AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Lun 15 Fév - 20:50


© CBS/20th Century Fox Television
LUNA BLACKWOOD
21 ans ; cercle des Ombres (que dire d'autre ? Sorcière lycanthrope ?) ; Bras droit de Dante

Spoiler:
 

    H A B I T U D E S & M O D E D E V I E
      Vaste question que les habitudes et le mode de vie de cette chère Luna. Cela va s'en dire, elle a une vie des plus atypiques. Une vie qui est loin de correspondre à la majorité du petit ou du grand monde. Mais voilà, l'une de ses principales caractéristiques est que justement, elle n'est pas comme la majorité. Elle est unique, elle le sait et elle le cultive. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Elle aime être différente. Tout autant qu'elle aime le goût du sang et de la mort. Mais là n'est pas vraiment la question.
      Tout d'abord, il faut savoir que Luna vit en marge de la société. Bras droit de Dante, elle n'éprouve aucun besoin d'aller à l'université ou de travailler. Ce genre de choses est bon pour les humains. Et elle n'est pas humaine. Bon, peut-être qu'elle le fut à une époque... en quelque sorte, mais c'est si loin aujourd'hui. Sorcière à part entière et lycanthrope hybride, toute sa vie ne tourne qu'autour de sa nature et de ce qu'elle peut en faire. Autrement dit, beaucoup de choses. Principalement ? Dominer le monde, bien sûr. Pas elle toute seule. Elle n'est pas mégalomane à ce point. Mais voir les races suprêmes, les vampires, les sorcières. Les voir, eux, dominer le monde, réduire les humains en esclavage et en disposer à leur convenance sans s'inquiéter de se faire remarquer. C'est son but, sa mission, son rêve.
      Enfin, ça c'est pour les grandes lignes. Mais vous voudriez sans doute savoir à quoi ressemble un jour « ordinaire » pour la demoiselle. Et bien c'est simple et en même temps bien incomparable. N'aillant aucune vie dans le monde des humains, aucune identité, ni existence, elle est libre de tout mouvement. Pas de contrainte, pas d'horaires de boulot ou de devoir de morale. Pas d'église le dimanche, ni de repas de famille hebdomadaire impossible à louper. Elle fait ce qu'elle veut, quand elle veut... à condition que Dante ne lui demande pas d'accomplir quelque-chose en particulier. Une journée idéale se résumerait à un bain de sang, mais comme elle ne peut en avoir tous les jours, la plupart du temps, elle se balade, trouve de potentielles proies pour ses délires ou ses envies subites de sang. Parfois elle joue à la respectable petite humaine, allez comprendre pourquoi. Surtout qu'elle déteste ce genre d'attitude d'ordinaire. Parfois, elle va simplement au parc afin d'y dégoter un sombre crétin un peu trop naïf qu'elle pourra emmener dans une ruelle et scalper sous le délicieux coulis de ses hurlements de douleur. Bien loin de l'adorable gueule d'ange dont elle est affublée, n'est-ce pas ?
      Elle garde cependant quelque-chose d'assez humain en soit : une collection de petites manies inconscientes. Ainsi, on peut compter, entre autres, le fait qu'elle se passe souvent la main dans les cheveux pour les ramener en arrière et le froncement de sourcils qui orne son jolie minois lorsqu'elle est concentrée ou ne comprend pas quelque-chose. Sans oublier qu'elle reste une femme. Mettez-là dans un magasin et vous n'êtes pas sûr de l'y en voir ressortir avant la nuit. De plus, elle risquerait d'avoir tué tout le monde pour avoir plus de tranquillité. D'où le fait qu'on lui réduise au minimum son droit d'aller faire du shopping.


    T R A I T D E C A R A C T E R E
      Arriveriez vous à croire qu'une partie d'elle s'amuse comme une enfant de ses actes de pures barbaries ? Et pourtant... Sadique et violente, elle adore le goût du sang. Qu'il soit sur la peau, sur ses lèvres ou sur sa langue. Les cris de souffrance, la vie qui s'échappe d'un corps. Rien ne la rend plus enjoué. Elle peut tuer par plaisir, par besoin ou simplement parce qu'elle s'ennuie et a besoin de s'amuser. Elle déteste s'ennuyer et ferait n'importe quoi pour ne pas ressentir l'ennui... même des bêtises. Obstinée et exigeante, quand elle veut quelque chose, il est préférable de le lui céder immédiatement. Elle ne fera pas dans la dentelle et pourrait tuer celle qu'elle considère comme meilleure amie afin de l'obtenir... Enfin encore faudrait-il qu'elle ait une meilleure amie pour se faire. Plutôt solitaire et réservée, elle n'a que peu de relations et personne ne peut vraiment être sûr d'être ami avec elle. Elle est si compliquée à comprendre. Si impossible à maitriser. Loin du sentimentalisme alors... les personnes de son entourage pourraient craindre de la voir à tout moment leur planter un couteau dans le dos. Dante et Alexander sont probablement les seuls qui n'ont pas à craindre d'elle... et encore. Même si elle adore littéralement le premier et est amoureuse - à sa manière - du second, sa nature jalouse et possessive pourrait lui faire commettre des actes irréparables si elle venait à s'énerver à cause ou pour eux. Elle pourrait bien donner sa vie pour les deux hommes, mais pourrait un jour être leur bourreau si elle perdait trop la tête. Heureusement que Dante arrive un tant soit peu à la contrôler dans ses moments de démence.
      Bras droit de celui qu'elle considère comme son frère, elle est un atout pour le Cercle de l'Ombre du fait de sa nature froide et directive. Quand ils mettent un plan ou une action en route, elle sait analyser la situation et donner les bons ordres ou les bonnes stratégies afin de mener l'acte à bien. Cependant, sur le terrain, elle peut parfois montrer trop de témérité et se mettre dans des situations cocasses. Surtout si on la cherche ou qu'on arrive à la faire sortir de ses gongs. Elle peut alors ne plus se contrôler et faire n'importe quoi, quitte à se mettre, elle ou les siens, en péril.
      Violente, sadique, psychopathe, torturée, folle... les qualificatifs ne manquent pas, mais aucun n'est assez fort pour la décrire entièrement.


    P A R T I C U L A R I T E S
      Sorcière de naissance, ce n'est pas vraiment cela qui fait de Luna un être particulier cependant. Ses excentricités tiennent plus en deux faits qui s'ajoutent à sa nature.
      En premier lieu, c'est une buveuse de sang de vampire. Dante l'y a initié pour qu'elle obtienne leurs pouvoirs et soit plus forte.
      En second lieu, depuis quelques temps la sorcière se transforme en femme-louve durant les nuits de pleine lune. En effet, elle est une lycanthrope hybride depuis qu'elle s'est fait mordre par un lycan. N'allez pas croire cependant que cela était un simple accident. La sorcière s'est volontairement frotté à un loup-garou jusqu'à ce que morsure s'en suive, afin d'obtenir plus de puissance encore.


    D E T A I L S I M P O R T A N T S
      Pas forcément un détail important, mais bon à savoir tout de même, Luna reste la petite fille capricieuse et coléreuse qu'elle a toujours été. Même si elle le maitrise, il arrive que dans ses coups de folies, elle se comporte comme un bébé à qui on aurait prit son jouet favoris. Ainsi, lorsqu'ils établirent domiciles à Newton, Luna décréta qu'elle vivrait dans la résidence du Cercle des Ombres et que ce serait elle qui choisirait sa chambre en premier, ainsi, elle aurait la plus belle et la plus agréable. Elle choisit donc la plus grande et spacieuse. Une sublime chambre digne de celle d'une princesse. Exposée plein ouest, elle a une vu magnifique sur le couché du soleil. Cependant, son amant n'attendant pas toujours la nuit pour se présenter à elle, elle a équipé la grande baie vitrée de lourds rideaux bordeaux que les rayons du soleil ne peuvent pénétrés. Certains en rient... pas devant elle bien sûr. Elle a exigé la chambre au couché de soleil, mais le cache par d'épais rideaux.


Dernière édition par Luna Blackwood le Mar 16 Fév - 20:21, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Lun 15 Fév - 20:50


© CBS/20th Century Fox Television

    M A P E T I T E H I S T O I R E

      © Reb' (L) & LEAVESDEN
        « Tu feras de grandes choses ma fille ! Crois en la bonne parole de ton père ! »
        « Arrêtes de délirer Declan. Elle ne comprend même pas ce que tu dis. »
        « Qu'est-ce que tu en sais ? Elle te l'a dit qu'elle ne me comprenait pas ma petite princesse ? »
        « Elle n'a que quelques heures chéri ! »

      Jolie discours que tient, en ce jour, les parents de cette adorable petite fille dont nous terrons le nom à jamais. Un discours emplie de tendresse et d'amour. Des rêves d'avenir, des espoirs d'une vie heureuse. Tout le bonheur du monde lui est souhaité en ces quelques heures suivants la naissance de l'enfant, sans que personne ne se doute que la réalité n'aura jamais la couleur qu'on souhaite lui donner en cette fraîche journée. L'enfant ne serait jamais médecin, ni avocate célèbre. Elle ne serait jamais une grande star du cinéma américain, ni une respectable petite enseignante, aimant les enfants et les soirées télés tranquilles avec son gentil petit mari.
      Nous sommes le 29 Janvier, à Salem dans l'état du Massachusetts, il y a vingt et un ans et un jeune couple plein d'amour disserte longuement sur l'avenir prometteur de leur première petite fille.


      © Kanala
        « Tu es folle ! Tu es complètement folle et il va falloir que tu redescendes sur terre petite fille ! »
        « Arrêtes ça tout de suite ! Arrêtes de dire que Mrs Connelly vole des choses. Tu ne peux pas l'avoir vu, ni en rêve, ni en vision ou n'importe quoi d'autres ! »
        « Folle... Cinglée... Détraqué... Bonne à enfermer... »
        « Sorcière... Monstre... Démon... Bonne à jeter... »
        « Mort... »

      Sept ans ont passé. Sept petites, mais très longues années. Le discours parental a bien changé. L'enfant prodige, l'espoir et la fierté d'un père s'est transformé en une maladie qu'il faut éradiquer. Le petit ange d'une mère est devenue un vrai démon à exorciser. L'enfant vit un cauchemar. Voyant des choses qu'elle ne devrait pas voir, elle subit les remontrances constantes et les insultes de ses parents qui ne comprennent pas sa différence, la pense capricieuse ou aliénée. Les parents vivent un enfer. Leur fille sait des choses qu'elle ne devrait pas savoir, ni même comprendre à son âge. La cleptomanie de la vieille voisine Connelly, les tromperies constantes de son père avec des jeunes filles à peine majeur, les paranoïas bibliques de sa mère, fervente croyante... Les choses ne peuvent durer ainsi. Avec des parents hurlants et insultants et une petite fille prise au piège. C'est elle qui y met un terme, tuant sauvagement ses parents dans leur sommeil.
      Rien n'est plus simple pour elle. C'est comme-ci elle accomplissait un geste qu'elle fait déjà depuis des siècles. Elle égorge sa mère tout d'abord, afin d'éviter que ses cris stridents en cas de réveil n'alerte le voisinage. Son père se réveilla au son guttural et humide du sang qui s'échappe de la carotide, lorsque le sang qui s'échappe se répand sur ses doigts et sous son nez. A peine a-t-il le temps d'émerger et de comprendre ce qui se passe que la jeune meurtrière lui plante le couteau dans la tête en appuyant de tout le poids de son petit corps frêle, mais pourtant suffisant. Une fois son œuvre accomplie, la petite fille part cacher le couteau dans une cachette secrète de sa chambre. Elle revient ensuite, poussant un hurlement digne des pires films d'horreurs avant de se coucher entre ses deux parents en se faisant pleurer. Lorsque les voisins arrivent, l'enfant, couverte de sang, pleure à chaude larme en serrant sa mère contre elle et en les implorant de lui répondre.
      Sept ans ont passé à Salem et les rêves d'avenir prometteur ont disparu. Les parents sont morts et la petite fille angélique n'a plus vraiment l'air d'être tombé tout droit du Paradis.


      © FoX & November
        « John ! Je ne voudrais pas sembler débile mais... je me demande vraiment si la petite n'est pas impliquée dans ce meurtre. Je sais qu'elle n'a que sept ans mais... »
        « Je sais Dem'... Je sais. Moi aussi je commence à me le demander. »
        « Tu crois que c'est possible ? »
        « En vingt-cinq ans au service de la Police de Salem, j'en ai vu des choses horribles et impensables. On est dans la ville des sorcières après tout ! Mais s'il s'avère que cette gosse est responsable... Ça sera la pire des découvertes que j'aurais faites de ma carrière. »

      John Carlson et Demetri Dobrev sont les deux inspecteurs chargés de l'affaire des « parents assassinés ». Tout a été pensé depuis plusieurs semaines d'enquête. Un vol qui aurait mal tourné, une vengeance d'une des nombreuses maîtresses du mari, même le rituel satanique a été pensé. Mais c'est finalement vers la petite fille que se tournent les soupçons des enquêteurs. Elle a beau n'avoir que sept ans et pleurer à chaude larme chaque fois qu'un policier vient le poser des questions, il n'en demeure pas moins que son comportement est étrange. Hormis lorsque les autorités sont là, l'enfant, placé en foyer, semble tout à fait normale, à peine endeuillé. Elle regarde parfois la photo de ses parents avec mélancolie, mais la mère d'accueil jure tous les saints qu'elle croirait y voir de la fierté et de l'amusement parfois. Comme-ci son deuil était feint. Et puis le reste du temps, elle joue, elle rit, comme tout enfant normale. Une de ses camarades de classe a même raconté à l'inspecteur Dobrev qu'une fois, lorsqu'un des gamins s'est moqué d'elle en disant qu'elle était seule maintenant que son père et sa mère étaient morts, la petite a éclaté de rire en lui répondant qu'elle était beaucoup mieux toute seule. Qu'ils ne la comprenaient pas et qu'ils avaient été punis pour cela. Mensonge, jeu d'enfant ou réalité ? Aucun adulte n'a jamais entendu ce genre de propos sortir de la bouche de l'enfant et cette jeune fille fut la seule à ne jamais l'avoir rapporté. Le petit garçon impliqué ne répondit jamais aux policier, pas même un mot. La peur se lisait dans ses yeux.
      L'inspecteur Carlson, accompagné de son collègue finissent par fouiller la chambre de la petite dans la maison familiale. Ils retrouvent un couteau bien caché sous une latte de bois sous le lourd coffre à jouet de l'enfant. Celui-ci est totalement propre, même le luminol ne décèle aucune trace de sang. Pourtant, la balistique conclue que l'usure du couteau est exactement la même que celle de l'arme utilisée contre le couple.
      Nous sommes deux mois après le drame. L'inspecteur Carlson pensait avoir tout vu et tout pensé jusqu'à présent, mais aujourd'hui, il sait que toutes ses croyances étaient fausses. Il sait que le mal peut prendre les visages les plus inattendu et pour la première fois de sa vie, il a vraiment peur du monde dans lequel il vit.


      © FoX & November
        « D'où viens-tu comme ça ? »
        « Quelle importance ? »
        « Tu es si sale ! Depuis combien de temps vis-tu dans la rue petite fille ? »
        « Je ne suis pas une petite fille. J'ai douze ans ! »

      Dès qu'elle compris que les soupçons se portaient sur elle, la petite fille prit la fuite, blessant au passage la mère d'accueil qui voulait la retenir. Lorsque Carlson et Dobrev arrivèrent au foyer, ils ne la trouvèrent pas. Ils ne remettront jamais la main sur elle.
      Cinq années ont passé depuis ce jour. La jeune fille vit désormais dans la rue. Elle vol, elle agresse, elle joue la comédie. Tous les moyens sont bons pour manger, pour dormir à l'abri et pour se défouler. Car elle est en colère. En colère et de plus en plus malade. Pas physiquement. Étrangement, malgré sa cohabitation avec les rats et ses nuits passées dehors alors qu'il pleut à n'en plus finir, elle tient une santé de fer. Non, c'est mentalement que la petite est malade. Elle entend encore dans ses rêves le son du coulis du sang de sa mère, elle y voit la beauté de l'hémoglobine se répandant partout sur les draps blancs, sur son pyjama gris et sur sa peau laiteuse. Et elle aime de plus en plus ça. Son envie à chaque réveil ? Revivre ça. Sentir de nouveau le sang couler sur ses mains et éclabousser son jolie visage. Que la gueule d'ange redeviennent le démon que ses parents ont vu ce soir-là.
      Elle n'aurait jamais cru que ce garçon d'une vingtaine d'années soit celui qui lui permettrait d'avoir ce qu'elle voulait. Un dimanche, très tôt dans la matinée. Elle a faim, mais n'a plus d'argent et les seuls commercent ouvert sont les marchés ambulants de hot-dog et autre junk food du genre. Impossible de les voler, car ils sont assaillis par la clientèle, mais pas assez d'argent pour pouvoir commander. Lorsque le jeune homme - qu'elle apprendra quelques minutes plus tard s'appeler Dante - passe dans le coin du parc où elle a établi domicile en attendant de trouver un plan, la gamine ne réfléchit pas à deux fois et se jette à ses pieds, quémandant quelques pièces. A peine deux dollars pour pouvoir manger. Avec ses vêtements miteux et son manque sérieux d'hygiène corporelle, elle passe facilement pour une gamine SDF. Le jeune homme lui rit au nez. Voyant rouge, elle sort un couteau de sa poche et menace le jeune homme, lui répliquant que ce n'est pas vraiment une demande en fait, mais plutôt un impôt obligatoire. Le jeune homme rit de plus belle. Agacé, la jeune enfant profère une menace qui s'accompagne d'une cannette volant droit sur eux. Tous deux l'évitent aisément, la jeune fille n'étant pas très précise lorsqu'elle s'énerve. Cela plait beaucoup à Dante. Il lui offre donc ce repas que la jeune fille veut tellement et ne la lâche plus d'une semelle. Désireux de l'aider, de l'éduquer comme il se doit - du moins, comme sa conception du monde veut qu'elle le soit - il lui propose un marché qu'elle ne peut refuser. Ce jour-là, elle trouve un frère, un mentor, une raison d'être et surtout une identité, son identité. En effet, Dante décide - puisqu'elle refuse de donner son nom - de la baptiser Luna Blackwood.
      Nous sommes un dimanche pas ordinaire, à Détroit, Michigan, il y a neuf ans et le petit démon sent qu'aujourd'hui est le jour fatidique où il va enfin pouvoir prendre entièrement le pas sur la gueule d'ange. Ils l'ignorent encore tout deux, mais en ce jour, ils créent les fondements du groupe qui effraiera toutes les créatures peuplant la terre.


      © Lena & Reb' (L)
        « Quand je dis non, c'est non ! »
        « Mais pourquoi ? Allez ça pourrait être amusant ! Ne me dis pas que tu fais preuve de morale maintenant, Dante. »
        « Bien sûr que non ! Que tu l'as kidnappe pour essayer toutes les formes de tortures possibles ne me gênent absolument pas. Tu peux même l'écarteler pour lui montrer comment elle est à l'intérieur si tu veux ! Mais tu l'as menacé de le faire et devant public, alors si ça lui arrivait, tout le monde donnerait ton nom. »
        « Pff... Et si je manipulais son père pour qu'il le fasse à ma place ? En le filmant et en le mettant sur internet, ce serait lui le seul suspect ! »

      Cela fait des années que Luna Blackwood vit avec Dante désormais. Il ne lui a pas appris à être plus respectueuse ou plus gentille. Il n'a jamais cherché à brider le démon qui est en elle. Au contraire, toutes ces années, il s'est évertué à lui donner forme. Celle qu'il considère comme sa petite sœur avait beaucoup de potentielle, mais si peu d'expérience, si peu de contrôle. Il lui a appris cela, le contrôle, la maitrise et surtout les règles à suivre pour pouvoir sévir sans se faire prendre, sans être soupçonné. La règle n°1 étant de ne pas exister et de n'avoir aucun contact directe avec les victimes. Si on agit avec un mobile personnel, on se fait obligatoirement prendre. Si on tue, massacre ou torture une personne que l'on ne connait pas, qui pourrait nous soupçonner ? Nous qui n'existons même pas aux yeux du monde ?
      De nombreuses règles de vies donc, mais aussi un fort penchant pour le pouvoir. L'appât du gain et de la puissance sont également de nouvelles choses que Dante lui a enseigné. Elle aime le pouvoir, elle aime la puissance. C'est pourquoi le Cercle des Ombres lui plait tant. Un groupe désireux d'obtenir toujours plus de puissance, de pouvoir. Elle n'apprécie pas forcément le groupe. Ils ne semblent pas la comprendre, mais elle aime la puissance que cela lui donne. Bien sûr, seule, elle est déjà puissante et inquiète. Un membre du Cercle inquiète toujours quand il est dans les parages. Mais avec les autres membres, c'est encore pire. La terreur envahie les lieux. Et Luna aime sentir qu'elle inspire ce sentiment.
      Cela fait des années que la petite fille nous a quitté. Des années que la tueuse de sept ans a évolué pour devenir une belle jeune femme encore plus dangereuse, encore plus violente et sanguinaire. Une âme démoniaque, aliénée, dans un corps d'ange.


      © Datura & ???
        « Donne moi de ton sang ! »
        « Si je te donnais plus ? Si je te donnais mon corps ? »
        [...]
        « Mais qu'est-ce que tu as fait Luna ? »
        « Oh ça ! Un cleps m'a attaqué. Je sais pas trop pourquoi d'ailleurs ! Il avait peut-être la rage ! »

      La belle Luna a commencé à boire du sang de vampire bien avant l'arrivée d'Alexander dans le Cercle. Dante l'y a initié dès qu'il a songé que cela l'aiderait à développer de la puissance et elle raffole depuis du sentiment de puissance que cela lui donne, ainsi que des pouvoirs qui en découlent. Alors, quand Alexander est arrivée, elle n'a pas cherché à comprendre et lui a quémandé son sang. Au fil du temps, il a commencé à lui proposer plus encore, jusqu'à devenir son amant.
      Même si leur histoire est toujours restée un secret, au début, elle ne cherchait pas à le cacher. Ce n'était qu'une histoire sans importance. Il lui donnait son sang et son corps. En somme, il lui appartenait un peu plus qu'aux autres. Mais maintenant, elle n'a plus la même conception de leur histoire. La preuve en est qu'elle le cache délibérément. Lorsque ce n'était qu'une histoire de sang et de sexe, le secret tenait en le fait que personne ne s'intéressait vraiment à ce qu'ils faisaient lorsqu'ils s'enfermaient dans la chambre de la sorcière. Mais avec le temps, les attentions d'Alexander ont fini par avoir raison de son manque de sentiment et elle a fini par être touchée par ça. Elle ne sait pas s'il la comprend toujours, mais en tout cas, il accepte pleinement la part démente de sa personne. Il accepte ses sautes d'humeurs, ses coups de folies, ses besoins aussi vitaux que brusques de bain de sang,... Elle le rejette alors en public pour mieux s'offrir à lui en privée. Elle n'aime pas l'idée que les membres du Cercle ou qui que ce soit d'autres sachent qu'elle le fréquente et qu'en quelque-sorte, elle soit complètement sous le charme du ténébreux vampire.
      Dante, lui, le sait. Et on ne peut pas dire qu'il apprécie beaucoup la chose. Pour une raison qu'elle ignore, le chef du Cercle, d'ordinaire déjà bien protecteur avec elle, l'est encore plus quand il s'agit de l'immortel. Comme-ci il craignait que celui-ci ne lui fasse du mal. Elle a beau tenter de le rassurer, lui dire qu'elle contrôle parfaitement la situation et ne risque pas de s'embarrasser de peine ou de tristesse si cela venait à mal tourner, il n'en démord pas et continue à mal voir leur relation.
      Cette relation « déplaisante » n'est cependant pas la seule « folie » de la belle. En effet, il y a environ deux mois, Luna s'est volontairement battue avec un loup-garou jusqu'à ce que celui-ci la morde. Depuis, à chaque pleine lune, elle se transforme en une bête à mi-chemin entre la femme et le loup. Elle l'a tué après cela, afin qu'il n'aille pas raconter aux autres membres de son clan ce qu'il s'était passé. Pour le moment, elle ne sait pas trop ce que les autres en pense. Elle a évité la conversation jusqu'alors. Cependant, tout le monde est bien évidemment au courant de la préméditation de cette transformation.
      Nous sommes aujourd'hui à Newton, petite ville sous le contrôle des créatures mythiques. Le Cercle de l'Ombre, Luna la première, visent les puissants. Les vampires dirigeants le monde afin de maintenir leur existence dans le secret et leur domination dans l'ombre. Bientôt, cela ne sera plus. Bientôt, le cercle fera entendre sa voix, son existence. Le monde entier saura. Le monde entier devra se prosterner devant les monstres de l'enfer. Bientôt, ce seront eux, les maîtres.


Dernière édition par Luna Blackwood le Mar 16 Fév - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eden J. Hermangarde
Admin « La Reine de Pique »
avatar

♦ messages : 307
♦ registration date : 14/01/2010
♦ jukebox : Sadique


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp:
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Lun 15 Fév - 21:48

    Bienvenue sur Les Chroniques de l'Ombre
    Merci de ton inscription.
    Je te souhaites un bon courage pour ta fiche.
    Si tu as la moindre question, n'hésite pas à nous contacter par mp.

    Ah le premier personnage de l'intrigue a être pris. Cool.

    Si mon message te gène, je l'effacerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Lun 15 Fév - 21:56

    Merci à toi et de rien !
    Pour une fois que le personnage d'une intrigue m'inspire, c'est avec plaisir que je le prend. J'aurais en effet une petite question, mais je vois ça par MP.
    Pour la place, je pense que ça devrait aller, je ne pense même pas avoir spécialement besoin du deuxième post mais bon. On verra !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Mar 16 Fév - 20:22

    Voilà ! Je crois que j'ai terminé !
    Enfin, sauf si vous estimez qu'il manque des trucs ou qu'il y a des erreurs (ce qui serait tout à fait probable me connaissant Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Eden J. Hermangarde
Admin « La Reine de Pique »
avatar

♦ messages : 307
♦ registration date : 14/01/2010
♦ jukebox : Sadique


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp:
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Mar 16 Fév - 21:27

J'aime beaucoup ta fiche. Elle est très bien écrite, fluide et parfaitement claire. Tu as capté parfaitement le personnage. Je te valide.

Tu peux désormais créer de nouveaux liens si tu le désire, faire une demande de rang personnalisé ou encore référencer tes sujets rp.

PS: Je vais créer la demeure du Cercle des Ombres ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Mar 16 Fév - 23:11

    J'en suis soulagée alors ^^ Je suis pas très fière de ma fiche. Surtout que comme c'est la première fois que j'écrivais la biographie de cette manière, j'ai pas mal tatonné. Enfin, on me dit toujours que je suis trop critique avec mes post alors bon...

    Bref, j'ai trouvé que je j'ai oublié de mettre. Les pouvoirs de sorcière de Luna. Enfin bon, j'en ai déjà abordé deux même brièvement.

    Et je file de ce pas faire tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
June Eastwood
Admin « La Nymphomane »
avatar

♦ messages : 160
♦ registration date : 14/01/2010
♦ age : 29
♦ jukebox : Like a virgin


CARNET DE ROUTE
♦ statut rp:
♦ relationship:

MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   Mar 16 Fév - 23:46

Et bien tu as tord, elle est parfaite ta fiche. Moi j'ai plutôt tendance à en faire des tonnes, alors que tu as réussit à être plutôt concise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luna B. || « Comment une si petite chose peut-elle être aussi agaçante ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de l'Ombre ::  :: Archives Fiches-