais si je peux vous apporter une quelconque aide, n'hésitez pas. Aussi,je me demandais en quoi cette affaire pouvait intéresser un vampire ?
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Mar 9 Fév - 23:10

    Bon sang, le magicien tentait de faire l’idiot. Il voulait vraiment finir au fin fond de la forêt, vidé de son sang, la nuque totalement brisée, sans doute en petit morceau. Avec un bâche pour couvrir le corps et un peu de chaux vive pour faire disparaître les odeurs. On ne lui avait jamais dit qu’il ne fallait pas énerver les vampires ? Un simple humain ne s’y risquerait même pas. Enfin si, en 1967 un humain avait fait l’idiot devant Edward, mais il consommait de la drogue. Pendant les jours suivant le vampire avait observé les murs bouger, les failles s’agrandirent, les monstres venir lui manger ses chaussures. C’était le premier humain qu’il tuait avec autant de drogue dans le sang. Il n’avait pas beaucoup aimé ce premier contact avec la drogue. Dans les années 80, il avait aimé la drogue dans le sang des humains. Quoi qu’il en soit, il avait déjà pu constater que le petit magicien n’était pas un idiot. Alors jouer les idiots avec lui était complètement imbécile. Et probablement la manière la plus réussit de projeter son suicide.

    Le vampire avait à présent une sacré envie de le tuer. Ce qui était mauvais. Très mauvais. Il s’était promis il y a bien longtemps de ne plus tuer d’humains. C’était une manière de parler, évidemment, Lizbeth l’avait quitté il y a trente ans. Depuis il n’avait pratiquement plus tuer d’humains. Que des criminels, que des tueurs, que des mecs qui avaient du sang sur les mains. C’était son ancien mentor qui lui avait un jour raconté comment tuer des criminels pour assouvir sa soif sans pour autant entacher son âme. Son ancien maître pensait que les vampires possédaient encore leur âme mais qu’elle était lié à l’être démoniaque niché dans leur sang. On ne pouvait défaire l’âme du démon qui la conservait en vie mais la damnait aussi. Le maître était persuadé que l’on pouvait cependant vivre en accord avec son âme, une manière de dire le caractère. Si l’on n’était pas fait pour les massacres et les meurtres sanglants, tuer des criminels permettait de se sentir bien avec le peu de conscience qu’il restait au vampire. Edward avait trouvé cela amusant jusqu’à ce que Lizbeth le quitte. Depuis c’était sa seule manière de consommer du sang humain. Le reste du temps, il se nourrissait exclusivement de sang animal. Ce n’était pas fabuleux comme nourriture, ni suffisant pour le vampire, c’était même contre nature à vrai dire, mais ça lui permettait de se sentir moins minable. Voyez-vous l’amour est capable de choses étranges, comme par exemple de donner une conscience à un vampire sanguinaire et perfide par exemple.

    Retour à la réalité, le vampire avait soif, il avait une bonne raison de tuer le magicien mais il y avait deux choses. De un, la bonne raison en était une mauvaise, du moins pas suffisante. Il ne pensait plus que l’idiotie était une raison pour tuer quelqu’un même si c’était sacrément tentant. La seconde était qu’il se méfiait des sorciers et ça ne changerait pas si le sorcier avait l’air idiot ou cherchait à l’énerver d’une manière complètement imbécile. Il allait donc persister. Après tout, il avait rarement abandonné parce qu’on tentait de le chasser. C’était même quelqu’un de borner. Tous les humains, vampires et autre créature ayant croisé son chemin l’avait trouvé incroyablement têtu et arrogant. Qu’il soit devenu plus gentil, ne changeait pas son caractère. Le don obscur ne l’avait pas changé, rien ne le changerait.

    « Dis donc mon bon ami, si je puis me permettre un conseil. Ne jouez pas aux idiots avec moi, ça ne marchera pas. J’ai quelques années derrière moi, je ne suis pas né de la dernière pluie. » Le vampire hésitait. Il aurait peut-être aimé le tuer mais il ne voulait terminer cette discussion ainsi. Il ne pouvait pas en rester là. C’était sans doute sa curiosité, ou le soin qu’il apportait à ses enquêtes mais il voulait avoir le fin mot de l’histoire. « Alors si vous voulez bien, répondez à ma question. Avez-vous oui ou non profité de la pleine lune pour tuer des innocents ? »

    Le vampire n’avait pas envie de sortir les crocs ou de se montrer menaçant car la menace n’était pas toujours aux aveux, enfin aux véritables aveux. Mais le vampire avait une autre arme en revanche, il en avait même d’autres en réserve. Fixant le sorcier, il attendait sagement la réponse mais elle tardait à venir. Pas envie de se confesser petit sorcier ? Il était peut-être buter mais il n’était pas réputé pour sa patience. Etrange pour un vampire me direz vous, mais il était comme ça. Il n’avait jamais rien eut du vampire idéal. Les siècles n’y changeraient rien, il ne serait jamais un sage, il ne serait jamais patient ni prêt à comprendre les problèmes des humains ou des vampires. Il n’avait jamais connu la compassion, pleurer sur les autres n’était pas son truc. Pas besoin de pleurer, il s’aimait bien tel qu’il était. Bon d’accord par moment, il regrettait d’être un vampire sanguinaire, parfois il regrettait le mal qu’il avait fait, parfois il se demandait s’il n’avait pas été un monstre qui ne méritait pas de mourir. Mais au fond, il s’aimait tel qu’il était. Il regrettait presque l’être sanguinaire qu’il était. Au moins il ne se torturait pas, lorsqu’il était diabolique. Mais les choses n’étaient jamais simple, n’est-ce pas ?

    « Je vous en prie, prenez votre temps pour répondre, mais surtout n’essayez pas de me rejouer ce petit numéro du pauvre type qui n’est au courant de rien. Je sais que tu n’es pas un idiot magicien, et je sais que tu sais quelque chose à propos de ces meurtres. La seule chose que j’ignore c’est à quel point tu es impliqué. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Mer 17 Fév - 21:18

    Derek s'en rendait comptait, il avait été complètement bête pour lui de jouer les idiots. Le vampire avait assez lu en lui pour savoir que le sorcier était impliqué dans ces meurtres. Malgré tout, tout n'était pas perdu. En premier lieu, il pouvait encore se faire passer pour un simple témoin de ces actes. Cela pourrait passer, c'était assez plausible, quand on savait qu'il vivait seul, dans une roulotte en plein cœur de la forêt. Mais si cela n'allait pas, si le vampire avait lu en lui suffisamment pour savoir qu'il était plus qu'un simple témoin il pouvait à ce moment se faire passer pour un complice. Mais alors, alors il devrait inventer le meurtrier, lui trouver un mobile et se trouver lui même une propre excuse quant au fait qu'il aidait cette personne imaginaire. Malheureusement, la tension qui s'était immiscée entre les deux hommes, surtout depuis que chacun avait révélé sa réelle identité, empêchait le sorcier de se concentrer, et encore plus d'inventer toute une histoire. Il aurait du s'y prendre avant, avant que les ennuis ne commencent.

    Dans le pire des cas, si le vampire ne croyait à aucune de ses histoires, si qui était très possible puisque celui n'avait pas l'air d'être un imbécile, Derek avait toujours la possibilité de se battre contre lui. Il n'y avait pas de prédominance d'une race sur l'autre, un vampire avait autant de chance de tuer un sorcier que celui-ci avait de chance de le tuer. Tout dépendait de l'expérience et de la puissance de l'adversaire. Or, cet être avait l'air d'être de taille à poser des ennuis au sorcier. Il était vrai qu'il n'était pas très imposant, mais c'était un vampire, et les vampires ne sont pas des lycanthropes, ils ne tirent pas leur puissance de leurs muscles. Il ne devait donc pas s'y fier. Néanmoins, Derek possédait un réel avantage, ici ils se trouvaient dans sa forêt, dans son territoire. De plus, il avait la capacité de puiser en ces lieux une quantité de magie incroyable, dont il ne s'expliquait pas la raison. L'alchimie pouvait lui permettre de faire des choses magnifiques, mais aussi très dangereuses. Il pouvait altérer la nature de beaucoup de choses qui se trouvaient dans la forêt, rendre le sol impraticable ne lui prendrait qu'une seconde. Charger l'air de toxines lui en prendrait deux de plus. Non, vraiment, l'idée d'un combat ne l'effrayait pas, mais peut être avait il tort.

    Aussi, se sentant encore une fois un peu trop sûr de lui, Derek répondit avec insolence au vampire, le provoquant même :

    Ne vous inquiétez vous donc pas de parler à un éventuel assassin ? A une personne qui n'hésite pas à tuer quiconque s'oppose à lui ? Le sorcier se rendit néanmoins compte que son discours avait quelque chose de pathétique, il se reprit donc et parla avec plus de lucidité. Il se peut que je sois mêlé à ces crimes, peut être est-ce même moi. Mais excuse moi de cette question, en quoi cela te concerne t-il ?

    Tu es un vampire non ? Ton peuple et toi avaient commis plus de meurtres que toutes les autres races réunies, hormis les lycanthropes, non ? Alors en quoi cela te concerne t'il que je profite de ces créatures débiles pour cacher mes assassinats, en supposant bien entendu que ce soit moi.


    Le sorcier était satisfait de lui, il avait réussit à créer son petit effet, maintenant, il ne souhaitait plus qu'une chose, que cet être le laisse tranquille et vaque à ses propres occupations, aussi, il fit : Maintenant, je me permets de vous demander de partir, avant que ce consciencieux ne finisse mal, très mal.
Revenir en haut Aller en bas
Edward Ruthven
Admin « L'Insolent Démon »
avatar

♦ messages : 526
♦ registration date : 12/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Perdition City - Ulver


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp: Ouvert
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Lun 22 Fév - 3:08

    Le magicien ne le craignait pas. Oh le vampire n’espérait pas que le suspect qu’il tenait entre ses doigts se montre gentil, serviable et lui avoue tout d’un ton plaintif en criant sa culpabilité, le suppliant de lui pardonner, qu’il ferait tout ce qu’il veut. En fait, s’il chassait les tueurs en séries, les meurtriers, c’était justement parce qu’ils étaient retors, pas facile à débusquer et qu’ils ne craignaient personne. En fait, il n’était peut-être pas retors, et peut-être même pas un meurtrier mais il était dangereux. Ca se voyait à son regard, à l’attitude qu’il adoptait tandis qu’il se sentait démasqué. N’importe qui se serait senti menacé aurait opté pour une attitude moins frontale, aurait tenté d’esquiver l’issue finale, voire aurait marchandé. Mais lui, il semblait sûr de lui. C’était son territoire et il était un sorcier. Edward se sentait beaucoup moins sûr de lui. Les sorciers et les vampires ne font pas bons ménages.

    En général les vampires évitent les sorciers et vice versa. Rares sont les exceptions, mais il arrive que des sorciers travaillent pour des vampires. S’ils sont rémunérés, ils sont prêt à tout pourvu qu’on leur donne leur dû. Les sorciers sont après tout des humains, dans le fond. Mais sinon, ils éprouvent une méfiance naturelle. Les vampires ont beau détenir une force surnaturelle et quantité de capacités hors du commun, la magie échappe à leur emprise. Et les sorciers savent naturellement de quoi sont capables les vampires. Ils sentent la plupart du temps le danger en leur présence. Lorsqu’ils se trouvent confrontés l’un à l’autre, on ne peut jamais prédire l’issue du combat. Là où les vampires possèdent une force surhumaine, les sorciers peuvent manipuler des forces au delà de toute imagination. Difficile de savoir qui gagnera le combat. Parfois c’est l’âge qui joue, l’expérience, malheureusement rare sont ceux qui ont connu ce genre de bataille pour en parler.

    Question intéressante : Qu’est-ce qu’un vampire venait jouer les inspecteurs Harry en plein milieu d’une forêt pourchassant les criminels comme le justicier de la nuit ? L’idée était ridicule bien évidemment. Sauf si le vampire en question avait décidé de faire le bien, évidemment. Ca changeait tout. Mais bon, les vampires repentant sont très rare, suffisamment pour qu’on en trouve un grand maximum par état, et encore si on a de la chance. Mais Edward avait des remords, des regrets, enfin un tas de sentiments pas vraiment agréables qui le rongeaient. La chasse aux serials killers lui offrait un peu de répits. Avec leur nombre de victime qui s’allongerait sans leur mort, il était en accord avec sa conscience ou le peu qu’il lui en restait, et il pouvait y trouver le sang humain qui lui était tant nécessaire. Pas sûr que Lizbeth soit parfaitement heureuse de savoir qu’il bouffait des serials killers, à ses yeux ce serait des humains quand même. Mais Lizbeth ne reviendrait pas. A quoi tout cela pouvait-il donc servir si elle ne revenait pas ? Il n’était plus diabolique et ça le rendait dingue. Par moment, il se demandait si ce qu’il faisait valait vraiment le coup, s’il ne serait pas plus heureux en redevenant le vampire qu’il était. A vrai dire, il mourrait d’envie de redevenir celui q’il était, il était alors si fort et si puissant. On le craignait, on l’admirait, les femmes auraient fait n’importe quoi pour être dans son lit, pour qu’il boive leur sang, et aujourd’hui il se rendait dans une forêt truffée de loup-garou la nuit, pour mener une enquête à propos de plusieurs morts suspectes. Ses amis vampires se serait moqués de lui en le voyant ici.

    « Je m’en moque pas mal des innocents que tu peux avoir tué, ou des lycanthropes. Tu as raison, je suis un vampire, mais mes proies préférés ce sont les meurtriers. Tu vois, chacun ses préférences, question de goût. »

    Le vampire n’allait pas s’étendre sur le sujet. Si le magicien découvrait que le vampire ne souhaitait pas tuer un innocent et que c’était pour cette raison qu’il menait l’enquête comme un véritable détective privé au lieu de tuer tous les innocents, il pourrait en profiter. Un vampire pas vraiment sanguinaire, c’est une proie facile pour un ennemi des vampires. Même si, le vampire reste toujours aussi dangereux quelque soit ses motivations. Le sorcier semblait vouloir se débarrasser du vampire. Lui aussi réalisait que le combat ne tournerait pas forcément à son avantage. Le vampire hésitait. Il n’était pas certain de vaincre le magicien, et n’était pas décidé à le tuer s’il n’était pas convaincu de sa culpabilité. Des années auparavant, il n’aurait pas hésité une seconde. La torture, il connaissait parfaitement ses classiques. Avec quelques outils et un peu de patience il aurait obtenu les aveux qu’il désirait tant. Mais il avait arrêté la torture depuis un moment. Sans parler du fait que c’était démodé, mais en plus que les vampires devaient désormais se faire discrets.

    « Tu sembles si sûr de toi, magicien. Je parie que tu es plus qu’impliqué dans cette affaire. On se reverra magicien. »

    Le vampire ne prenait pas la fuite, il repoussait seulement l’affrontement. Il était clair que s’il attaquait le magicien, ce serait pour le tuer. Un vampire a rarement les moyens de tabasser quelqu’un sans avoir envie de goûter son sang une fois le combat achevé. Sans parler du fait qu’un vampire blessé ne parvient plus à se contrôler. Et la discussion ne menerait plus à rien ce soir. Le magicien ne semblait pas déterminé à lui révéler quoi que ce soit. Bien qu’il cédait un peu plus de terrain à chaque réplique, il n’était pas idiot au point de révéler la vérité. Même si, ça semblait évident que le vampire ne ferait pas parvenir ces informations à la police. Il avait révélé au magicien la raison de sa venue, ce n’était peut-être pas judicieux, mais il était de la vieille école, à une époque où l’honneur voulait encore dire quelque chose. Prendre en traître son ennemi n’était pas son genre. Vanité sans doute, mais il aimait avertir du danger ses ennemis pour mieux les battre par la suite. Il lui restait encore des moyens plus technologique et plus classique pour parvenir à confondre le meurtrier. Il pouvait utiliser l’informatique, les informations de la police, et ainsi connaître la vérité. Il n’était pas comme les autres vampires allergiques aux technologies. Risquer une confrontation pour rien serait stupide, surtout qu’il avait affaire à un sorcier.

_________________

    LA CULPABILITE EST LE PIRE DES MAUX
    La chance ou le bonheur se transforment en culpabilité,
    entraînant dans leur sillage tout ce qui est positif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   Mar 23 Fév - 22:49

    Alors que le sorcier terminait de formuler sa menace, il observa que le vampire face à lui réfléchissait, ce qui en un sens le réconforta. Il ne se sentait en aucun cas impuissant face au vampire, bien qu'il ne sache pas réellement de quoi ce dernier était capable. Non, le moment n'était pas le meilleur pour un affrontement, premièrement parce qu'ils se trouvaient lors d'une nuit de Pleine Lune, et qu'en faisant couler le sang, que ce soit celui d'un vampire ou d'un sorcier, cela attirait obligatoirement les créatures avoisinantes, et donc amènerait un flot supplémentaire d'ennuis. Derek était prêt à parier que le vampire lui non plus ne souhaiter pas voir débarquer d'autres soucis, il voyait que la créature n'était pas certaine d'elle. Cela faisait un moment qu'il réfléchissait, enfin en réalité ce n'était que quelques secondes mais la tension qui s'était immiscée entre les deux êtres rendait les secondes longues, très longues. D'ailleurs, c'était une des autres raisons pour laquelle le sorcier ne voulait pas d'un affrontement immédiat, le stress qu'il avait éprouvé avant de connaître son ennemi, même celui ressenti après, avait vidé une grande partie de son énergie, qu'elle soit aurique ou non ; Derek ne se sentait donc pas la forme pour un combat, surtout face à ce vampire..

    La réponse que lui donna l'homme, enfin homme du point de vue du sexe, ne le rassura pas du tout. Bien au contraire, cette dernière semblait précipiter un combat : "mais mes proies préférés ce sont les meurtriers. Tu vois, chacun ses préférences, question de goût. " Ces mots donnèrent des frissons à l'alchimiste, le vampire montrait bien qu'il n'avait rien à faire des innocents que Derek avait tué, il voulait juste un encas au gout de meurtrier. C'était comique, il n'avait jamais entendu parler de goût de sang différent, par rapport à la vie que menait une personne. Il se doutait bien que les personnes ayant une alimentation surchargée aient une goût légèrement écœurant, mais que celui-ci soit altéré de par un meurtre, c'était hallucinant. Mais Derek était bien placé pour savoir qu'il ne faut refuser aucune information, quelque soit sa nature et son extravagance. Après tout, lui même cherchait bien depuis plus d'une décennie la formule de l'éternité. Il prit donc cette menace très au sérieux, et se mit plus que jamais sur le qui vive, prêt à tout moment à lancer un sort. Cependant, le vampire semblait ne pas avoir terminé ce qu'il avait à dire, aussi, le sorcier le laissa terminer, il serait imprudent de le mettre plus en colère.

    "Tu sembles si sûr de toi, magicien." Derek aima beaucoup cette remarque, il fut même un peu flatté. C'était amusant qu'il prenne cette remarque au léger, alors qu'elle était prononcée par un vampire dont la voix était très fortement teintée d'animosité. Mais Derek n'était pas quelqu'un de très stable mentalement, et qui avait un alter ego plus que démesuré, ce n'était pas pour rien que le lors de son premier meurtre il s'était donné un surnom : Ysha. Celui lui permettait aussi de bien dissocier ses deux personnalités : Derek Miles, le professeur banal qui enseignait les sciences au Newton's High School, et dont la réputation n'était guère élogieuse, et Ysha, qui s'était fait un nom dans l'Outremonde, que ce soit pour les services de mercenaires pour lesquels il était parfois payé, ou pour la signature qui laissait sur chacun de ses crimes. Ces deux personnalités étaient vraiment paradoxales.

    Bref, Derek revint sur terre, il ne savait toujours que faire. Aussi, il n'eut pas à répondre, car le vampire conclut sur une promesse, et parti. Derek ne savait pas s'il devait le rattraper, ou tenter un sort dans le dos du vampire. Cela ne lui poserait aucun problème de conscience de frapper un ennemi par derrière, mais il se doutait que la créature n'était pas assez idiote pour se faire avoir par ça. Alors, il répondit simplement :

    J'espère qu'à notre prochaine rencontre, nous serons dans la disposition de mener un véritable combat,car il s'annonce très intéressant. Et... Fais attention dans la forêt, cette dernière renferme de bien sombre créature.

    Sur ces mots, le sorcier se rendit dans sa roulotte, et claque la porte derrière lui.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Ombre dans la Nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une Ombre dans la Nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de l'Ombre ::  :: Archives RP-